Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 10 Octobre 2012

26 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le palais présidentiel de Koulouba à Bamako.

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 10 Octobre 2012 sous la présidence du Président de la République par Intérim, Son Excellence Monsieur Dioncounda TRAORE.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a :

- adopté des projets de textes ;
- entendu des communications et
- procédé à des nominations.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES :

Sur présentation du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, le Conseil des Ministres a adopté deux projets de lois autorisant la ratification de :

- l’ Accord de prêt signé à Djéddah, le 20 juin 2012, entre le Gouvernement de la République du Mali et la Banque Islamique de Développement (BID), pour le financement du Projet d’Appui au Programme de Logement social à Bamako,

- l’Accord d’Istisna’a signé à Djéddah, le 20 juin 2012, entre le Gouvernement de la République du Mali et la Banque Islamique de Développement (BID), pour le financement du Projet d’Appui au Programme de Logement social à Bamako.

Dans le cadre de sa politique nationale d’aide aux couches défavorisées, le Gouvernement du Mali a entrepris la construction de logements sociaux à travers les pays afin de favoriser l’accès du plus grand nombre de maliens à un logement décent et à moindre coût.

A cet effet, il a signé avec la Banque Islamique de Développement, un Accord de prêt d’un montant de 4 millions 180 mille Dinars Islamiques soit, 3 milliards 266 millions de francs CFA environ et un Accord d’Istisna’a d’un montant de 4 millions 112 mille 440 Dinars Islamiques soit 4 milliards 550 millions de francs CFA environ pour le financement du Projet d’appui au Programme de logement social à Bamako.

Ce projet vise la construction de 1000 logements sociaux à Bamako. Le financement de la Banque Islamique de Développement porte sur la construction de 500 logements. L’Etat du Mali fournit les terrains et finance à, travers le budget de l’Office malien de l’Habitat, la construction des 500 autres.

Sa réalisation participera à l’amélioration du cadre de vie et à la lutte contre la pauvreté dans le District de Bamako.

AU CHAPITRE DES MESURES REGLEMENTAIRES

Sur le rapport du ministre de la Culture, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant classement de la Cathédrale de Bamako dans le patrimoine culturel national.

La loi du 30 décembre 2010 qui a modifié celle du 26 juillet 1985 relative à la protection et à la promotion du patrimoine culturel national dispose qu’un bien matériel ou immatériel en raison de son importance pour l’histoire, l’art, la pensée, la science et la technique, peut faire l’objet d’une protection, par son classement dans le patrimoine culturel national.

Le présent projet de décret vise à permettre le classement dans le patrimoine culturel national de la Cathédrale de Bamako construite entre 1925 et 1936 dans le style romain byzantin.

Bâtie en pierre sur 48 mètres de longueur et 12 mètres de largeur, elle se présente comme un témoignage à la fois historique, culturel et architectural.

Le classement dans le patrimoine culturel national permettra d’assurer la sauvegarde et la promotion de cet important édifice religieux.

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES :

Le Conseil des Ministres a procédé aux nominations suivantes :

AU TITRE DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

- Haut Fonctionnaire de Défense auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique :

Colonel Tiéoulé Satigui SIDIBE.

- Haut Fonctionnaire de Défense auprès du Ministère de l’Elevage et de la Pêche :

Colonel Nianan DEMBELE.

- Chargé de Mission :

Colonel Diarran KONE.

- Directeur des Ressources Humaines :

Commissaire-Colonel Fakourou KEITA.

- Directeur Adjoint des Ecoles Militaires :

Colonel Sitapha TRAORE.

- Directeur Adjoint du Service Social des Armées :

Colonel Fadio SINAYOKO.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE

- Conseillers Techniques :

Monsieur Amadou SAMAKE, Ingénieur de l’Agriculture et du Génie Rural ;

Monsieur Moussa CAMARA, Ingénieur de l’Agriculture et du Génie Rural ;

Monsieur Abdourahamane Oumarou TOURE, Ingénieur de l’Agriculture et du Génie Rural ;

Madame GUINDO Fada Gouro DIALL, Inspecteur des Services Economiques.

- Chargé de Mission :

Madame Fatoumata KONATE, Médecin.

- Directeur des Ressources Humaines du Secteur du Développement Rural :

Madame SAMAKE Mouna TOURE, Maître Assistant de Recherche.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ

- Président Directeur Général de la Pharmacie Populaire du Mali :

Monsieur Abdrahamane TOUNKARA, Pharmacien.

- Directeur de la Cellule d’Exécution des Programmes de Renforcement des Infrastructures Sanitaires :

Monsieur Amadou CAMARA, Ingénieur Sanitaire.

- Directeur de la Pharmacie et du Médicament :

Monsieur Yaya COULIBALY, Pharmacien.

- Directeur Général du Centre National d’Odontostomatologie :

Monsieur Souleymane TOGORA, Médecin.

- Directeur Général de l’Institut National de Recherche en Santé Publique :

Monsieur Mamadou Souncalo TRAORE, Médecin.

