Concertations Nationales : Kati lâche Cheick Modibo DIARRA

19 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Même si les choses avancent normalement au niveau de la Commission Nationale d’Organisation, l’ex-junte de Kati ne semble plus en odeur de sainteté avec le Premier Ministre de Pleins Pouvoirs. Et les concertations Nationales  des 27, 28 et 29 novembre pourraient être l’ultime occasion de le déposer en mettant l’Accord Cadre CNRDRE-CEDEAO en veilleuse. Mais du côté du Front Uni pour la République (FDR), on exclut la participation de ce regroupement politique.

 

Cheick Modibo Diarra PM

Que dit les termes de Référence :

Selon les termes de Référence que nous avons a disposition, termes de références élaborés par la commission mise en place par le Dr. Check Modibo DIARRA, l’objectif général de ces concertations nationales est de doter le pays d’organes capables de recouvrer l’intégralité du territoire national afin d’assurer le retour et le fonctionnement régulier de l’Administration publique et d’organiser des élections démocratiques, transparentes et crédibles sur l’ensemble du territoire.

Quant aux objectifs spécifiques, il s’agit de convenir d’une Feuille de Route pour la Transition comportant :

-l’Acte fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement de la Transition ; le délai et le chronogramme de la transition ; les tâches opérationnelles à accomplir par les différents organes de la Transition; les voies et moyens de la libération des zones occupées ; le retour de l’Administration dans les zones libérées ; la création des conditions favorables au retour des populations déplacées et réfugiées ; les modalités d’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles sur l’ensemble du territoire ; le choix du fichier électoral ; la création des conditions favorables à la reprise de la coopération avec les Partenaires techniques et Financiers ; le renforcement de la communication aux plans national et international. Il s’agira aussi au cours de ces concertations de compléter les organes de la Transition à travers : la définition d’organes complémentaires de la Transition ; la définition des attributions de tous les organes de la Transition et des relations fonctionnelles entre eux.

Annoncées pour les 05, 06 et 07 novembre, ces concertations se tiendront finalement du 27 au 29 du même mois.  Et devront prendre part, 73 représentants d’Institutions dont 10 de la Présidence de la République, 11 de l’Assemblée Nationale et 32 représentant le Gouvernement ; 03 représentant des Autorités Indépendantes ; les 09 Gouverneurs de Régions et du District et 09 Présidents de Conseils de Cercle. Du côté des forces armées, 30  participants sont attendus et 50 de la Commission Nationale d’Organisation.

Au total, 110  participants sont retenus du côté des regroupements politiques. Mais malheureusement, le FDR avec ses 15 participants décline sa participation.  Du côté de la Société Civile, 284 participants sont retenus. Ce qui fait un total de 586 participants y compris le Président de la Commission d’organisation et 06 Observateurs indépendants dont CRI 2002 et l’Observatoire des Droits Humains et de la Paix.

Qui partira, qui ne partira pas ?

Avec ces concertations nationales, il est prévu l’application des propositions faites par le Président de la République après son retour de Paris  juillet dernier. Notamment la création du Haut Conseil d’Etat. Il est prévu dans les deux  schémas proposés par la Commission d’organisation que c’est le Président de la République qui présidera le Haut Conseil d’Etat, avec bien entendu à ses côtés 2 Vice-présidents. Ce qui voudra dire qu’il n’y a plus de discussions à ce sujet. Le Pr. Dioncounda TRAORE étant intouchable dans les deux cas de figure. Par contre, ces Concertations Nationales vont faire perdre au Premier Ministre ses Pleins Pouvoirs comme prévu dans l’Accord Cadre CNRDRE-CEDEAO.

Mais le hic, est que c’est le Président du Conseil National de la Transition qui sera le Chef de l’Etat selon les propositions de la Commission Nationale d’organisation-et que ce même Conseil National (51 à 131 membres) sera l’organe législatif de la Transition. Une Assemblée Nationale bis ? En tout cas, si ce forum venait à se tenir, les discussions seront rudes. Mais, elles ne mettront pas en cause la Constitution du 25 février 1992.

Un revers de la Médaille pour Cheick Modibo DIARRA ?

