Conférence des Fédérations du Parena : Paix, sécurité, cohésion, intégrité territoriale du Mali

0
0

Le PARENA a organisé, samedi dernier, la conférence des Fédérations du parti. C’était en présence des présidents de fédérations, de la présidente du Mouvement des femmes et du président du mouvement des jeunes, des élus et de nombreux cadres du PARENA, au Centre international de conférence de Bamako. Après les bénédictions prononcées par El Hadj Moustapha et la minute de silence en la mémoire des victimes des agressions au Nord du pays, le président du parti, Tiébilé Dramé, a entamé son discours par la triste note de l’actualité du pays.  Le Mali, a-t-il dit, vit une des heures les plus graves de son histoire millénaire. Jamais, a-t-il ajouté,  l’unité de notre pays n’a été autant menacée, jamais la cohésion de notre vieille nation n’a été autant menacée. Il a soutenu que depuis le 17 janvier dernier, début des attaques rebelles contre la garnison de Ménaka,  la guerre s’est étendue aux trois régions du Nord de notre pays, avec son cortège de malheur, de morts, de blessés.  Cette guerre, a-t-il regretté,  a jeté sur les routes de l’exil  des dizaines de milliers de nos compatriotes qui vivent dans des conditions précaires en   Algérie, au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger. Il a rappelé les moments atroces qu’ont vécus certains militaires à AguelHok. Dans ces conditions, a-t-il dit, le PARENA « a décidé d’annuler son Conseil national consacré aux élections pour marquer sa solidarité avec l’ensemble de notre peuple. Quand la maison brûle, on ne s’occupe pas de l’écurie, dit-on ! Il n’aurait pas été décent,  il n’aurait pas été responsable que le PARENA réunisse ses dirigeants communaux, locaux, régionaux et nationaux pour parler d’ élections et pour parler de candidature à l’élection présidentielle. Nous avons décidé, pour ce faire, de consacrer la présente conférence des fédérations à la grave  situation qui prévaut au Nord et à  ses répercussions sur la situation politique. Pour réfléchir ensemble aux moyens de rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. »   Le président du PARENA, Tiébilé Dramé,  a soutenu que chaque Malien vit actuellement un calvaire, à cause, non seulement de la situation qui prévaut au Nord du pays, mais aussi, des nouvelles diffusées par les radios et télévisions internationales. Pourtant, a-t-il souligné, le parti avait prévenu de la gravité de la situation au Nord de notre pays, à travers l’organisation de plusieurs conférences, dont celle du 11 décembre dernier, à l’hôtel de l’Amitié. Le parti continuera donc de s’occuper de cette question, car l’essentiel, l’intégrité du territoire et la cohésion nationale sont menacées. Le parti a, aussi, exprimé ses préoccupations, concernant les élections de 2012. S’agissant du référendum,  il a souligné qu’il est évident qu’il ne devrait plus être à l’ordre du jour,  l’alinéa 2 de l’article 118 de  la Constitution du 27 février 1992 stipulant clairement qu’ « aucune révision ne peut être engagée ou poursuivie s’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire ». Aujourd’hui, a assuré le président du parti, Tiébilé Dramé, c’est le cas. Il a ajouté : ‘’ S’agissant des élections, si le Mali est un et indivisible, peut-on imaginer un seul instant  tenir des élections sans les régions du Nord,  avec l’insécurité, les dizaines de milliers de réfugiés et de déplacés internes ? ‘’ Le Parena, a-t-il fait savoir, est l’un des  partis à l’ origine d’un plan d’action pour la paix et la stabilité dans  notre pays. Il a soutenu que le plan d’action a reçu l’adhésion de toute la classe politique, de tous  les partis parlementaires et  de tous  les partis non parlementaires.   Ce plan d’action a reçu, a-t-il déclaré, l’assentiment du président de la République, vendredi dernier. Le plan d’action commencera dès maintenant, a-t-il signalé, à être mis en exécution.  Il a fait observer que nous devions tous unir nos efforts, prier pour la réussite de ce plan d’action de la classe politique  qui, à côté du président de la République  et du gouvernement, s’implique  pour le retour de la paix  et de la sécurité dans notre pays.

