Concertations nationales : Les assises reportées à cause de la junte militaire

45 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les concertations nationales étaient prévues pour se tenir du 26 au 28 novembre 2012 au Centre international de conférences de Bamako. L’annonce en avait été faite par la bouche la plus autorisée qui soit : celle du directeur de cabinet du Premier ministre, le professeur Oumar Kanouté, par ailleurs secrétaire général du MPR. L’intéressé avait ajouté que les assises se tiendraient avec ou sans la présence du FDR – front anti-putsch composé, entre autres, de l’Adema, de l’URD et de l’UNTM – qui avait décidé de les boycotter.

Capitaine Amadou Haya Sanogo

Or, vendredi 23 novembre, le gouvernement a tout à coup décidé le report des concertations à la date des 10, 11 et 12 décembre 2012. L’on pourrait croire que les pressions du FDR ont porté mais il n’en est rien en réalité. Se désolidarisant du groupement politique dont il émane (« Je ne sais plus ce qu’ils veulent! », s’est-il exclamé en petit comité), le président Dioncounda Traoré avait autorisé le gouvernement à annoncer la tenue des assises, quelles que soient la position et l’attitude du FDR. Il avait été également convenu entre le président Traoré et le Premier ministre Cheick Modibo Diarra que serait soumis aux assises nationales un projet politique axé sur 2 points principaux:

– maintien des institutions constitutionnelles actuelles;

– création d’un Haut comité d’Etat doté de pouvoirs consultatifs et dirigé par le président de la transition avec, pour adjoints, un militaire et un civil.

Ce projet ayant été soumis, comme on s’y attendrait, à la junte militaire de Kati, celle-ci a réagi négativement. Pour la junte du capitaine Sanogo, au lieu d’une simple structure consultative chargée d’émettre des avis inutiles , le Haut Comité d’Etat envisagé devrait plutôt remplacer l’exécutif actuel. De ce fait, le Haut Comité d’Etat prendrait la forme d’un triumvirat chargé de co-gérer le pays jusqu’à la fin de la transition. Bref, le Mali serait doté d’une présidence collégiale formée de 3 co-présidents de la République. La junte a fait savoir qu’à défaut, pour le gouvernement, d’adhérer immédiatement à ce projet, elle exigeait qu’à tout le moins, il soit soumis aux concertations nationales et que celles-ci en décident en toute souveraineté.

L’idée de la junte prenait le contrepied de celle de Dioncounda et de Cheick Modibo Diarra. Non seulement elle impliquait la mise à l’écart de la Constitution, mais en outre, elle signifiait un retour des militaires dans le jeu institutionnel. Par conséquent, elle avait toutes chances de susciter une levée de boucliers de la communauté internationale, ONU, Union africaine, Union européenne, Etats-Unis, France et CEDEAO en tête, qui ne veut voir l’armée malienne que retranchée dans les casernes ou déployée sur le front de la guerre.

C’est donc pour arrondir les angles avec la junte de Kati et ne pas se risquer dans une confrontation publique avec les militaires que le gouvernement a décidé de reporter les concertations nationales. Il lui faut absolument trouver un compromis avec la junte car si le projet de triumvirat était soumis aux concertations nationales, il pourrait très bien être adopté par les participants:  boycottées par le FDR et les partisans de l’ancien Premier ministre Zoumana Sacko, les assises nationales comptent, en effet, une majorité de délégués proches des militaires…

 

Tiékorobani

 

 
SOURCE:  du   26 nov 2012.    

45 Réactions à Concertations nationales : Les assises reportées à cause de la junte militaire

  1. ancienMalienEnExil...

    ne ment pas grand.

  2. Du n’importe quoi!!!
    Quelle analyse éronnée!!!
    On dirait des gens qui étaient absents du Mali ou coupés de l’actualité pendant ces derniers jours. Pourquoi les journalistes veulent toujours créer la zizanie dans l’esprit des gens? Seuls les enfants croirons à votre histoire montée de toutes pièces. Nous savons tous les assises ont été reportées pour permettre la participation de ceux qui y sont toujours rétissents. De grace, ne nous prenez pas pour designorants!!!
    Laissons au moins le FPR et autres porter ce chapeau :oops: :oops: :oops:

  3. Bilbao

    LE MALI EST MAL BARRE. COMMENT DES MILITAIRES QUI NE FONT PLUS LEUR JOB CAR ETANT INCAPABLES DE MENER DE SIMPLES ACTIONS DE GUERILLA CONTRE LES TERRORISTES OU DE SIMPLES ESCARMOUCHES VEULENT LE POUVOIR POLITIQUE. CE SONT DES MILITAIRES EN TENUE MAIS PAS DANS L’AME NI DANS LE COEUR. ON AURA TOUT VU AU MALI.