En tous les cas, est-il que les schémas proposés par la Commission d’organisation entretiennent un flou. Dans le schéma N°2, il est dit clairement que c’est le chef de l’Etat par ailleurs chef du Conseil National de la Transition qui nomme le Premier Ministre. Tandis que dans le schéma n°1 il est dit simplement que : le Premier ministre dirige le Gouvernement. De quoi a-t-on peur ? Ce qui est sûr et qui risque de mettre Cheick Modibo DIARRA a la touche, est qu’il n’est plus en odeur de sainteté avec l’ex-junte et défie désormais à longueur de journée le ministre de l’Administration Territorial, le Col. Sinko COULIBALY a propos de ses prétentions présidentielles pour les consultations électorales de 2013. Le CNRDRE le laissera vraiment faire ? Certainement pas. Puisque selon certaines indiscrétions, certaines organisations de la société civile et associations religieuses siffleraient dans la même trompette que Kati. D’autres sources indiquent que le regroupement IBK 2012 et la COPAM veulent profiter de ces Concertations pour mettre Cheick Modibo DIARRA à la touche.

Par ailleurs, l’autre couac est que le projet de règlement intérieur établi prévoit en son article 10 que « (…) Le retrait ou l’absence d’une délégation ou d’un participant des Concertations n’invalide pas les travaux.». Or le FDR ne sera pas présent à ces concertations. Donc déjà, 15 participants de moins. Est-ce le vocable «concertations nationales» conviendrait encore et toujours.

A suivre dans nos prochaines livraisons.

Boubacar KANTE

Concertations Nationales

7 militaires dans la Commission d’organisation

Sur une cinquantaine de membres, ce sont 7 officiers de nos forces armées et de sécurité qui siègent dans la Commission Nationale d’Organisation des Concertations Nationales. Il s’agit notamment du Colonel Hama Maïga, Lieutenant-colonel SAMAKE Mariétou DEMBELE,  Capitaine Drissa SISSOKO, Commandant Abdoulaye Makalou, Général Mohamed COULIBALY, Inspecteur Général de Police Yacouba DIALLO et Lieutenant-colonel Oumar MAÏGA.

En plus, parmi les participantes, 586  au total, 30 représenteront les forces armées et de sécurité. Ce qui fait un total de 37 participants seulement. Alors  que s’il y a concertations aujourd’hui, c’est parce que les forces armées et de sécurité ont posé un acte, entraînant la démission du Président démocratiquement élu, le Général Amadou Toumani TOURE

K.B. 

 
SOURCE:  du   16 nov 2012.    

19 Réactions à Concertations Nationales : Kati lâche Cheick Modibo DIARRA

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    QUI ACCEPTE D’ÊTRE TAXÉ DE NON ASSISTANCE AU MALI ET A SES POPULATIONS EN DANGER ?

    LE FDR, EN NE PARTICIPANT PAS AUX CONCERTATIONS NATIONALES, SERA TAXÉ DE CETTE MANIÈRE.

    EST-CE LE MOMENT ? LEUR RÉPONSE EST INDISPENSABLE.

    Bonjour,
    Comme le FDR défend, comme disent ses membres et ses supporteurs, la démocratie et le respect des institutions et des droits de l’homme, il doit participer aux concertations nationales pour le faire valoir.

    Tous ensemble, les Maliens sortiront de cette crise qui paralyse leur pays. L’expérience du FDR dans la gestion des institutions peut être mise à profit en y participant.

    Leur absence sera synonyme d’abandon de leurs principes (respect de la démocratie, des institutions et des droits de l’homme en particulier recherche de l’équité, …) et de non assistance au Mali et à ses populations en danger.

    Le Mali et ses populations, aujourd’hui, ont besoin de l’assistance de tous, ils sont vraiment en danger et l’unité est davantage mise à mal par ce type d’agissement par refus du FDR et d’autres de participer aux concertations nationales.

    Ce n’est sûrement pas le moment d’être aux abonnés absents.

    Quant aux organisateurs de ces concertations nationales, ils doivent les ouvrir pour qu’un grand nombre de Maliens, y compris ceux des régions et de la diaspora, n’acceptant pas le terrorisme et exigeant l’intégrité territoriale du Mali, la laïcité et le respect des droits de l’homme y participent.

    ILS DOIVENT AUSSI ACCEPTER QUE LES TERMES DE RÉFÉRENCE DE CES CONCERTATIONS NATIONALES ÉVOLUENT POUR INTÉGRER LES GRANDES LIGNES DU FUTUR SOUHAITÉ PAR TOUS LES MALIENS.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  2. Tiéfarin

    Check modibo,Ibk,le copam,sadi…etc tous ses gens qui n’ont qu’une seul chose en tête le pouvoir,ils n’ont vraiment rien à foutre de l’unité nationale.Pourquoi maintenant au lieu de se soucieux des problèmes du nord,au lieu de commencer à s’organiser pour accueillir les milieux de militaires étranger qui doivent débarqués pour nous aidez ,je ne comprend pas du tout cette vrais mauvaise idées , d’opportunistes et se sont les pires ennemis de notre pays,voilà nous sommes une fois de plus la rusé du monde entier.Seul LE FDR reste dans une bonne logique depuis le coup d’état jusqu’à. Ce jours le FDR défend à fond la démocratie,et le respect de nos institutions.tout le Reste des espèces de partis merdiques et de pseudos associations et de groupement merdique contribuent énormément de nuire le bon fonctionnement de notre pays,ils sont les vrais ennemis du Mali et même avant les rebelles du nord. Ques ce qu’il veulent des Maliens…

  3. Tiéfarin

    Check modibo,Ibk,le copam,sadi…etc tous ses gens qui n’ont qu’une seul chose en tête le pouvoir,ils n’ont vraiment rien à foutre de l’unité nationale.Pourquoi maintenant au lieu de se soucieux des problèmes du nord,au lieu de commencer à s’organiser pour accueillir les milieux de militaires étranger qui doivent débarqués pour nous aidez ,je ne comprend pas du tout cette vrais mauvaise idées , d’opportunistes et des pires ennemis de notre pays,voilà nous sommes une fois de plus la rusé du monde entier.Seul LE FDR reste dans une bonne logique depuis le coup d’état jusqu’à. Ce jours le FDR défend à fond la démocratie,et le respect de nos institutions.tout le Reste des espérés de parti merdique et de pseudos associations et de groupement merdique contribue énormément de nuire le bon fonctionnement de notre pays,ils les vrais ennemis du Mali et même avant les rebelles du nord.

  4. fata

    Ces concertations nationales sont inutiles aujourd’hui. Les gens vont encore aller làbas se tirer dessus et au bout des 3 jours la montagne va accoucher d’une souris. Après c’est pour créer des institutions et des postes supplémentaires pour davantage augmenter nos problèmes. Pardon concentrez-vous sur le nord et arrêter de nous distraire.

    • fakolyhakika1

      Merci FATA. Tu as tout compris, on a tout compris. De toutes les façons les masques vont tomber.

  5. Toufan

    Je ne sais pas si les « responsables » du Mali réfléchissent avec leur cerveau ou …. A la date ou nous sommes organiser un bavardage dans lequel chacun veut pousser ses pions pour se positionner sert à quoi??? Qu’ils nous foutent la paix!!! Ce n’est pas dans la précipitation qu’on changera radicalement les choses au Mali…Ramenons d’abord la paix et après on discute

  6. Aligator

    For-Mauritania est une organisation née à la suite du coup d’Etat de 2008. Elle s’était farouchement opposée à Ould Abdel Aziz à ce sujet. Après une trêve observatoire de deux années, For-Mauritania avait décidé de reprendre son opposition frontale à Ould Abdel Aziz dont elle s’est juré de contribuer à la chute.

    Voici le texte du document de For-Mauritania:

    Pourquoi et comment le dictateur Ould Abdel Aziz doit-il quitter le pouvoir ?

    Ancien commandant du Bataillon de la SEcurité Présidentielle (BASEP) de l’ex-dictateur Ould Taya qu’il renversa en 2005, Mohamed Ould Abdel Aziz récidiva le 6 août 2008 pour déposer le premier président mauritanien élu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Suivra alors une longue année de lutte que les Mauritaniens ont livrée contre la junte militaire et qui se conclura par les Accords de Dakar, signés entre le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD), le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) et le Général Aziz. Des élections présidentielles furent organisées en juillet 2009 que Ould Abdel Aziz emporta, contre toute attente, dés le premier tour malgré le grand nombre de candidats (10). Le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a démissionné après avoir refusé de signer les procès verbaux de cette élection. Les principaux candidats malheureux déposèrent des recours auprès du Conseil Constitutionnel et contestèrent, le lendemain de leur proclamation, les résultats de cette élection.

    Les Accords de Dakar prévoyaient, outre l’organisation d’élection présidentielle, la mise en place d’un dialogue national inclusif pour traiter des questions restées en suspens. Il s’agissait, notamment, des modalités de l’organisation de futures consultations (code électoral, fichier électoral…) et de la place de l’Armée dans les institutions de la République.

    Aujourd’hui, deux ans et demi après les élections présidentielles, le pays est au bord du gouffre. Tous les jours les Mauritaniens réclament le départ du Général Aziz et tous les jours ils sont réprimés, brutalisés et emprisonnés par les forces de l’ordre.

    Nous présentons, dans ce document, les motivations qui poussent les Mauritaniens à demander le départ de Ould Abdel Aziz et un schéma de transition qui pourrait éviter au pays les affres de l’instabilité et conjurer les risques de déstabilisation inhérents au changement attendu.

    I- Pourquoi Aziz devrait-il quitter le pouvoir ?

    1- Le Dictateur ne s’intéresse pas aux souffrances des populations mauritaniennes

    Les Mauritaniens ont faim, soif et voient leur pouvoir d’achat se dégrader de jour en jour à cause de la flambée des prix des produits de première nécessité et ceux des carburants. Ils se sentent abandonnés aux effets dévastateurs de la sécheresse. Le programme Emel 2012, censé atténuer ces effets s’est révélé n’être qu’une usine à gaz destinée à enrichir une chaîne d’intermédiaires et de commerçants proches des cercles du pouvoir. Sur les 45 milliards d’ouguiyas qui lui seraient alloués, 7 retournent dans les comptes des dignitaires de l’Armée qui s’en est octroyé le juteux volet « transport ». Les rations distribuées sont ridicules et cette distribution est localisées dans les centres urbains obligeant les ruraux, majoritaires parmi la population, à supporter les frais d’acheminement jusqu’au bétail. Les prix des denrées de première nécessité (riz, sucre, farine, thé…) continuent à grimper. La soif tenaille les populations un peu partout dans le pays (Maghtaa

  7. komboro

    Pauvres populations du nord ! Prenez votre mal en patience car les chercheurs de place et de pouvoir à Bamako n’ont pas pris conscience des atrocités que vous vivez. Les écritures dramatiques, les images réelles de situation au nord Mali n’ont pas pu éveiller le bon sens de ces paranoïa voulant gérer un chaos qu’ils ne comprennent pas eux mêmes. Au moment où la communauté internationale cherche une issue pour décrisper les choses, les « naremagan » compliquent. Concertations ou pas, libérons d’abord le nord ensuite nous nous retrouverons pour se dire les vérités. Nous savons tous qui est qui dans ce pays.

    • DIALLO Dj.

      Espèce de journaleux médiocre, au lieu de t’assoir sur ton derrière dans ton bureau à inventer des articles bidons sur les problèmes imaginaires entre les gens, tu feras mieux d’aller nord pour informer le peuple. C’est dommages que tu n’informes pas mais du intoxiques sans savoir bien le faire, avec des causeries de grin du « railda ».

  8. malindivisible

    Le FDR ne doit pas participer car cette organisation ne doit même pas exister car ayant plomber le Mali. Son existence est liée à la cedeao . Sans le FDR le mali n’à rien perdu.

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci Maliindivisible de ton message mais si tu penses que le Mali est indivisible alors pourquoi excluez-vous certains, dont le FDR.

      Tous les Maliens non terroristes, comme ceux du FDR, doivent s’engager, ensemble, et participer à ces concertations nationales et négociations pour éviter les divisions et pour une sortie durable de la crise.

      Bien Cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail : Webanassane@yahoo.com
      TEL 00336 15 39 67 79

      • lakhanguemou

        tu veux dire qu’il y’ a de Maliens terroriste? kabako
        tu as de preuves de ce que tu viens de dire ici « ;;; »
        on s’en fou de Frond pour la Déstruction de la République(…FDR…)
        mais cela ne te permet pas d’accuser de paisibles freres de terroristes 8-O 8-O voyons ….voyons …

  9. Hombori

    Une concertation bamakoise et non nationale.

  10. Hombori

    Une concertation babakoise!

    • Mon frère tu a raison mais tout le problème ses bko touts les malien devraient prier pour que bko serra libre tout le Mali serra libre

  11. Dr ANASSER AG RHISSA

    OUVRIR LES CONCERTATIONS NATIONALES A TOUS LES MALIENS, NON TERRORISTES, Y COMPRIS CEUX DES RÉGIONS ET DE LA DIASPORA.

    ELLES PERMETTRONT DE MIEUX PRÉPARER ET MIEUX FAIRE LA GUERRE PLUS TARD EN CAS DE DÉSACCORD PROFOND LORS DES NÉGOCIATIONS AVEC LES GROUPES ARMÉS.

    ELLES PRÉPARENT AUSSI A LA RÉCONCILIATION NATIONALE ET A LA RECONSTRUCTION DE L’UNITÉ.

    ELLES DOIVENT DONC ÊTRE ORGANISÉES AVANT LA LIBÉRATION DU NORD.

