Conférence de la première convention nationale du PDES : L’Unité et la cohésion retrouvée

0
0





Dix-sept mois après son Assemblée Constitutive (17 juillet 2010), le PDES vient de tenir a tenu le week-end dernier, sa première Convention Nationale. L’objectif affiché était de mesurer le chemin parcouru, d’évaluer les forces et les faiblesses du parti afin de se projeter dans la course à la présidentielle de 2012 pour la quelle le jeune loup aux dents longues, M. Jeamille Bittar avec l’UMAM a pris une longueur d’avance sur el Président Séméga et ses conseillers. Donc la Convention Nationale des 17 et 18 décembre dernier  au stade du 26 mars de Yirimadio sous la présidence du président du parti, M.Hamed Diane Semega et en présence du premier vice président, M. Jeamille Bittar, le second M. N’diaye Bah (qui vient d’être recalé à la troisième place pour n’avoir pas pu renforcer l’unité du parti), le quatrième vice président, M. Bakary Togola, le puissant Secrétaire général, M. Maharafa Traoré, entre autres.

En fait, toute la famille qui se réclame de l’héritage du président ATT a répondu à l’appel. La salle de basket-ball dudit stade a refusé du monde. Les délégués sont venus nombreux, de l’intérieur du Mali comme de l’extérieur sans discrimination aucun sur instruction du bosse.

En  effet l’ouverture des travaux de la présente assisse à été marquée  d’un seul discours, celui du président Séméga, suivi des interventions des partis amis.

« Le PDES présente le visage d’une formation politique reflétant le Mali dans sa diversité »

En jetant un regard rétrospectif sur le chemin parcouru, les défis surmontés, les paris gagnés et les réalisations faites, le président Séméga dira : « nous avons eu raison d’oser». Au jour d’aujourd’hui, a-t-il poursuivi, «notre parti couvre en termes d’implantation l’ensemble du territoire national, avec un taux de mise en place des structures d’environ 90%». Et le président Séméga de se dire convaincu que le PDES présente le visage d’une formation politique reflétant le Mali dans sa diversité. Il parle de l’adhésion «de milliers de jeunes, de femmes, de notabilités locales, d’élus locaux et nationaux, de cadres du secteur privé comme du public, d’opérateurs économiques dynamiques». « Le PDES a pu atteindre l’objectif qu’il s’est fixé », a dit son président avec ses quinze députés et plus de 1500 élus municipaux. Qui dit mieux !

Parlant de la consolidation des acquis politiques, économiques et sociaux obtenus par le Mali ; le président Séméga a dit « qu’en si peu de temps son parti a obtenu des résultats positifs. Il a ensuite appelé les responsables et les militants du parti à l’«unité, discipline, consensus tels sont les clés du succès dit-il. «La victoire en 2012, qui est à la portée de main serait un objectif compromis si la discipline et l’unité ne restaient pas pour nous des impératifs absolus», martelé un Séméga rallardi car, seule dans l’unité ils pourront relever els défis et poursuivre les œuvres du Président ATT.

Présidentielle de 2012

Pour relever avec succès les élections de 2012  expliqua t-il «nous devons être encore plus unis ; consentir encore plus d’efforts, encore plus de sacrifices ; aller à la rencontre de nos compatriotes, où qu’ils se trouvent, au Mali comme à l’étranger, et rester constamment à l’écoute de leurs préoccupations. La tenue des élections en 2012 représente également au-delà du PDES, un défi pour tous nos compatriotes et pour tous les partis soucieux de l’avenir immédiat de notre démocratie et de la préservation de la stabilité dans notre pays ». Le président Séméga a annoncé que son parti œuvrera de concert avec les partis amis de la place, pour la tenue d’élections crédibles et apaisées.

Crise du Nord Mali

«Le PDES condamne avec force les actes de terrorisme et les crimes commis par des bandes armées sans foi, ni loi dans la bande sahélo-saharienne contre de paisibles populations et les ressortissants étrangers, et réaffirme son adhésion à la ligne définie par le président ATT pour gérer la question de l’insécurité au Nord.», a laissé entendre Séméga.

