Commémoration du 26 mars par la coordination des sections RPM de Djélibougou- Doumanzana : Sous le signe de « La Paix et la réconciliation nationale pour un Mali Prospère »

0

rpm-djelibougouL’alliance des sous- sections RPM  de Djélibougou et de Doumanzana a célébré la journée du 26 pars à travers plusieurs manifestations : un match de foot -Ball  opposant l’équipe de Djélibougou à celle de Doumanzana, une démonstration des karateka du centre de Cheickna Diakité et une manifestation des femmes. On pouvait lire des slogans comme « Nous voulons la paix » ou encore «  le Mali n’est pas une caisse de résonnance ».

Quant au match de football, il s’est soldé par le score nul de deux buts partout. Au finish, selon les organisateurs, aucune équipe n’a gagné, mais c’est le RPM qui a gagné.

Après les manifestations, c’est le secrétaire général de la sous- section de Doumanzana, Mr Yacouba Sogoba, qui prononça son discours. Après avoir souhaité la bienvenue à tout le monde, il fera savoir que : 26 mas 1991- 26 mars 2015, cela fait 24 ans que le peuple malien, à la suite d’une insurrection populaire a mis fin à 23 ans de dictature (1968-1991).  Il  a profité de l’occasion pour remercier les associations démocratiques, l’UNTM et l’AEEM pour leur participation  et leur rôle joué dans l’avènement de la démocratie.  A ses dires, certaines dates sont à retenir  dans l’histoire du Mali : Novembre 1989 : chute du Mur de Berlin ; Juillet 1990 : Sommet franco- africain de la Baule où le président François Mitterrand conditionnait la continuité de l’aide  française à la réalisation d’avancées démocratiques ; 26 mars 1991 : coup d’état militaire  et arrestation de Moussa Traoré. Le 26 mars, ce sont les femmes qui ont couronné la révolution, elles ont prouvé qu’elles étaient la pièce maitresse de cette société. Aux dires de Mr Sogoba, c’est cette révolution  qui a amené le multipartisme, le libéralisme syndical, la liberté de presse etc. Cet acquis, selon Mr SOGOBA, est à préserver. Aussi, a t-il rappelé que les élections  municipales et régionales suscitent  des défis et des enjeux  et que le parti compte sur ses femmes, ses jeunes, socles de tout. Il a émis  le vœu que l’année 2015 soit celle de la paix, de la prospérité, et de réconciliation pour le peuple malien, de succès pour le parti pour les échéances à venir.  Que la Grace de Dieu préserve le peuple du RPM de l’égoïsme qui aveugle, de la haine qui ronge  et déshumanise.

Quant à Cheick Diakité, secrétaire général de la sous- section de Djélibougou, il axera son allocution sur les réalisations du RPM et surtout l’adoption du statut de l’opposition. Pour lui, c’est à la suite de la révolution de 1991 qu’on est arrivé au multipartisme. Sur ce plan on ne peut pas oublier le rôle très important joué par feu Kadari Bamba dans l’avènement de la démocratie et du multipartisme dans notre pays. Une minute de silence fut observée en sa mémoire. Toujours pour Cheickna Diakité, malgré que le RPM soit au pouvoir aujourd’hui, il a voté le statut de l’opposition, chose rarissime. C’est IBK qui a fait ça. C’est aussi le RPM qui est devant l »accord d’Alger ; ‘est aussi IBK qui a eu à dire aux français que le Mali n’est pas une caisse de résonnance. Mr Diakité a aussi profité l’occasion pour remercier le parrain Mamadou B Kéita  qui a financé la cérémonie à 60%. Il a aussi salué et remercié les femmes, notamment Mme Camara Fatou Sacko, Mme Sangaré Oumou Bah.

Prenant  la parole, le parrain de la cérémonie Mamadou B. Kéita, laissera entendre le 26 mars 1991 ne sera pas oublié de si tôt, car  il a été une journée très douloureuse. Selon lui, le 26 mars 2015, on s’est retrouvé en famille  pour commémorer l’évènement et  que le Mali vient de très loin. Il a fait savoir qu’après 50ans d’indépendance, le Mali est confronté  à de nombreux problèmes,  et  le fait  que les jeunes n’ont pas de terrain de sport est très écœurant, très frustrant. Il a eu  à saluer les femmes RPM, les représentants des partis politiques, Maould  Ben Katra, un grand pionnier de la démocratie au Mali,  Yacouba Sogoba, Cheickna Diakité, la présidente Mme Sangaré Oumou Bah, les chefs de quartiers, les imams…

Il a profité de l’occasion pour faire savoir  qu’il sera candidat à l’élection communale. Cela, non  pas pour s’enrichir, mais pour servir la commune.

Vivement la prochaine édition !

Moussa Diarra

redactionlarevelation@yahoo.fr

 

.xxxxx

Cheickna Diakité, secrétaire général de la sous- section de Djélibougou

« L’adoption du statut de l’opposition montre que notre démocratie a muri »

 

A la fin de la cérémonie, nous avons  recueilli les impressions des organisateurs.  Cheick Diakité se dit très satisfait de la mobilisation pour la cérémonie et surtout la promulgation du statut de l’opposition par le président Ibrahim Boubacar Kéita.

Question : Pouvez – vous vous présenter à nos lecteurs ?

Cheickna Diakité : je suis Cheicknè Diakité, SG de la sous- section  RPM de Djélibougou,  2ème SG adjoint de la section de la Commune I, agent de la SOTELMA, domicilié à Djélibougou et Taekondoka, ceinture noire, 4ème dan.

Question : Vous venez de  commémorer la journée du 26 mars. Alors quel sentiment vous anime aujourd’hui ?

Cheicknè Diakité : Le sentiment qui m’anime aujourd’hui est un sentiment de joie, de fierté, de liberté.  Surtout que le statut de l’opposition a été  promulgué par le président de la République est un sentiment  qui montre que notre  démocratie a mûri.

Question : Depuis quand vous célébrez cet évènement et pourquoi précisément la journée du 26 mars ?

Cheicknè Diakité : Effectivement, c’est pour rendre hommage  aux martyrs qui sont tombés le 26 mars 1991, qui ont donné leur sang pour cette journée  qui a permis le multipartisme et que c’est cette victoire  qui a donné aujourd’hui  un statut à l’opposition. Et je remercie Dieu.

Questions : les élections communales et régionales pointent à l’horizon. Alors quel sera le défi à relever ?

Cheicknè Diakité : Vraiment le défi  à relever, est que le RPM gagne. Que les militants du RPM sachent que  pour accompagner le président de la république, il faut qu’ils gagnent les communales, surtout en commune I  où le parti a perdu les élections législatives. Donc je m’engage solennellement à gagner les élections  en Commune I du District de Bamako.

Questions : Quel appel avez- vous à lancer à vos militants pour remporter la victoire ?

Cheicknè Diakité : Que les militants sortent massivement  pour aller voter.  Tout le problème, c’est le vote.  Je demande aux militants  qui n’ont pas  de carte d’électeur   d’aller se faire enrôler  pour qu’on puise avoir le maximum de militants à voter. Car, si on ne vote pas  on ne peut pas gagner. Je demande donc aux militants d’aller voter.

Le mot de la fin ? Je remercie tous ceux qui sont venus aujourd’hui nous assister à cette  manifestation  et singulièrement la presse  parce que si vous parlez de démocratie, c’est la presse.  Il faut que la presse  soit libre, totalement libre d’expression.  Je veux que la presse s’approprie  de la promulgation  du statut de l’opposition  pour glorifier IBK d’avoir  fait ça au nom du RPM et du président IBK.

Propos rassemblés par MD

redactionlarevelation@yahoo.fr

PARTAGER