    LEUR PROGRAMMATION DU 27 AU 29 NOVEMBRE 2012 EST JUDICIEUSE ET LA PARTICIPATION DE TOUS LES MALIENS MILITANT POUR L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE ET LA LAÏCITÉ EST SOUHAITÉE.

    Bonjour,
    Comme dit le Premier Ministre du Mali, les concertations nationales constituent une occasion pour regrouper tous les Maliens et non pour les diviser.

    Effectivement, elles doivent concerner et intégrer tous les Maliens, non terroristes, y compris ceux de la diaspora et ceux des régions.

    Certains, actuellement, se sentent mis de côté, en particulier, j’avais demandé en ligne la participation à ces concertations, je n’ai jamais été contacté.

    Les organisateurs peuvent rectifier le tir avant la tenue de ces dernières car tous les Maliens doivent se sentir concernés.

    Elles ne doivent pas se polariser uniquement sur les préalables (feuille de route, restauration de l’intégrité territoriale, élections, démocratie, décentralisation, sécurité), certes indispensables, mais aussi et surtout sur le futur souhaité par les Maliens.

    Elles doivent avoir des ramifications au niveau régional pour fédérer tous les besoins et les préoccupations des communautés et de tous les Maliens.

    Elles ne doivent pas être l’occasion pour mettre de côté des éléments ou la totalité des institutions actuelles, en particulier le premier ministre ou le président ou les ministres ou l’assemblée nationale, au risque d’être vues comme une « chasse aux sorcières » et de faire repartir la spirale des mécontentements et de la division ou de les amplifier.

    Les concertations nationales permettront de mieux préparer et mieux faire la guerre plus tard car permettent en cas de désaccord profond (avec les groupes armés souhaitant y participer en acceptant LES CONDITIONS SUIVANTES, à savoir, déposer les armes, cesser la terreur qu’ils génèrent, et s’engager pour la restauration territoriale du Mali et pour la laïcité) de mieux la préparer en ayant l’adhésion de tous les Maliens et leur participation à une guerre informationnelle (guerre stratégique de renseignements) qui sera plus précise et générera moins de dégâts (car les actions seront plus ciblées) qu’une guerre classique.

    En plus, elles généreront un calme relatif car pendant leur tenue les groupes armés qui souhaitent y participer doivent déposer les armes.

    LEUR TENUE N’EST PAS EN CONTRADICTION AVEC LE FAIT DE FAIRE LA GUERRE PLUS TARD CAR EN CAS DE DÉSACCORD PROFOND AVEC CES GROUPES ARMÉS, LA GUERRE SERAIT INÉLUCTABLE.

    La guerre avant les concertations et avant la négociation avec les groupes (MNLA et Ansar Dine) s’ils désirent négocier, en acceptant les conditions précédentes, rendra compliqué voire impossible la réconciliation nationale.

    Pour éliminer efficacement le terrorisme sans les dégâts collatéraux et garantir la réconciliation nationale et la reconstruction de l’unité nationale après la guerre, l’adhésion de tous à travers les CONCERTATIONS NATIONALES est indispensable et la GUERRE DOIT ÊTRE BIEN PRÉPARÉE.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  12. 1FILSDUMALIBA

    Peut on arreter toutes Ces conneries et se concentrer a liberer le nord et rien que le nord avant??? La population nordique aussi a son mot a dire. Faisons les choses bien, sinceres et honnetes.
    Cette est grave et la majorite l’a minimise. C’est cela le pire. Vous ne donnerez raison plutard.

    • Boulkasse

      A entendre tout cela, on semble se perdre dans la recherche de solution pour le Mali. Pendant ce temps, on nous manipule dans tous les sens. je crois qu’il est temps de se reveiller et arreter cette querelle de place. Ceux qui ont comis et revandiques, sur tous les medias, les crimes les plus graves semblent chercher a nous faire les yeux doux aujourd’hui pour negocier. Qu’avons nous a negocier aujourd’hui apres tant d’accords signes et concessions accordees. Le Mali doit faire une guerre totale pour en finir definitivement avec MNLA, ANSAR EDINE, MUJAO, AQMI etc et que sais-je encore, et revenir a la mere patrie, un point et c’est tout.Nous devons faire en sorte que la transition se termine le plus rapidement que possible et laisser place aux institutions democratiquement elus pour la gestion des choses. Personne n’a interet a sabotter ou retarder les choses. Tout le monde doit travailler ensemble pour le Mali, si l’objectif final est pour le bonheur des maliens.
      Merci, Massa Traore