Conférence régionale de l’Union des Forces Démocratiques (UFD) : L’UFD aura bel et bien un candidat

0
0





C’est dans une ambiance de convivialité que s’est tenue la conférence régionale de l’UFD de Koulikoro dans la salle des groupements d’ONG de Koulikoro en face de la salle de spectacle Siramory Diabaté. C’était jeudi dernier sous  la présidence de M. Siaka Diarra, accompagné d’une forte délégation venue de Bamako en présence  des militants et sympathisants de l’UFDvenus de toutes les localités de la région.

Cette cérémonie est la réponse à une invitation de la section U F D de Koulikoro, mieux, elle est une logique de  conformité aux  textes du parti, à savoir, la tenue périodique des conférences régionales  avant celle du congrès ordinaire.

Ces assises arrivent après celles des  régions de Kidal, Gao, Tombouctou,  Mopti, Ségou, Kayes. Les militants sont venus de tous les cercles de la région de Koulikoro (Banamba, dioila, Kati, kolokani et Nara).

Le président du parti a tenu à de saluer le courage, l’abnégation  de tous les militants de première heure, qui ont su donner à L’UFD une place de choix. Une place honorable dans les années 1992 dans le Méguetan.

Point n’est besoin de présenter L’UFD (L’union des forces démocratiques) aux populations de Koulikoro. Cependant, il est nécessaire de faire quelques rappels aux jeunes générations à qui beaucoup de pans de l’avènement  de la révolution de mars 1991 échappent.

A cette époque,  Me DEMBA DIALLO avait bien pris soin d’écrire ceci dans le manifeste de L’UFD : « ce parti, union des forces démocratique verra le jour lorsque les conditions objectives le permettront » dixit M. Siaka Diarra

Le rôle capital joué par Me DEMBA DIALLO dans  cette révolution est indéniable. L’histoire retiendra qu’il est l’homme qui a tendu au chef du régime de lors, la lettre demandant la démission de celui –ci. Cette réalité est oubliée tant il est vrai que : « lorsque la sauce à base de néré est succulente, l’acteur de la cueillette est très souvent oublié ».

Afin de ne pas laisser cette flamme de militantisme de Me DEMBA s’éteindre, depuis la disparition de l’homme, une jeune équipe a pris le relais.  Aujourd’hui, arrivée à maturité, cette équipe continue de mener le combat. L’organisation de la présente conférence s’inscrit dans cette logique de lutte. Il est donc indispensable que la direction nationale de L’UFD, parte à la rencontre et à  l’écoute des militantes et des militants sur toute l’étendue du territoire national.

A ce jour, L’UFD, grâce au courage et à la conviction avérée de ses responsables, demeure un parti débout, qui participe au débat qui anime la vie du pays. Nombres de décisions importantes prises pour la bonne marche du pays, l’ont été grâce aux suggestions des cadres de L’UFD et cela tant aux plans structurels, qu’institutionnels. L’UFD dispose d’une implantation sure à travers le pays avec ses 102 conseillers dont 38 dans la région de Koulikoro.

L’UFD est le seul parti politique à avoir bénéficié la même année, 2005 – 2006, de deux financements du partenaire Néerlandais sur sélection de dossiers de projets présentés par les partis politiques de la place. Déjà en 2007, L’UFD était parmi les (5) partis politiques éligibles au financement public. Et, pour la quatrième fois consécutive en 2010 le parti est éligible au financement public  car respecte le contenu de la charte des partis politiques.

L’UFD doit son salut, ses bons résultats aux élections. Sa présence parmi les partis de tête, à ses cadres, ses élus et à tout ceux qui ont reconnu les hauts faits de Me Demba Diallo pour l’avènement de la démocratie.

Le parti respire en ce moment une bonne santé : son fonctionnement est sur, réel et satisfaisant, car il compte parmi les partis cités dont le bilan est jugé correct, fiable et sincère. Cela dénote tout le sérieux qui anime les dirigeants du parti.

Me DEMBA DIALLO disait dans son manifeste : «  la plus grande gloire du monde appartient aux hommes qui ne cèdent pas » a souligné  le président de l’UFD et futur candidat aux élections présidentielles de 2012.

Il appartiendra objectivement au congrès, d’analyser les sollicitations de voir le nom du candidat UFD à la conquête de la magistrature suprême du pays en 2012. « Je suis convaincu que la prochaine conférence nationale et le congrès abonderont dans le même sens que ses bases, et vous venez de donner le ton ».

Le congrès prévu le 19 février 2012, donnera réponse aux sollicitations faites par les régions à travers les conférences régionales et suite aux vœux de celles- ci, à savoir la présentation d’un candidat aux élections présidentielles.

« De nos jours, le pays est confronté à des difficultés récurrentes, et nous, à L’UFD avons la solution aux problèmes de l’école, de la lutte contre la corruption, du rétablissement de la paix, de l’équité, bref du développement de tout le pays » a renchérit le président.

« J’ose croire, que cette conférence est aussi le lieu pour les responsables du parti de donner aux militants les informations utiles sur la vigilance et la conduite à tenir dans t outs les composantes des élections présidentielles et législatives de 2012, la tenue des registres et du nombre des militants recensés, et aussi de recueillir auprès d’ eux leurs suggestions et leur aspirations pour la consolidation du parti en en vue de la victoire en 2012 » a-t-il conclu.

Envoyé  Spécial à Koulikoro Amadou Camara

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.