Le CMDID pour la consolidation de la démocratie : Une cinquantaine de formations en conclave autour de la charte des partis politiques

0

En vue d’Å“uvrer à l’enracinement du processus démocratique et faire jouer à la classe politique le rôle qui est le sien, la fondation du centre malien pour le dialogue interpartis et la démocratie  (CMDID) a organisé hier, mercredi 9 avril au Grand Hôtel, une journée de réflexion sur la charte des partis politique.

 

La classe politique
La classe politique

Dans son intervention, le président de la fondation du CMDID, Seydou Nourou Kéita, a d’abord rappelé le thème de la rencontre : “ les insuffisances et les acquis de la charte des partis politiques “. Il a indiqué que la charte des partis représente un document juridique consensuel qui détermine la création, l’organisation, le fonctionnement, le financement des partis ainsi que les conditions de suspension de leurs activités et de leur dissolution. “Ce document donne la substance même du cadre légal des partis politiques au-delà de l’énonciation de principes démocratiques “, a-t-il déclaré.

 

 

Seydou Nourou Kéita a souligné qu’après les événements que le Mali vient de traverser, il peut être opportun que les acteurs politiques ouvrent le débat sur le cadre qui définit leur organisation et fonctionnement. Dans le but de contribuer à corriger les faiblesses du fait partisan et d’en consolider les acquis. Comment améliorer la perception de la chose politique par la contribution à l’émergence de partis politiques forts et mieux représentatifs des populations ? Quelles mesures initier contre la pratique du nomadisme politique désapprouvée par une majorité de la classe politique ? Ce sont là des questions auxquelles les participants à cette rencontre réfléchiront et feront des propositions.

 

 

 

Pour sa part, le représentant du ministre de l’Administration territoriale, le Chef de cabinet Chienkoro Doumbia a déclaré que la construction d’un processus démocratique intègre l’évaluation de la mise en Å“uvre de ses instruments afin de les adapter à l’évolution du contexte sociopolitique. “Le rôle important que jouent les acteurs politiques explique la nécessité de veiller à ce que le cadre institutionnel et juridique d’exercice de ces derniers reflète l’évolution du contexte global. Dans ce sens, une volonté politique participative peut contribuer et soutenir l’élaboration de textes consensuels pour l’ancrage de la démocratie “, a-t-il expliqué.

 

 

Chienkoro Doumbia a rappelé que la charte des partis politique a été adoptée en 2005 et a permis un encadrement des activités des partis jusqu’à nos jours. Avant d’ajouter qu’il y a des acquis mais aussi des insuffisances constatées dans la participation des partis. D’où l’intérêt d’ouvrir le débat pour apporter des améliorations à ce document de base.

 

 

Rappelons que la charte des partis politiques du Mali avait fait l’objet de deux modifications depuis 1991 dans la perspective de mieux prendre en compte le cadre d’exercice des acteurs politiques.

 

 

 

Ils sont de plus en plus nombreux à plaider pour des réformes pour renforcer le fait partisan et éviter  par exemple l’émiettement de la classe politique. La journée de réflexion était marquée par un e communication sur le rôle des partis politiques dans une démocratie multipartite; les faiblesses de la charte des partis politiques. Ce qui donne l’occasion à des débats fructueux; d’où découleront des recommandations.

 

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER