Conférence nationale de l’ADEMA : La ruche fait bloc derrière la candidature de Dramane Dembélé

10

Adema xLe clash attendu n’a pas eu lieu. En tout cas pas pour le moment. Nombreux sont les maliens qui s’attendaient à voir l’ADEMA se donner en spectacle lors de sa 2ème  conférence nationale, organisée le 14 avril 2013, au CICB, pour le choix de son candidat à l’élection présidentielle de juillet 2013. Pire, certains avaient même prédit l’implosion de la ruche de ces assises. Mais, il n’eut rien. A part un petit son discordant de Me Kassoum Tapo qui a vite fait de revenir dans les rangs, le choix du CE ADEMA de présenter Dramane Dembélé comme candidat du parti à l’élection présidentielle de juillet 2013, a été entériné par la conférence nationale convoquée a cet effet.

L’ADEMA a son candidat pour l’élection présidentielle de juillet 2013. Il s’appelle Dramane Dembélé. Il a 46 ans. Il a été désigné le 14 avril 2013, par acclamation des délégués venus de toutes les sections du parti pour participer à la conférence nationale. «  Nul doute que cette conférence de désignation de candidat n’est pas ordinaire ! Parce qu’elle n’obéit pas au schéma habituel des conférences annuelles. Elle n’est pas ordinaire aussi et surtout par l’enjeu qu’elle représente pour le Parti et le pays tout entier. Son objet est plus que sensible, délicat et pouvant être périlleux dans certains cas », avait indiqué Ibrahima Ndiaye, Président par intérim du parti ADEMA, à l’ouverture des travaux. Selon lui, choisir un candidat pour présider le Parti ou pour assurer le premier rôle à la tête de l’Etat, a toujours été un exercice difficile et très difficile. Pour preuve, il a rappelé  le départ  en 1994  du Président par intérim de l’époque pour créer le MIRIA. Il n’a pas oublié le départ du président du parti de l’époque, suivi de la création du RPM en 2000. Il a aussi rappelé qu’en 2002, avec le départ du 3ème  Vice-président du parti, l’URD sera créée. « Nous voila de nouveau en face d’une épreuve similaire mais cette fois-ci dans un contexte plus que périlleux que traverse le Mali dans toutes ses composantes », a-t-il déclaré. Avant de rappeler qu’avec la crise que vit notre pays, les attentes du peuple sont : la fin de la guerre et de l’insécurité, le retour à la normalité dans les zones libérées, la réconciliation nationale au nord comme au sud, la relance économique et la normalisation de la coopération internationale. Selon lui, toutes ses attentes ont été désignées par le peuple ADEMA, sous forme de messages adressés au parti. Ce sont : l’intégration de la question de la crise que vit le pays comme élément fondamental, sauvegarder l’unité et la cohésion du parti, participation aux élections présidentielles avec un candidat interne, éviter d’autres fractures, d’autres déchirures qui pourraient menacer l’existence de l’ADEMA du fait d’un contexte ou les partis politiques sont fortement décriés et l’ADEMA tout particulièrement, créer les conditions les meilleurs pour une candidature consensuelle. Face à toutes ces exigences, il dira que le comité  exécutif de l’ADEMA, en guise de réponse, a décidé de présenter un candidat interne aux futures élections présidentielles, a pris l’engagement de mettre fin  à l’angoisse et à la psychose du risque d’affaiblissement ou d’éclatement par la mise en place d’une Commission de bons offices et l’acceptation et la soumission à la conférence nationale d’un candidat du comité exécutif à l’élection présidentielle  de 2013. « Aujourd’hui, il vous revient d’entendre l’appel des militantes et des militants, leurs angoisses et leurs frustrations, Il s’agit aujourd’hui également de mettre hors de tout danger le parti », a-t-il lancé aux délégués.  Avant de leur dire que « le Comité exécutif a fait son choix et vous demande de le valider », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter qu’à la sortie de cette conférence, l’ADEMA aura choisi son candidat et veillera à ce qu’il bénéficie du soutien et de l’accompagnement de tout le parti. « C’est ce qu’ont voulu les militants, en mettant en exergue le caractère consensuel du choix si l’on veut gagner », a-t-il indiqué. Ce cri de cœur de Iba Ndiaye pour la cohésion du parti a été entendu. Et toutes les sections sans exception, ont approuvé le choix de Dramane Dembélé comme le candidat de l’ADEMA à l’élection présidentielle de juillet 2013, dans une unanimité qui invite à la prudence. Pour celui qui suit l’ADEMA depuis quelques années, il ne serait pas surprenant de voir des barons se positionner derrière d’autres candidatures. « Que Dieu nous donne la force pour répondre aux attentes du peuple ADEMA et du peuple malien », a indiqué Dramane Dembélé, une fois que ses camarades ont porté leur choix sur lui pour défendre les couleurs du parti. Dramane Dembélé est désigné candidat de l’ADEMA, mais attendons  de voir ce que certains barons de la ruche va lui réserver en terme de soutien.