Referendum constitutionnel

« Le referendum constitutionnel, à n’en point douter, parmi les grands défis qui nous interpellent », dira Semega. Toujours selon lui, « ces reformes visent à créer les conditions d’un ancrage durable de la démocratie et de la bonne gouvernance dans notre pays. Le PDES doit œuvrer pour une victoire massive du oui », a-t-il martelé. Il en appelle à l’information et à la sensibilisation de nos compatriotes sur «les avancées que l’adoption du projet de révision permettra à notre pays de réaliser ». Séméga engage aussi tous les responsables des coordinations, des comités et des cellules de base et tous les élus du PDES : «à se mettre en ordre de marche pour assurer au soir du 29 avril 2012, la victoire éclatante du «Oui». Le président Séméga dira en fait que c’est la condition pour eux : «de remporter toutes les autres batailles». En effet, après deux d’échanges entre les responsable du parti, malgré quelques « difficultés » qu’il ya eues lors de la cérémonie d’ouverture entre les partisans de Jeamille Bittar (venus très nombreux puisque mobilisés en moins de 24 heures) et ceux de Séméga, les responsables du PDES ont pu trouver un consensus lors de la composition  du Comité du Directeur national de leur parti. Même si on a constaté de quelques changements lors de la lecture de la liste du nouveau bureau. Mais Hamed Diané Semega occupe toujours son poste de président du parti et Jeamille Bittar, 1er vice président. Un bureau du CDN rénové tenant compte de toutes els sensibilités.

 Dans les coulisses

Le camp Jeamille Bittar sort la grosse artillerie

Plus de 3000 T-Shirts confectionnés en moins de 24 heures. Plus de 100 Bus ont transporté les congressistes à la surprise générale du camp Séméga.

 

Le Président ATT siffle la fin de la récréation

Selon des informations dignes de foi, la veille de la Convention Nationale du PDES, le Chef de l’Etat a convoqué les différents protagonistes : M. Ahmed Diané Séméga et M. Jeamille Bittar pour leur signifier sa volonté de renforcer la cohésion. Surtout pas d’exclusion. Cette mise au point a permis d’aplanir els divergences et a renforcé les héritiers du locataire de Koulouba qui ont finalement mis en place un bureau consensuel qui tient compte de toutes les sensibilités. Ils sont 110 personnes à faire partie de la nouvelle équipe dirigée par Ahmed Diané Séméga.

 Des recalés et des promus

Comme il fallait s y attendre, el Président ATT soucieux de sa succession dans grabuges, a mis en garde ses héritiers à s’entendre. D’ailleurs le discours du président Séméga a été axé sur ce point capital. C’est fort de cela que certains ont été décalés comme M. N’Diaye Bah qui occupe la troisième vice-présidence en remplacement du Dr Ousmane Bah, doyen qui occupe la deuxième vice-présidence. Selon nos informations, on reproche à N’Diaye Bah de n’avoir pas pu concilier les positions de Jeamille Bittar avec Ahmed Sow et Ahmed Diané Séméga qui se tiraillent pour la candidature du parti. Trente et quatre (34) présidents d’honneur dont Ahmed Sow ont été nommés. lls représentent des personnalités et non les moindres de la République. Qu’il s’agisse de Seydou Nantoumé, Mamadou Samassékou, Moctar Ben Maouloud, Hat Ag Baye, habib Sofara, Afourou dao, Babani sissoko, Dr Abdoul Bah, Banni Kanté ( le fidèle parmi les fidèles du Chef de l’Etat. L’homme à tout faire mais discret, éducation familiale oblige), Salia Daou, Jean Claude Saadé, Djonké Yernangoré, Ely poudiougou qui est chargé de la formation professionnelle, entre autres, représentent la quintessence du pouvoir ATT.

Aussi des cadres à l’image de Maharafa Traoré, secrétaire Général a été retenu à sa place pour équilibrisme du bureau puisque proche de Séméga. Idem pour la présidente des Femmes Mme Kanté Dandara Touré ou de la Communication avec le respecté Benson Diakité (humble) ou de notre confrère Nouhoum Togo à la mobilisation.

Les questions électorales a été donné à Amadou Koïta, ex secrétaire national de la jeunesse dont il est maintenant chargé d’organiser la convention nationale. Une vraie promotion pour ce proche à Jeamille Bittar, non moins Président de l’UMAM, cette association politique qui bat son plein au plan national. Même dans les Commissions créées, les partisans de Jeamille Bittar occupent la quintessence des postes devant permettre au parti de foncer en vue d’élire son candidat au soir du 29 avril prochain, exprime-t-on du côté du PDES. C’est dire qu’avec l’entente retrouvée chez les héritiers d’ATT, il faut craindre un tsunami, martèle un cadre du CDN qui a requit l’anonymat. Cette convention nationale a vu la victoire de tous ceux qui se réclament d’ATT en vue de faire un front commun face aux autres candidats qui se préparent sérieusement. « Avec une entente proprement dite et bien exprimée, nous allons surprendre nos adversaires avec un candidat comme Jeamille Bittar », explique un cadre qui pensent qu’avec l’UMAM l’enfant de San a pris une longueur d’avance sur els autres prétendants au poste de candidat du parti.

Aliou M Toure et Bokari Dicko

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.