- Directeur Général de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire des Aliments :

Monsieur Akory Ag IKNANE, Médecin.

- Directeur Général de l’Hôpital Gabriel TOURE :

Monsieur Lasséni KONATE, Médecin.

AU TITRE DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS ET DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

- Directeur des Finances et du Matériel :

Monsieur Souleymane Dioncounda DEMBELE, Inspecteur des Finances.

AU TITRE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

- Directrice Générale de l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes :

Madame MAIGA Sina DAMBA, Juriste.

AU TITRE DU MINISTÈRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE

- Chef de Cabinet :

Monsieur Tiégoum Boubèye MAIGA, Journaliste.

- Conseiller Technique :

Monsieur Lansina TOGOLA, Professeur de l’Enseignement Secondaire.

- Chargé de Mission :

Monsieur Mahamadou TOLO, Planificateur.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’ENERGIE ET DE L’EAU

- Conseillers Techniques :

Monsieur Tézana COULIBALY, Ingénieur de l’Industrie et des Mines,

Monsieur Attaher AG MOHAMED, Ingénieur de l’Industrie et des Mines.

- Directeur des Finances et du Matériel :

Monsieur N’Golo COULIBALY, Inspecteur des Finances.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’ASSAINISSEMENT

- Directeur des Finances et du Matériel :

Monsieur Aboubacar Diakalou CAMARA, Inspecteur des Finances.

AU TITRE DU MINISTÈRE DE L’ARTISANAT ET DU TOURISME :

- Secrétaire Général :

Monsieur Elméhdi Ag HAMATY, Professeur de l’Enseignement Supérieur.

- Chef de Cabinet :

Monsieur Siaka Batouta BAGAYOKO, Agronome.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS

AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE

Le Conseil des Ministres a été informé :

1°) Des consultations du 4 octobre 2012 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la situation au Mali.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité, le 5 juillet 2012, la résolution 2056 présentée par la France, apportant son soutien aux efforts de la CEDEAO et de l’Union Africaine pour résoudre la crise au Mali.

Cette résolution prend note des travaux de planification militaire des organisations régionales pour déployer une force de stabilisation dans notre pays. Elle appelle tous les Etats à coordonner leurs efforts pour lutter contre le terrorisme d’AQMI, du MUJAO et de leurs soutiens et demande l’adoption de sanctions.

La résolution a été rendue possible, suite aux interventions des Gouvernements Maliens et Français.

C’est dans cette dynamique que le Conseil de Sécurité s’est réuni, en consultations privées, le 4 octobre 2012 pour examiner les suites à donner à la demande formulée par le Mali, le 21 septembre 2012 du déploiement d’une force internationale sous mandat de l’ONU pour l’assister dans la préservation de son intégrité territoriale et de sa souveraineté, ainsi que de la lutte contre le terrorisme.

Le Conseil de Sécurité a proposé l’adoption d’une résolution intermédiaire axée notamment sur le renforcement des capacités de l’armée malienne, l’élaboration d’une feuille de route portant sur la tenue d’élections, le dialogue avec les groupes armés maliens non violents. Le vote d’une résolution plus contraignante devrait intervenir plus tard.

2°) De la tenue de la réunion ministérielle du Groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali.

La Commission de l’Union Africaine envisage d’organiser le 19 octobre 2012 à Bamako une réunion ministérielle du Groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali.

Cette réunion vise à permettre des échanges de vues sur l’évolution de la crise malienne et d’identifier les solutions pouvant venir à bout des activités des groupes armés et mettre fin à la situation d’occupation du nord du Mali.

Prendront part à la rencontre, les représentants de tous les pays voisins du Mali, le Nigéria, le Tchad, la Libye, les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, les pays africains membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, l’Espagne, l’Allemagne, le Japon, l’Union Africaine, la CEDEAO, l’ONU, l’Union Européenne et l’Organisation Internationale de la Francophonie.
BAMAKO, LE 10 OCTOBRE 2012

P/LE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT P.O
LE SECRETAIRE GENERAL ADJOINT,

Mamadou TRAORE 
Chevalier de l’Ordre National

 

26 Réactions à Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 10 Octobre 2012

  1. Massaye

    Jusque quand on arrête ces nominations pour se consacrer à la libération des territoires occupés ? À ce rythme , on aurait un pléthore de fonctionnaires. Quant à la nomination d journaliste, Tiégoum Boubèye Maïga, c’est pour lui réduire au silence. Il n’a pas pu résisté à la corruption intellectuelle . Je regrette qu’un si bon journaliste se laisse embrigadé.