  4. Iliaque

    Alors il reste une Chose pour DIONCOUNDA et CMD s’ils veulent vraiment le bien de ce pays: A chaque fois qu’ils conviennent sur une decision, qu’ils l’executes sans en informer la Junte;si elle n’est pas contente qu’elle fasse un nouveau coup!
    ON comprendra vite qui veut couler le pays en ce moment!

  5. diatésso

    Nos militaires nous foutent la honte avec ces propos ils veulent changer leurs tenus militaire en costume de polititien si non au lieu d’aller au nord pour koi s’acharner sur un pouvoir à 3 tête du jamais vu

  6. TOURE A

    Je ne sais rien du serment millitaire, mais pour ma moi. un VRAI SOLDAT a chaque matin vecu doitremercier le bon Dieu d’avoir passer une nuit de paix et de securité de sa patrie et donner un adieu a sa famille avant d’etre au rassemblement. car la journée peux de n’etre pas une journée de vie pour cause l’ennemi de la patrie peut surgire a tout instant, la mort pour ma patrie sera la plus grande honneur pour moi, ma famille, pour mes descendants et enfin pour mon pays qui m’a tout donné jusqu’etre ce que je suis aujourd’hui (Digne soldat)).
    Malheureuse que cette conscience n’est pas cultivé dans le cervelet de ces je ne sais quoi…
    Que Dieu SAUVE CE PAYS!!!

  7. mamadou.cisse.maiga

    La junte est donc toujours au pouvoir et fait la,pluie et le beau temps.

  8. TOURE A

    (Pour la junte du capitaine Sanogo, au lieu d’une simple structure consultative chargée d’émettre des avis inutiles , le Haut Comité d’Etat envisagé devrait plutôt remplacer l’exécutif actuel. De ce fait, le Haut Comité d’Etat prendrait la forme d’un triumvirat chargé de co-gérer le pays jusqu’à la fin de la transition. Bref, le Mali serait doté d’une présidence collégiale formée de 3 co-présidents de la République. La junte a fait savoir qu’à défaut, pour le gouvernement, d’adhérer immédiatement à ce projet, elle exigeait qu’à tout le moins, il soit soumis aux concertations nationales et que celles-ci en décident en toute souveraineté)).
    Chers amis la seule sortie du crise malienne est le sacrifices de ces incultes au satan, sinon le pire pointe a l’herizon

  9. Vane Traoré Président de l'A.J.D.C.V

    Un Peuple-Un But-Une Foi
    Je parle, j’écris, j’ai publie aussi mes pensées en faveur de notre patrie le Maliba.
    Je ne suis pas un politicien, ni militaire pour aller libérer le nord du Mali, mais, mes pensées peuvent aussi donner un élan pour la libération totale dans un cadre du respect.
    Notre pays travers la double crise y’a longtemps.
    Nous devons soutenu nos militaires, nos chefs pour la résolution totale de cette crise.
    Il est temps que les maliens et maliennes se disent :
    – Le Mali c’est notre patrie,
    – Le Mali c’est le pays de nos enceintres,
    – Le Gouvernement malien c’est moi, c’est toi, c’est ils ou elles pas de division.
    – Le Mali est Un et Indivisible.
    – Nous pouvons combattre nos ennemis sans même déplacer (il s’agit des populations maliennes).
    – Restons toujours soudé.
    Que la paix revienne sur notre terre.

  10. Korotoumou Cisse

    Et oui mes frères, vous venez de constater douloureusement que la junte n’est pas là pour défendre notre pays mais exercer un pouvoir qu’elle ne pourra jamais acquérir par la voie des urnes. Et la communauté internationale, notamment l’Europe, les USA et même la CEDEAO dans une moindre mesure, a du mal à aller déloger ces terrorristes du Nord pour une raison simple : ne pas faire le lit de SANOGO en faisant le job pour qu’il s’installe à Koulouba…et je les comprend. Notre destin dépend d’une seule chose : que le soldat raté de Kati (comme le surnomme les américains) et ses sbires retournent dans leurs casernes. Certains de ses proches ont planifié de le liquider pour sauver leur peau d’abord et régler la question malienne àprès. C’est lui le problème et il est trop égoiste pour ne pas penser à son pays en priorité. Un vrai minable. Quand à COD, tous les jours, nous avons droit à son imcompétence notoire. Est ce vraiment un Diarra…Un souroukou même pas blin plutôt. CHIM!!!!!!!!!

  11. 1FILSDUMALIBA

    Vous savez on se leure, je pense tous ces clans veulent en profiter au max. Nos tramblants de militaires se cachent sous ci et ca ou dans ceci ou cela. Le commentaire de mon frere moussa ag en dit long. De l’autre cote mon frangin Anasser appuit plus le methode du bon sens en utilisant la diplomatie du cranubus….
    Mais reellement pensons nous que ces conards ne le savent pas???? Tous ceux que nous faisons suggestions ces milichiens et politichiens le savent plus que nous memes. La solution est la prise du pouvoir par la RUE… point….

  12. Papy1

    C’est DESOLANT de s’apercevoir qu’on pas une armee digne de ce nom, on a plutot une ARMOIRE rangee d’objets inertes.
    Nos impots et taxes ne doivent plus servir a cette armee qui ne sert a RIEN. :twisted:

    • WC

      MERCI PAPY VRAIMENT TU A BIEN VUE NORMALEMENT NOUS DEVONS CONSERVENT NOS IMPÔTS POUR UNE AUTRE DÉPENSES PARCE QUE TROP CES TROP CES FUYARDS ARMES NE SERVE A RIEN

  13. Massaye

    Les autorités maliennes de la transition sont des cancres du pouvoir. Des irresponsables, peureux et des teigneux.
    Sanogo un ambitieux d’un égo surdimensionnés , un président par accident sur lequel la junte militaire essuie leurs chaussures et un premier ministre qui se croit tout permis. Voila le Mali. Des individus sans scrupule , ni foi, ni humanité pour le peuple et qui n’avancent que dans la voie de leurs intérêts personnels. À ce jeu, le pays risque gros économiquement, financièrement et sur le plan sécuritaire. Il appartient de dire à tous ces masturbateurs de la vie politique du Mali y’en a marre.

  14. Brahim ould mohamed

    Lisez bien communauté internationale.

  15. Brahim ould mohamed

    Décidemment le ridicule ne tue plus,pendant que dans les corps constitués,la discipline est de rigueur,oú la rebellion est considerée trahison,un capitaine s´érige en faiseur de décisions dans la forteresse de Kati,pendant que les deux tiers de son territoire est occupé par des malfrats.Si réellement la communauté veut aider le Mali,qu´elle l´aide á se débarrasser d´un parasite,qui affecte l´armée malienne.Avant d´envoyer des troupes au front,il faut d´abord mettre de l´ordre dans les rangs.La débacle de l´armée malienne,n´est que le fruit de la rebellion commanditée par ce capitaine,défiant la constitution plébiscitée par la majorité des maliens et maliennes,et qui criminalise les coup-d´etats militaires.Il est grand temps que les maliens finissent avec cette situation,en remettant les pendules á l´heure.C´est seule pour cette voie que le Mali redeviendra ce qu´il a toujours été,un grand pays,et non une république bananière.Enough is enough.Basta ya.

  16. Kassin

    Kassin il ya quelques instants
    Le concert national ou concert géant est en réalité le bal des opportunistes qui tentent par tous les moyens de substituer une mascarade de concertation à la constitution du Mali du 25/02/1992.

    Après le coup d’état du 22 mars 2012, l’accord cadre anticonstitutionnel du 6 avril 2012 cette concertation de Kati et copain qu’on veut faire croire que c’est « Nationale » alors qu’elle n’est même pas locale est une troisième violation flagrante de la constitution du 25/02/1992 que tous les maliens démocrates doivent combattre par tous les moyens et avec la dernière énergie puisqu’elle n’a d’autre objectif que de légitimer le pouvoir illégal des spadassins de Kati et de leurs cohortes du Copam, de leurs apôtres du Mp22 et de leurs hordes du Yerewoloton.

    Ces hommes lige de l’anarchie bon marché et des règlements de comptes sauvages dont les éléments encagoulés sèment déjà la terreur partout à Bamako, après avoir battu à mort le président Dioncounda jusque dans son bureau, escaladant nos bâtiments officiels à Koulouba comme des fourmis magnans, cherchent seulement un brin de légitimité pour leur permettre de sevrer encore plus nos compatriotes du sud car ils ont juré de ne plus aller au nord malgré leur serment militaire.

    CMD, le grand troubadour de la transition sait plus que tout le monde que l’accord cadre qui est à la base de sa nomination n’est plus valable l’une des partie signataire (le Cnrdre) ayant disparue juridiquement le contrat signé avec la Cedeao n’est plus valable et à tout moment Dioncounda et même l’assemblée nationale du Mali peut valablement lui débarquer de la cité Kadhafi.

    Alors il cherchent, en vrai patriarche de l’opportunisme mal placé avec ses copains de circonstance, un stratagème pour contourner la constitution malienne du 25/02/1992 qui seule est aujourd’hui l’émanation de la volonté populaire clairement exprimée (par référendum) du peuple souverain du Mali car on à plus de président en exercice élu au suffrage universel direct des maliens.

    Donc peuples du Mali, je vous exhorte à plus de vigilance sinon vous allez dire adieux à la liberté et à la justice pour au moins 20 ans encore si jamais vous leur laisser vous imposer une mascarade de concertation.

    À bon entendeur salut!

  17. Maru

    On perd vraiment du temps pour des questions inutiles.
    La seule strategie la plus efficace de sortie de cette crise est pour nous maliens de faire de concessions pour les uns et les autres.Chacun doit faire des efforts pour ceder devant le prochain.
    Ainsi le maintien des institutions constitutionnelles actuelles ne serait plus un probleme a poser. Nous avons des institutions republicaines dirigees par les hommes competents, alors nous devons observer seulement de la patience, vue cette circonstance exceptionnelle que vit notre nation.
    En ce qui conserne la creation du haut conseil d’etat, le president avait parle de cela depuis son retour de Paris. Malgre l’opposition de nos allies ou partenaires exterieurs a l’inclusion des militaires dans cette institution, le president la prevoyait toujours. Je comprend par ci son souci d’accalmer les tentions pour pouvoir faire face au probleme le plus epineux du Nord.
    Cependant, si reellement on a une armee republicaine au Mali, soucieuse du retour de la paix, la defense de l’integrite territoriale, et la laicite de la nation malienne, alors, elle (l’armee) devrait ceder, et s’occuper de sa mission regalienne.
    Une armee qui a fuit devant les terroristes et les criminelles independantistes, qui continue toujours a s’imposer dans l’arene politique au lieu d’aller au front au moment ou on beneficie du support de toute la communaute internationale. C’est pour dire que les militaires maliens ne sont meme pas decides a defendre la nation. Sans quoi ils allaient se soumettre a la volonte des leaders politiques.
    Depuis quand vous avez entendu parle d’un pays avec 3 co-presidents. Des idiots qui ne savent meme pas de quoi ils parlent, sont entrain de bloquer toutes les procedures de sortie de la crise.
    La verite est qu’il faut exclure ces badots de militaires de toute activite politique. Qu’ils partent au front ou qu’ils laissent la communaute internationale venir au secours. Tant-qu’il n’y ait pas de coallision bien determinee pour faire face a ce vaut-rien de Sanogo il continuera a foudre le Mali dans la merde.
    La tenue d’une concertation nationale ne serait necessaire que quand toutes les couches sociales sont disponibles a y participer; Sans quoi ce serait une concertation bamakoise. Si c’est possible de tenir la meme assise dans les trois regions occupees, donc je serai d’accord avec le terme « concertation nationale », mais tel n’est pas le cas.
    Tout ce qui a lieu de faire c’est de former un comite de negociation dont les membres seront choisis par le FDR, COPAM et autres et approuves par l’assemblee nationale. Ce comite sera en charge de toute negociation entre le gouvernement et les criminelles du Nord. Pour cela nous avons des tres celebres avocats de renommee internationale qui pourront faire partie de ce groupe pour defendre notre pays.
    Toute autre chose qu’on est la a discuter « concertation nationale ou du n’importe quoi » releve de l’activisme politique. On a vraiment pas de temps pour ca. Essayons de cooperer avec nos partenaires, et evitons surtout de les donner une chance de cacher leur incompetence et indecision.

  18. s coulibaly

    Tant qu’il n’y aura pas de l’unité rien ne marchera dans ce pays.

  19. lakhanguemou

    bravo

  20. Dr ANASSER AG RHISSA

    DEVANT CONTRIBUER A LA COHÉSION NATIONALE, LES CONCERTATIONS NATIONALES ET LES NÉGOCIATIONS SONT INCONTOURNABLES.

    L’ENGAGEMENT RESPONSABLE DE CHAQUE PARTIE PRENANTE ET LA COHÉSION NATIONALE CONDITIONNERONT UNE SORTIE DURABLE DE LA CRISE AU MALI EN GARANTISSANT LA NON IMPUNITÉ, LA RESTAURATION DE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE ET DE L’UNITÉ ET LA RÉCONCILIATION NATIONALE MAIS AUSSI LA PAIX ET LA SÉCURITÉ PÉRENNES.

    Bonjour,
    Les concertations nationales et les négociations doivent être INCLUSIVES et OUVERTES aux régions, à la diaspora et à toutes les parties prenantes, A TRAVERS UN ENGAGEMENT RESPONSABLE.

    Ce dernier fait que doivent y prendre part tous les Maliens, de toutes les communautés, qui acceptent les principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme, coexistence pacifique, …) et les conditions (pour les groupes armés (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …): dépôt des armes, indivisibilité du Mali et laïcité) retenus d’un commun accord lors de ces dernières.

    Il fait partie du guide et de la plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise, que j’ai proposés au Président, aux Maliens et au médiateur.

    Les concertations nationales sont INCONTOURNABLES pour apporter des réponses à la difficulté qui fait qu’on a du mal à les rendre inclusives et ouvertes (à travers l’engagement responsable) et que les parties prenantes ont du mal à s’entendre sur leurs termes de référence donc leur finalité, les opérations et leurs ordonnancement pour apporter une réponse durable à la crise au Mali.

    Plusieurs éléments peuvent contribuer à expliquer cette difficulté tels que : l’exclusion de certains Maliens, la non compréhension par certains Maliens de ce qu’on veut faire, les égos de certains membres des parties prenantes, leurs desseins inavoués, les amalgames, la haine, l’engagement en ordre dispersé qui nuit à la cohésion et à la garantie d’une solution pour le bien-être collectif.

    Ce sont certains des aspects bloquants qu’il faut expliquer, les mettre de côté ou bien les traiter, comme le futur réellement souhaité, les opérations à traiter pour y parvenir et leur ordonnancement à travers une feuille de route (ce qui est indispensable à faire tout de suite et l’ordre des opérations pour y arriver, comme la nécessité ou pas d’organes de transition additionnels, la restauration de l’intégrité territoriale, les élections, les grandes lignes de ce qu’il faut faire juste après les élections).

    Sans ce travail préalable à tout, on risque d’avancer dans le désordre, sans cohésion, sans traiter ce qu’il faut et sans consensus entre les parties prenantes sur la problématique rendant difficile, voire impossible, la négociation.

    Ce qui peut nous amener à la fin de la transition sans rien faire de concret, comme la libération des zones occupées, la tenue des élections justes, qui sont les objectifs majeurs de cette transition.

    L’aspect cohésion nationale est très important et prédétermine la suite.

    Les concertations nationales aideront à créer cette dernière autour du futur souhaité.

    L’engagement responsable de chaque partie prenante et la cohésion nationale conditionneront la réussite de la sortie durable de la crise au Mali en garantissant la non impunité, la restauration de l’intégrité territoriale et de l’unité et la réconciliation nationale mais aussi la paix et la sécurité pérennes.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  21. Arrêtez les connéries, car lesdites organes ne ferront que augmenter les charges de l’Etat. Arrêtez vos commérages contre le peuple, car nous n’avons pas besoins de ces organes. Bon sang!!!

    • moussa ag

      Mon cher….

      Tu touches trop loin…ILS NE VONT JAMAIS S’ENTENDRE ET AJOUTERONT DES DISTRACTIONS SEULEMENT ….

      ON A ET ON INSISTE A ABANDONNER LES TEXTES DU PAYS ET SURTOUT LA CONSTITUTION… POUR IMPLÉMENTER DU TÂTONNEMENT ….

      LE TÂTONNEMENT NE VAS JAMAIS MENER À QUELQUE CHOSE DE BON….

      LES BETISES NÉGOCIÉES DU JOUR AU LENDEMAIN … COMME L’ACCORD CADRE …. N’AURONT QUE DES FAILLES QUE MÊME LES NULS COMME MOI PEUVENT EXPLOITÉ À PLUS FORTE RAISON DES VAUTOURS ET VAURIENS CIVILS ET MILITAIRES OPPORTUNISTES ASSOIFFÉS DE POUVOIR ET D’ARGENT…

      LE TÂTONNEMENT AJOUT AU CHAOS QUE L’ON VIT….

      Comme le dit si bien le frère Kassin…LA DANSE DU BALAFON CONTINUE… SANOGO ET SON COMPLICE CMD ONT UN TALENT EXTRAORDINAIRE DANS LE BALA…

      MAIS A QUOI ÇA A MENÉ LE PAYS JUSQUE LA… VERS LA LIBÉRATION DES TERRITOIRES OCCUPES???

      Moussa Ag, qui pense que abandonner la constitution pour DES BETISES improvisées ne marchera jamais et est une voie a ne pas suivre en ce moment critique….LIBÉREZ LE PAYS AU LIEU DE VOUS CONSACREZ A DES FUTILITÉS NON URGENTES…

      • doucara

        ça y est il « le frère exilé » danse le bala…. comme il le dit (hein capitaine Moussa Ag,
        dés que le frère exilé entend parle du capitaine kokadjé (….) le défenseur de pauvres « …. » :wink: :wink: « …. »

  22. dakabiton

    Monsieur Sanogo si tu ne prends pas les choses en main alors la destitution du général président n’a rien servi. Le pays va mal comparativement à la fin du mandat d’ATT tout le monde le sait. Tu as confiée le pays à des gens qui sont plus pire qu’ATT. Alors soit tu sauve le Mali ou soit tu auras ceux qui arrivent aujourd’hui aux maliens sur ta conscience toute ta vie.

    • merci dakabiton les militaires doit joue leur roles maintenant pour que tout ses problemes soit regle sinon sa vas pas du tous les malonnettes sons entrain de nous fait traine a terre depur combien de mois merde to all that shit we are tired of watch listen reading all that things now sanogo go on the game take your responsability to save the nation pls drop all those politicaux assosiation in hole and go ahead we are read to suport you.

      • Bougobalini

        Avec une capacite de reflexion aussi diminuee que celle-ci, il y a toujours des gens qui sont etonnes de voir qu’on ne fait que nous enfoncer chaque jour d’avantage. Si Sanogo pouvait faire quelque chose pour nous sortir de ce petrin, soit dit en passant qu’il a provoque, il n’allait jamais FAIRE SEMBLANT d’avoir remis le pouvoir aux civils; on l’y a oblige, C’EST CLAIR? Et meme maintenant s’il veut toujours continuer a s’enteter a s’immiscer dans la politique pour que l’opinion nationale oublie de l’envoyer au front, ceux que vous traitez en ennemis vont finir ce qu’ils ont commence. Il suffit juste de nous etouffer avec des embargos d’1 mois pour voir les maliens se precipiter pour dechiqueter votre rat de sanogo.
        Quelle honte!!!

        • moussa ag

          :lol: :lol: :lol: :lol:
          Moussa Ag n’est pas du tout étonné…C’EST LA CONTRAIRE QUI AURAIT VRAIMENT ÉTÉ SURPRENANT….

          Et puis il dit que LES MILITAIRES DOIVENT JOUER LEUR RÔLE MAINTENANT….
          Si je le traite de CANCRE … certains vont dire que je l’ai insulté ALORS QUE C’EST UN COMPLIMENT comparé à ce que je pense mais ne dit pas ….

          LES MILITAIRES DOIVENT JOUER LEUR RÔLE MAINTENANT :lol: :lol: :lol: :lol:

          Comme le dit mon ami bambara  » OUN MAAH MEH…OUN MAAH YEH … SHI DE MAH BOOH LI KEH…OUBIEN EY TEH MALIEN DEH YEH! »

          Trop fort ces bambara … en proverbe …

          Moussa Ag, qui n’est pas du tout surpris par la situation merdique du MALI…faut admettre qu’on a le plus large pourcentage d’idiots … ET ÇA CE SONT LES IDIOTS AVEC ACCÈS AU NET … ALORS …

  23. moussa ag

    Comme dans les films…

    LES BANDITS NE S’ENTENDRONT JAMAIS A LA FIN

  24. dakabiton

    Sanogo il faut revenir, ne perd plus le temps.Le mali n’a ni société civile ni religieux seulement des politiciens assoiffés de pouvoir. Chacun prépare de son coté les élections.Comment on peut parler de concertation nationale alors que les 2/3 du pays ne font pas parti, plutôt de positionnement politique en vue des élections. ATT et SANOGO vaut mieux que ceux qui tiennent aujourd’hui la destinée de ce pays.

    • moussa ag

      Tu as la memoire selective…va reviser les proposition du gueulard apres le coup d’etat….

      Moussa Ag, qui pense que le frere dakabiton doit avoir honte de mentionner sanogo et l’occupation des 2/3 du pas dans le meme commentaire…LE GUEULARD N’A RIEN FAIT D’AUTRE QUE GUEULER JUSQUE LA…ET TU VEUX ACCUSER D’AUTRES :evil: :evil: :evil: :evil:

      • dakabiton

        M Moussa Ag, a défaut de sa maman on se contente des seins de sa grand mère. Tu sais j t »ai toujours lu je suis loin d’être de ceux qui soutiennent Sanogo, Mais ceux qui détiennent le pouvoir sachent qu’ils ne sont pas l’abri et que tout peut changer en une fraction de seconde. C’est surtout sa mon idée.

        • moussa ag

          Mon cher…
          Le problème est que nous avons une très mauvaise culture de coup d’état … C’EST UNE TRÈS MAUVAISE CHOSE ….EN MON OPINION ET J’EN VEUT A GMT POUR ÇA…..

          IL NE FAUT PAS SYSTÉMATIQUEMENT PENSER À UN RECOURS À UN COUP DE FORCE QUAND ÇA NE VA PAS …

          ÇA NE VA PAS TOUJOURS ALLER DANS UN PAYS QUI CHERCHE À SE SORTIR DE LA MERDE … ON A CONNU ET ON VA CONNAÎTRE DES MOMENTS DIFFICILES ET L’INSTINCT DES MILITAIRES NE DOIT PAS ETRE DE FAIRE DES COUPS D’ÉTAT….

          CE N’EST PAS LE RÔLE DE L’ARMÉE ….
          CEUX DE L’ARMÉE QUI SE CROIENT COMPÉTENTS ET VEULENT DIRIGER … N’ONT QU’À SIMPLEMENT LAISSER LA TENUE ET RENTRER DANS LA SCÈNE POLITIQUE….

          Certains pensent qu’on s’acharne sur Sanogo pour des raisons personelles…LOIN DE LA … EST MON CAS….JE NE LE CONNAISSAIT PAS ET JE N’AI JAMAIS AIMÉ ATT POUR SA GESTION DU PAYS ET POUR DES RAISONS PERSONNELLES … PUISQUE J’AI ÉTÉ DIRECTEMENT AFFECTÉ PAR SON NÉPOTISME…..

          MAIS MES RANCUNES PERSONELLES NE SONT PAS UNE RAISON POUR DIRE « BIEN FAIT POUR LA GUEULE DE ATT » SACHANT OU ÉTANT CONVAINCU QUE LE COUP D’ÉTAT EST MAUVAIS POUR LE PAYS….CE SERAIT ÉGOCENTRIQUE ET MALHONNÊTE….SURTOUT COUCHÉ EN DEHORS DU PAYS AVEC MA FAMILLE ET N’ÉTANT PAS DIRECTEMENT AFFECTÉ PAR LA CATASTROPHE QUE VIVENT CEUX QUI SONT AU PAYS….

          je ne pense pas que les UNS ET LES AUTRES RÉALISENT LES CONSÉQUENCES DE CE COUP D’ÉTAT…

          ON EST DANS LA MERDE POUR TRÈS TRÈS LONGTEMPS ET NOTRE ARMÉE SERA DIVISÉE PENDANT TRÈS TRÈS LONGTEMPS….PAS SIMPLEMENT BÉRETS VERTS OU BÉRETS ROUGES…..

          ET ON EST À LA MERCIE DU MONDE Y COMPRIS LE PUTSCHISTE AUX MULTIPLES VISAGES DE BLAISE COMPAORE…ON N’A RIEN VU ENVORE…

          LE MALI DOIT EN FINIR AVEC CE CYCLE DE COUP D’ÉTAT … C’EST LE PIRE DES MAUX POUR UN PAYS ET NOUS ON L’A DANS NOTRE CULTURE…

          LA CULTURE DÉTERMINE LE COMPORTEMENT D’UN PEUPLE… GROUPE…. FACE A CERTAINES CIRCONSTANCES….

          Moussa Ag, qui pense qu’ il faut a tout prix que ce coup d’état soit le dernier dans l’histoire du MALI

      • Papy1

        moussa ag..cela fait huit mois que je defendais les militaires contre les politiciens, je me rends compte que c’est plutot les « terres en uniformes » qui sont payer pour laver l’honneur du pays sont nos pires enemis, pires que les jihadistes qui agissent beaucoup tout en ignorant les gueullards et peureux de Kati.
        Le mali n’a pas d’ARMEE, une triste realite. :evil:

  25. Dr ANASSER AG RHISSA

    RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE GLOBALE AU MALI A TRAVERS LA NOUVELLE ORGANISATION DE EXÉCUTIF PAR UN TRAVAIL EN RÉSEAU ENTRE LES INSTITUTIONS.

    Bonjour,
    Les concertations nationales auront à se prononcer sur la pertinence de l’intégration au sein de l’exécutif des nouveaux organes de la transition proposés par le Président du Mali.

    Pour cette intégration du haut conseil de l’État et ses composantes, le commission nationale aux négociations et le conseil national de transition, au sein de l’exécutif, IL SERAIT PLUS PERTINENT que le haut conseil d’État et ses composantes soient une nouvelle institution différente des institutions existantes.

    Les AVANTAGES étant son ouverture aux forces vives du pays pour plus de représentativité et son aspect transversal :

    (1) pour résoudre le problème de positionnement par rapport aux institutions existantes, en particulier par rapport à la Présidence pour son lien avec le haut conseil d’Etat, par rapport à l’assemblée nationale pour son lien avec le comité national de transition (même s’il n’est que consultatif) et par rapport au ministère des affaires étrangères pour son lien avec la commission nationale des négociations,

    (2) pour mieux servir toutes les institutions existantes à travers un fonctionnement en réseau, ainsi toutes les institutions existantes utiliseront l’expertise du haut conseil d’Etat, les résultats obtenus par sa commission nationale aux négociations et les conseils prodigués par son conseil national de transition ouverts aux forces vives de la nation. L’intérêt d’une telle organisation, c’est le fait de RENFORCER LA GOUVERNANCE GLOBALE par l’aspect réseau en reliant adéquatement les trois institutions, la Présidence, le Haut Conseil de l’Etat (HCE) et la Primature, ainsi que la commission aux négociations et le conseil national de transition.