Baba Dembélé

****

DISCOURS DU PRESIDENT DU PARENA A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA CONFERENCE DES FEDERATIONS DU PARTI

Centre international de conférences de Bamako,

11 février 2012,

Chers camarades membres du Comité Directeur du Parti, Députés et Conseillers Nationaux, présidents et secrétaires généraux des fédérations PARENA, responsables du Mouvement des femmes et des jeunesses PARENA,

Mesdames, Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Je voudrais inviter El Hadj Moustaphe Diakité, maire de la Commune de Kiban (cercle de Banamba) et Secrétaire chargé des Maliens de l’extérieur du Parti,  à venir dire la Fatiyya,  bénir cette réunion et prier pour la paix, l’unité et la cohésion nationales au Mali.

Je voudrais aussi vous demander d’observer une minute de silence à la mémoire de nos compatriotes qui ont perdu la vie depuis le début de la présente rébellion.

La guerre déclenchée,  le 17 janvier,  à Ménaka par des groupes rebelles s’est étendue aux trois régions du Mali.

Outre les morts et les blessés déjà trop nombreux, ce conflit a jeté sur les routes de l’exil des dizaines de milliers de Maliens qui vivent dans des conditions extrêmement précaires en Algérie, au Burkina,  en Mauritanie et au Niger.

Des dizaines de milliers d’autres milliers sont devenus,  du jour au lendemain,  des déplacés internes dans leur propre pays.

 Nos frères, nos sœurs, nos amis et nos camarades qui vivaient dans les villes qui sont attachés au Mali autant que chacun d’entre nous, ont été obligés de quitter le pays,  pour raisons de sécurité.  Ceux qui sont restés ont dû mettre leurs familles à l’abri à l’extérieur.

Que dire des exécutions sommaires de militaires faits prisonniers à Aguel-hok ? Elles heurtent la conscience humaine. Elles heurtent la conscience  démocratique.

Mes chers camarades,

Notre pays vit une des heures les plus critiques de son Histoire millénaire.

Jamais l’unité du pays n’a été autant menacée.

Jamais la cohésion de notre vieille nation n’a été autant ébranlée.

De graves périls menacent l’essentiel dans notre pays. C’est pourquoi le PARENA a décidé d’annuler son Conseil National consacré aux élections pour marquer sa solidarité avec l’ensemble de notre peuple.   « Quand la maison brûle, on ne s’occupe pas de l’écurie », dit-on !

Il n’aurait pas été décent,  il n’aurait pas été responsable que le PARENA réunisse ses dirigeants communaux, locaux, régionaux et nationaux pour parler d’ élections et pour parler de candidature à l’élection présidentielle. 

Nous avons décidé, pour ce faire, de consacrer la présente conférence des fédérations à la grave  situation qui prévaut au Nord et à  ses répercussions sur la situation politique. 

Pour réfléchir ensemble aux moyens de rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Pour réfléchir d’ores et déjà aux conséquences de la crise du Nord sur la démocratie, sur le fonctionnement et le renouvellement des institutions de la République,  sur les élections programmées pour les prochains mois.   

S’agissant du référendum,  il est évident qu’il ne devrait plus être à l’ordre du jour,  l’alinéa 2 de l’article 118 de  la Constitution du 27 février 1992 stipulant clairement qu’ « aucune révision ne peut être engagée ou poursuivie s’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire ».                                       

Et aujourd’hui , c’est le cas.

S’agissant des élections, si le Mali est un et indivisible, peut-on imaginer un seul instant  tenir des élections sans les régions du Nord,  avec l’insécurité, les dizaines de milliers de réfugiés et de déplacés internes ?

En outre, peut- on nous permettre d’organiser des élections bâclées dont la conséquence  serait la contestation des résultats et l’instabilité politique ?  Peut-on rajouter à la guerre, à l’insécurité au Nord,  l’instabilité politique au Sud ?

Nous n’insisterons jamais assez sur la nécessité de faire taire les armes afin de restaurer la sécurité.

Pendant des années, le PARENA a constamment recommandé que la question du Nord soit gérée comme du lait sur le feu, qu’elle soit gérée en associant les élus, les partis politiques et la société civile.

Nous nous réjouissons de l’implication des partis politiques, à travers le Plan d’action de sortie de crise.

Nous invitons toutes les forces vives du pays à soutenir la mise en œuvre de ce Plan d’action.

De la même manière nous avons, dès mars 2011, tiré la sonnette d’alarme sur la nécessité de commencer à préparer les élections de 2012. A 80 jours du 1er tour de la présidentielle, nous sommes en droit de demander des informations détaillées sur les préparatifs. Car, des élections mal préparées sont source d’instabilité.

Que Dieu sauve le Mali !

Je vous remercie ! 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.