« Mourir pour l’Azalaï » chronique d’une rébellion

0
2

Le samedi 14 janvier 2012 a eu lieu à l’hôtel Salam de Bamako la présentation et la cérémonie de dédicace du 1er livre du Dr Noumou Ben Diakité : « Mourir pour l’Azalai » paru chez les éditions Jamana. Elle était présidée par l’honorable Assarid Ag Imbarcaouane, 2ème vice président de l’Assemblée Nationale.


L’azalai c est la caravane quittant Taoudénit pour la partie sud avec le sel et revenant avec le petit mil du sud pour fournir les populations du nord mais qui, pendant la période de la rébellion, n’existe pas. C’est cette peine, cette souffrance, cette amertume des populations du nord et du sud durant cette période que l’auteur Dr Noumou Ben Koné a voulu nous retracer dans ce livre « Mourir pour l’azalai » chronique d’une rébellion. Le Dr Noumou Ben Diakité est docteur vétérinaire de formation. C’est dans l’exercice de ses fonctions qu’il a a sillonné toute la partie nord du Mali et a cohabité avec cette population. Il a vécu toutes les grandes phases de la rébellion malienne.


A ses dires, « ce livre est une oraison funèbre, venant des confins des horizons sableux et ayant anéanti la musique douce des pas lents et coulants des chameaux et des ânes reliant les salines du nord aux réserves céréalières du sud. Il est aussi un cri d’appel, un appel d’espoir de voir vivre et revivre ensemble avec tendresse et amour, les enfants bénis du Nord et du Sud».


C’est une sollicitation pour montrer que le Nord est une zone complexe abritant des hommes qui se battent pour survivre. Il veut qu’on comprenne à travers le personnage principal Assalia qui est un jeune homme brillant se battant corps et âme pour la bonne survie de sa communauté mais qui, par un parricide, comprend les torts causés par cette rébellion dévastatrice : elle n’est qu’une pure barbarie et une totale destruction. Les 16 personnages de ce livre représentent les différents acteurs de cette rébellion. Il retrace la nature humaine dans sa diversité et son changement de comportements face aux dures réalités de la guerre. Selon M. Konaté Hamidou, directeur de la coopérative Jamana « Mourir pour l’azalai » est un appel à la coexistence pacifique et au bonheur partagé car il ne peut y avoir de bonheur au Mali sans une paix totale. Quant à l’honorable Assarid Ag Imbarcaouane, l’azalaï est le mariage intime entre le sel de Taoudenit au Nord et le petit mil du Sud. Ce livre est ainsi un cri du cœur à toute la nation malienne pour la paix au nord, pour la cohésion nationale entre toutes les couches sociales.                       
   Adiaratou Sangaré

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.