CNID – FYT : Le président de l’Association – CNID lors de la présentation de vœux à Maître Tall « Amadou Aya Sanogo partira… »

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Fidèle à une tradition bien ancrée, le peuple CNID présente, chaque nouvelle année, ses vœux, à son président Maître Mountaga Tall. La cérémonie de présentation, version 2013, s’est déroulée au siège du parti sis à Niaréla, en attendant, ce mardi, la présentation des vœux du parti à la presse. Plusieurs sujets brûlants de l’actualité ont été évoqués lors de cette présentation de vœux notamment la situation au nord du Mali, les élections à venir, la vie interne du parti et d’autres questions non moins importantes. C’était en présence des cadres de la formation politique dont le ministre des mines, des élus et des militants.

Me Mountaga Tall

C’est d’abord Ousmane Théra représentant le Comité Directeur du Congrès national d’initiative démocratique (CNID) qui a eu l’honneur d’intervenir en premier ressort. Il sera suivi par Bama Coulibaly du bureau des Sages. Tous ont souhaité la paix pour notre chère patrie, le Mali et le bien – être pour leur parti, le CNID.
Dans son allocution, le président du CNID – Association a  fait une intervention très remarquée. Monsieur Issiaka Traoré puisqu’il s’agit de lui, a déclaré que son regroupement n’a pas fait beaucoup d’activités en 2012, compte tenu du coup de force des militaires lequel n’avait pas été prévu, selon lui, le 22 mars 2012. Il a mis l’accent sur la formation des militants sans laquelle le parti court un danger. « Ils peuvent casser à tout moment le parti » a-t-il dit. A l’entendre, le Mali n’avait pas d’institutions, n’avait pas de démocratie. « Notre pays a vécu durant 20 ans au service du président de la République, pas à celui du peuple malien », a dénoncé M. Traoré. C’est pourquoi il a indiqué que la communauté internationale n’était pas au courant des réalités maliennes sinon elle n’aurait pas, à ses dires, pris des sanctions contre le Mali suite au coup d’Etat. « Les rebelles et les trafiquants de drogue dont on parle dans le septentrion malien étaient des élus au sein de certaines formations politiques. Certainement, l’argent de la drogue servait au fonctionnement de ces partis ». Des dirigeants malhonnêtes ont honte, aujourd’hui, des actes qu’ils ont posés eux – mêmes.
Il a ensuite fustigé le comportement peu amène des militants qui font la course contre la montre à Kati. Sur ce point, Monsieur Issiaka n’est pas allé avec le dos de la cuillère. « ATT est parti, les gens accourent vers Amadou Aya Sanogo, lui aussi, partira. Le CMLN, le CTSP sont morts, Aya et ses associations finiront un jour. En partant, qu’il se comporte bien sinon il finira en queue de poisson » a-t-il fulminé. Vérité crue.
Concernant les députés et les conseillers du parti, il a dit que c’est le peuple CNID qui a voté pour eux. Donc, c’est ce peuple qui est à la base de leur ascension politique. C’est pourquoi il a invité chacun à la responsabilité. Il se dit favorable à l’exclusion des militants indélicats.
Puis, suivront les discours de Madame Cissé Fadima Tall, vice – présidente des femmes du CNID, de Mahmoud Touré président des jeunes, de Boubacar Diarra représentant les députés CNID. Les représentants des communes ont également prononcé des discours intéressants, celui de la commune VI a demande l’organisation d’un conseil national extraordinaire durant le 1er trimestre 2013 sous des acclamations.
Auparavant, le Doyen Vieux N’Diaye, président de la section de Kati a conseillé de laisser de côté les intérêts individuels. « Il y aura toujours des mécontents. Vous (Me Tall) avez le devoir de les mettre en ordre pour l’unité du parti » a affirmé volontiers l’ancien député. « WATI SERA (en français, le temps est arrivé) car le calendrier électoral n’est pas défini. Soyons prêts le jour J au cas où… », a-t-il dit.
Dans sa présentation, le président du CNID Faso Yiriwa – Ton a affirmé que les difficultés ont gagné tous les secteurs d’activités, consécutives à la crise au nord et au coup d’Etat du 22 mars dernier.
Pour ce qui est de la vie du parti, l’Avocat a déclaré que le CNID durant les 20 dernières années fut une formation politique épanouie. Il en veut, pour preuve, que la seule division qui a miné le Soleil Levant fut celle relative au cas du PARENA aux premières heures du parti. Certes, a t-il reconnu, que des cas d’adhésions et de démissions inhérentes à toute vie associative ont été constatés. Et à Tall de conseiller de faire en sorte qu’aucun fil d’unificateur ne se détache du parti a fortiori un militant qui constitue toutefois une personne ressource pour le Faso Yiriwa – Ton.
« Le CNID appartient, à vous, Jeunes, qui constituent son avenir » a-t-il fait savoir. Avant de conclure : « C’est à l’unanimité que Docteur Sy a été choisi au sein du parti comme ministrable. Son choix et sa nomination comme ministre des Mines est le fruit de l’entente au sein du peuple CNID ».
Il faut souligner pour terminer que la plupart des intervenants ont mis l’accent sur l’unité du peuple malien, les élections futures, la place de l’armée dans la libération du nord du Mali et ont émis le vœu que le président Mountaga Tall soit couronné à la magistrature suprême.
Issiaka Sidibé  

SOURCE:  du   8 jan 2013.    

2 Réactions à CNID – FYT : Le président de l’Association – CNID lors de la présentation de vœux à Maître Tall « Amadou Aya Sanogo partira… »

  1. Coutinho

    Il y a une maladie en psychologie qui s’appelle vulgairement « la haute estime de soi (le narcissisme ou nombrilisme) »: Mountaga TALL en est atteint :lol: :lol: :lol:
     » l’argent de la drogue servait au fonctionnement de ces partis  » :oops: :oops: :oops: Il y a une autre maladie qui s’appelle « débiter des âneries ou le n’importe quoi » (délirer), il en est atteint aussi :lol: :lol: :lol:
    Combinez les deux, ça s’appelle « qu’il aille voir au nord si nous y sommes ou qu’il aille se faire foutre » :lol: :lol: :lol:
    Moi, humoriste patenté :idea: :idea: :idea: :roll: :roll: :roll:

    • Moustaph Camara

      vous connaissez bien le lâche islamiste fuyard sous le régime de Moussa Traoré.