    (3) pour aussi s’interfacer avec le Peuple pour prendre en compte ses besoins et revendications et qui peut aussi profiter de ces résultats et de ces conseils.

    DIFFICULTÉS

    Les difficultés de cette nouvelle organisation de l’excéutif seront la nécessité d’un découpage idoine des tâches, la nécessité d’un travail en réseau entre les différentes institutions donc la nécessité de la synchronisation entre la Présidence, le Haut Conseil de l’État, la Primature, la commission aux négociations et le conseil national de transition (rôle consultatif).

    Ce qui exige une bonne entente et une bonne communication entre les responsables de l’exécutif (Président, Vice-présidents du HCE, le Premier Ministre, le responsable de la commission aux négociations et le responsable du conseil national de transition).

    OUVERTURE AUX RÉGIONS ET A LA DIASPORA

    Le Président, Dioncounda Traoré, n’avait pas précisé la composition détaillée de la commission nationale aux négociations et de ce conseil national de transition, il serait souhaitable qu’ils soient ouverts à la diaspora et que :

    (1) La commission aux négociations puisse avoir des ramifications au niveau des régions pour que toutes les communautés et les citoyens participent à la vie de la nation et aux grandes problématiques qui préoccupent la nation.
    (2) Le conseil national de transition puisse aussi intégrer des représentants des régions.

    CONCLUSION

    Avec une telle organisation, le pouvoir est bien distribué, reste à en assurer une bonne gouvernance pour que tous les acteurs, dont le Peuple, en tirent pleinement profit.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  26. sociétas

    Maintenant, il faut l’admettre. Si cette information est réelle, nous sommes vraiment dans la merde, car on aura compris que l’armée malienne dirigée par des officiers inexpérimentés n’ira jamais au front. Le pire, c’est qu’ils croient qu’il y’a toujours des milliards dans les caisses de l’Etat et qu’il faut se servir volontairement. Camarades, l’argent se cherche à travers les bonnes initiatives. Et cette initiative à mon entendement ne pourra que conduire le Mali à son isolement. Ecoutez, peut être que la vie est très rose chez ces gens aujourd’hui, mais il faut qu’ils comprennent ont céssé de vivre depuis la rupture avec les partenaires internationaux; aujourd’hui, nous maliens sommes entrain de survivre, vraiment, ne nous achevez pas; vos ennemis sont au Nord comme vous l’evez vous même déclaré aux prémières heures de votre putch. Ayez enfin pitié du peuple malien.

  27. djeden

    Votre idée d’écraser notre constitution par des textes anticonstitutionnels qui sortiront de ces concerttaions taillées sur mesure n’aboutira pas.

    Une bande de minables ne peut piéger tout un peuple.

  28. bombey

    « Youroukou youroukou mèn o mèn,a laban bélé tigiw bi gon ». Aw kan bèn!

  29. blanche neige

    avant de virer les barbus du Nord ,il faudra d’abord faire appel à la CEDEAO pour virer Sanogo et ses sbires de Kati :mrgreen: :mrgreen:

  30. QUE DIEU SAUVE LE MALI ET LES VAILLANTS HABITANTS DU NORD.

  31. Kassin

    Le concert national ou concert géant est en réalité le bal des opportunistes qui tentent par tous les moyens de substituer une mascarade de concertation à la constitution du Mali du 25/02/1992.

    Après le coup d’état du 22 mars 2012, l’accord cadre anticonstitutionnel du 6 avril 2012 cette concertation de Kati et copain qu’on veut faire croire que c’est « Nationale » alors qu’elle n’est même pas locale est une troisième violation flagrante de la constitution du 25/02/1992 que tous les maliens démocrates doivent combattre par tous les moyens et avec la dernière énergie puisqu’elle n’a d’autre objectif que de légitimer le pouvoir illégal des spadassins de Kati et de leurs cohortes du Copam, de leurs apôtres du Mp22 et de leurs hordes du Yerewoloton.

    Ces hommes lige de l’anarchie bon marché et des règlements de comptes sauvages dont les éléments encagoulés sèment déjà la terreur partout à Bamako, après avoir battu à mort le président Dioncounda jusque dans son bureau, escaladant nos bâtiments officiels à Koulouba comme des fourmis magnans, cherchent seulement un brin de légitimité pour leur permettre de sevrer encore plus nos compatriotes du sud car ils ont juré de ne plus aller au nord malgré leur serment militaire.

    Donc peuples du Mali, je vous exhorte à plus de vigilance sinon vous allez dire adieux à la liberté et à la justice pour au moins 20 ans encore si jamais vous leur laisser vous imposer une mascarade de concertation.

    À bon entendeur salut!