Congrès du MPR : Dans l’esprit d’un nouveau départ

0
1

Le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR) était en conclave le week-end dernier pour trois assises : le 4ème congrès ordinaire du parti, le 2è congrès du mouvement des jeunes et le 1er congrès du mouvement des femmes.

Choguel Kokalla Maïga

Les assises se sont déroulées au Centre international des conférences de Bamako. Trois jours durant, 529 délégués venus des 55 sections de l’intérieur et de 3 de l’extérieur ont examiné les rapports d’activités des trois instances, avant de procéder au renouvellement des mandats de leurs responsables. Le président du parti Choguel Kokalla Maïga a été reconduit pour un nouveau mandat de 5 ans. Il dirige un bureau de 127 membres. Au niveau du mouvement des femmes, Mme Dembélé Nabintou Diawara garde également son poste. Chez les jeunes, Idrissa Ly cède son fauteuil à Oumar Sidi Aly. Idrissa Ly est promu secrétaire général adjoint du parti. Les participants aux assises ont également procédé au renouvellement des mandats des membres du Conseil national, du Conseil consultatif national, du Comité de conciliation et d’arbitrage.

Outre l’examen du rapport d’activités, les jeunes « tigres » ont procédé au toilettage du statut et du règlement intérieur régissant leur mouvement. Ils ont à cet effet procédé à la création de nouveaux postes pour être en phase avec les nouvelles orientations et les ambitions du parti. L’on retiendra ainsi la création des postes de secrétaires chargés des régions au niveau du bureau exécutif central. Chaque secrétaire s’occupe spécifiquement d’une région. Il est chargé de redynamiser les activités du parti au niveau de « sa » région. Il doit veiller à la fluidité de l’information du sommet à la base et inversement et à la tenue régulière des réunions des structures déconcentrées.

Cette innovation vise à donner un nouveau souffle au parti en vue de faire face aux futures échéances électorales. Le président du parti estime que ces assises constituent pour le MPR le congrès de la rupture. « C’est le prélude à un nouveau départ, un départ en force et en qualité. Il ne sera plus question de pause encore moins de repos jusqu’à la réalisation de nos objectifs », a dit en substance Choguel Kokalla Maïga. Il a invité tous les responsables du parti à investir le terrain pour parler avec les militants, susciter de nouvelles adhésions pour pousser davantage le MPR au rang des plus grands partis du pays. Les assises ont été sanctionnées par plusieurs recommandations.

Les femmes ont réclamé une plus grande représentativité dans les candidatures aux élections législatives de 2012 et aux communales de 2014. À ce propos, elles ont demandé un meilleur positionnement des femmes sur les listes électorales. La question de la candidature du parti à la prochaine élection présidentielle a été évidemment abordée. Le congrès a donné mandat au BEC de trancher la question à savoir si le parti présente ou pas un candidat à la plus haute charge de l’Etat. Par contre, la position du parti sur les réformes constitutionnelles proposées par le président de la République est tranchée. Le MPR appelle à un vote massif pour le « oui ». Par cette position, le parti réitère son plein engagement à remplir le contrat de confiance qui le lie au président de la République depuis 2002 et renouvelé en 2007. Concernant, la situation au Nord, « le parti du tigre » a renouvelé son soutien aux actions du gouvernement dans sa quête pour la paix et la quiétude. Les congressistes ont demandé au BEC de faire des propositions concrètes au gouvernement en vue de ramener la paix et la sécurité des personnes et leurs biens.

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.