Communiqué du Conseil des Ministres Extraordinaire du samedi 18 mars 2017

8

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session extraordinaire, le samedi 18 mars 2017 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Président de la République, Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA.

Au titre de la Présidence de la République, le Conseil des Ministres a entendu une communication du Président de la Commission préparatoire et Président de la Conférence d’Entente nationale sur l’état des préparatifs de ladite Conférence.

Cette communication a porté sur la restitution des travaux de la Commission préparatoire qui ont été mené de manière inclusive à travers l’organisation de consultations régionales et catégorielles.

Le Président de la Commission préparatoire a notamment rencontré les signataires de l’Accord de Paix, les Présidents des Institutions de la République et des Autorités administratives indépendantes, les anciens Premiers ministres, les organisations et associations confessionnelles, les partis politiques, les organisations syndicales, les notabilités, les groupements de femmes et de jeunes, la diaspora, la MINUSMA et le Comité de Suivi de l’Accord.

Ces consultations ont révélé une large adhésion des forces vives de la Nation à la tenue de la Conférence d’Entente nationale qui sera organisée autour de trois grands thèmes : la paix, l’unité et la réconciliation nationale.

Conformément à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, la Conférence d’Entente nationale permettra d’approfondir les débats sur les causes profondes du conflit et d’élaborer une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale sur une base consensuelle.

La Conférence regroupera 300 participants venant des régions, du District de Bamako et de la diaspora.

A l’issue de sa délibération, le Conseil des Ministres a décidé de la tenue de la Conférence d’Entente nationale du 27 mars au 2 avril 2017 à Bamako.

Bamako, le 18 mars 2017

Le Secrétaire général du Gouvernement,
Madame SANOGO Aminata MALLE
Chevalier de l’Ordre national

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Ils ont parlé de tout sauf de l’accord alors qu’il ne peut jamais avoir la paix sans s’attaquer au contenu de l’accord qui viole la constitution et compromet le vivre ensemble, à moins que les maliens ne soient pas dérangés par les privilèges et l’impunité contenus dans l’accord.

    Il faut discuter le contenu de l’accord, ce n’est pas un coran, ni une bible.
    Revoir l’accord pour adapter son contenu aux réalités et aux besoins du Mali et de la démocratie, c’est la seule voie fiable.

    Après discussion, les maliens sont en droit et peuvent tout à fait demander à la communauté internationale de revoir sa position pour accepter le document issu des discussions.

    Si IBK est aveugle, ne soyons pas bornés avec lui.

  2. Entente national??? arrêtez de rêver car ce pays est en guerre réveillez vous un peu ! ! ! Entente avec qui ??? Vos criminels barco trafiquants??? Ces voyous criminels de Nina Vallet et sa,clic??? Ou les amis de tes amis du mnla??? J’ai l’impression que de hollande a ramtahn on te prend pour un gamin c’est la ou il ya problème.

  3. S’il y a pas d’hommes pour défendre ton pays tu es obligé de tout accepter ba birama😀😀😀😀, Alger 1a 3 il faut dire la vérité de cet accord que des soit disant partenaires ton imposés avec humiliation et mépris

  4. Ah, quand le mensonge est un outil de gouvernance ! Mille mensonges seront vaincus, tôt ou tard, par une seule vérité ! Alors, riront bien qui riront les derniers.

    • Du n’importe quoi, Seul la vérité, si non rien ne pourra résoudre les problèmes du Mali. Alors que nous sommes dans un pays de démagogues, espérons que ça marchera

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here