Assane Koné

 

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. C’est l’ossification harmonieuse qui transforme l’os en barre de fer. Dans la conduite des affaires d’une nation, évitons la gérontophobie qui est contraire à nos valeurs africaines. Je ne suis militant d’aucun parti politique, surtout dans un pays qui n’a besoin que de trois partis au lieu de 150. Pour les prochaines années, le Mali n’a pas besoin de baby président, par ailleurs trop tôt initié à la corruption qui gangrène l’évolution de ce pays depuis une belle lurette. Plus de conseils de ministres permanents à Bamako! Désormais le Mali Nouveau exige des conseils de ministres tournants, surtout dans les coins les plus reculés du territoire national, là où il n’y a ni eau potable ni électricité. Le premier de ces « conclave » ministériels devrait se tenir à Aguelhok. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut et plus de nominations pour amuser la galerie. Plus de mendicité auprès des puissances économiques de la planète. Tout le monde au travail, sous le soleil et sans cravate s’il vous plait. Mise à contribution obligatoire de toutes les compétences techniques et universitaires pour sortir le Mali de cette humiliation planétaire. Prenons l’exemple de la Thaïlande (514000 km2 ; 66 millions d’habitants) qui dans les années 1970 était l’un des pays les plus pauvres du monde indochinois mais qui figure aujourd’hui parmi les premiers exportateurs mondiaux de riz. Aujourd’hui, le Mali (1240000 km2 pour presque 15 millions d’habitants) pour une question de stratégie économique abjecte mourrait de fin s’il n’a pas accès au bon et fameux riz thaïlandais. Quelle tristesse ! Le Mali ne se limite pas aux bureaux climatisés de Bamako, Kayes, Ségou, Mopti ni à ces jeunes qui ont accès à Internet et aux voitures de grosses cylindrées. Pensons toujours aux femmes et aux jeunes ruraux qui vivent dans des conditions catastrophiques et que l’on traine dans des débats démocratiques lorsqu’il s’agit d’élire un « Presdan ». Pensons en permanence à ces jeunes femmes rurales qui accouchent et meurent aussitôt sans pouvoir admirer le visage de leurs enfants par manque de soins appropriés. Parlons « démocratie » parce que nous voulons un Mali Nouveau. Mais quel paysan (agriculteur, éleveur, pêcheur) est capable aujourd’hui de se prononcer sur un seul article de la Constitution malienne ? Méditez. Simbon

  2. Et sachez que l’Adema investit Dramane DEMBELE dans une salle presque vide 😆 😆 😆
    Ceux qui étaient là aussi avaient l’esprit tourné vers Modibo SIDIBE 😆 😆 😆
    Certains ne s’en cachent plus 😆 😆 😆
    Pauvre de fonctionnaire milliardaire Dramane DEMBELE: dans quelques jours, ce sera le désert autour de lui 😆 😆 😆

    • Très bonne nouvelle mon cher. L’adema n’a rien vu encore. C’est la descente aux enfers qui commence.

    • Ne vous inquiétez pas Dramane mêmene votera pas pour sa propre personne à plus forte raison pour le parti. Les cadres de l’Adema n’ont pas confiance en eux. Ils se sentent incapable de diriger le pays. C’est vraiment la preuve qu’ils montrent aux yeux des maliens.
      Donc pourquoi être un nparti politique ? Ils veulent que des places sans responsabilité. Vous verrez tout ce cinéma c’est pour Modibo Sidibé. Quelle honte, quel modèle d’éducation politique vous nous montrez.
      Et dans l’avenir, nous autre jeune, devons nous suivre l’exemple de ces papas bizarres ?
      franchement j’ai honte de voir l’irresponsabilité de ses tontons. Autant dire qu’on a pas de candidat. Prions pour ses terroristes politique ou appelons la Misma pour leur donner des cliques claques en guise de leçon.

  3. les elections au Mali : on lave la salade avec de la boue et on la rinçe avec l’eau des chiottes :mrgreen: :mrgreen:

  4. Dieu aime le Mali, raison pour laquelle il a donné un candidat pareil à l’adema pour qu’il ne gagne pas. Le meilleur pour le Mali est à venir sans l’adema au pouvoir. Merci Dieu de nous épargner de ce parti mafieux.

  5. 😆 😆 😆 , l’adema fidele a ses habitides comme on le sait, ceci n’est que de facade. On verra par la suite.

  6. L argent à encore parler à l ADEMA il se dit preuve a l appui que ce candidat à offert 50 millions à chacun des 5 membres de la commission pour se faire choisir et 20 millions à quelques menbres du comité executif au délégués et aux sections pour avoir leur soutien lors de la conférence .maintnant Qu il a dépensé de l argent pour être candidat de la ruche il va falloir en dépenser autant sinon plus pour se faire élire au mali et ça il pourra toujours rêver à moins que l’objectif final c’est de monnayer le soutien du parti aux adversaires bien connus . La question qui se pose est de savoir ou est ce qu il a eu tout cet argent en étant que Directeur National des Mines pendant 4 petites années
    Franchement j ai mal pour ce grand parti dont les créateurs décédés doivent ce jour se retourner dans leur tombe en voyant leur œuvre finir entre les mains de prébendiers
    Tant mieux pour le Mali au moins on verra une autre formation politique au pouvoir en attendant de voir ce que eux vont nous réserver aussi

    • C est exactement ça car il n y a personne de serieux dans ce parti qui le suivra à part ceux aux quels qui il a fait un gros chèque

Comments are closed.