  2. beffodougou

    Souvent je ne comprend pas les maliens, ils veulent leur pays, mais ils ne veulent pas se battre pour ça, je le dis parce que jusqu’à preuve du contraire ils n’arrivent pas à s’unir comme une seule personne pour combattre l’ennemi commun qui découvre son front, contrairement à la parole de leur hymne national, ils n’ont pas pu faire respecter, pour mauvaise foi, leur constitution qui réglait entièrement leur problème d’absence du pouvoir, leur armée ne respecte pas du tout le peuple et se pavane dans ses beaux habits sans s’inquiéter de la sécurité, de ce peuple qui l’a nourri, blanchi, logé et même électrifié, le comble elle arrive à trouver encore des supporteurs parmi ce même peuple. Je comprends que l’on puisse aimer les places avec ses avantages, cela peut être humain, mais quand on a la place et pas le pays, comment fait-on? Ou quand on a la place et sans la liberté? Les maliens se plaignent de ne pas être aimé par les autres pays voisins, mais s’ils se posent la question de savoir pourquoi, ils verront que ce n’est pas la peine de se poser de telle question, parce que cela n’est pas vrai. Personne n’a aucune raison de détester le Mali, au contraire vue sa centralité chacun s’y retrouve un peu chez soi. Mais à la question des maliens que les blancs veulent leurs ressources minières, je dirais que quelque soit la situation paix ou guerre, les maliens n’ont aucune expertise pour pouvoir les exploitées, c’est toujours les blancs qui vont extraire, vendre, acheter et utiliser, dès fois même contre eux,maliens. Alors brave maliens, j’en suis un, pour une fois cessons toutes méchanceté gratuite et cherchons ce qui nous rassemble, pour ne pas voir notre pays, beau ou pas, grand ou petit, nous échapper. Après tout ce n’est que dans nos seuls intérêts et peut être de celui de nos enfants et petits enfants, sinon la France elle nous montre qu’elle défend contre vents et marées les siens, et cela est un bon exemple pour nous. Comprenons que les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts, si nous voulons être aimer par tout le monde alors faisons tout pour que tout le monde ait des intérêts chez nous. Sinon sachons que nous ne sommes qu’un pays pauvre sans amis, et nous n’avons que l’union sacrée à faire pour continuer à exister, à défaut nous disparaîtrons et comme nous ne sommes pas le centre du monde, le monde ne le remarquera même pas.On choisit pas son sauveur quand on se noie. Salut. beffodougou@gmail.com

  3. beffodougou

    Souvent je ne comprend pas les maliens, ils veulent leur pays, mais ils ne veulent pas se battre pour ça, je le dis parce que jusqu’à preuve du contraire ils n’arrivent pas à s’unir comme une seule personne pour combattre l’ennemi commun qui découvre son front, contrairement à la parole de leur hymne national, ils n’ont pas pu faire respecter, pour mauvaise foi, leur constitution qui réglait entièrement leur problème d’absence du pouvoir, leur armée ne respecte pas du tout le peuple et se pavane dans ses beaux habits sans s’inquiéter de la sécurité, de ce peuple qui l’a nourri, blanchi, logé et même électrifié, le comble elle arrive à trouver encore des supporteurs parmi ce même peuple. Je comprends que l’on puisse aimer les places avec ses avantages, cela peut être humain, mais quand on a la place et pas le pays, comment fait-on? Ou quand on a la place et sans la liberté? Les maliens se plaignent de ne pas être aimé par les autres pays voisins, mais s’ils se posent la question de savoir pourquoi, ils verront que ce n’est pas la peine de se poser de telle question, parce que cela n’est pas vrai. Personne n’a aucune raison de détester le Mali, au contraire vue sa centralité chacun s’y retrouve un peu chez soi. Mais à la question des maliens que les blancs veulent leurs ressources minières, je dirais que quelque soit la situation paix ou guerre, les maliens n’ont aucune expertise pour pouvoir les exploitées, c’est toujours les blancs qui vont extraire, vendre, acheter et utiliser, dès fois même contre eux,maliens. Alors brave maliens, j’en suis un, pour une fois cessons toutes méchanceté gratuite et cherchons ce qui nous rassemble, pour ne pas voir notre pays, beau ou pas, grand ou petit, nous échapper. Après tout ce n’est que dans nos seuls intérêts et peut être de celui de nos enfants et petits enfants, sinon la France elle nous montre qu’elle défend contre vents et marées les siens, et cela est un bon exemple pour nous. Comprenons que les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts, si nous voulons être aimer par tout le monde alors faisons tout pour que tout le monde ait des intérêts chez nous. Sinon sachons que nous ne sommes qu’un pays pauvre sans amis, et nous n’avons que l’union sacrée à faire pour continuer à exister, à défaut nous disparaîtrons et comme nous ne sommes pas le centre du monde, le monde ne le remarquera même pas.On choisit pas son sauveur quand on se noie. Salut.

  4. beffodougou

    Les soldats maliens ont montré une si grande puissance de feu quand ils ont fait la guerre des bérets,mais pour la guerre au nord il n’y a jamais d’arme.Pour exemples l’Ethiopie qui n’a jamais été colonisée a fait face à l’Italie avec des bâtons contre des blindés,le prophète a fait face aux mécréants de la Mecque avec pas grand chose dans une bataille et il a triomphé.C’est le coeur,le mental qui font les braves,c’est les réclamations et les plaintes qui font les lâches.

  5. beffodougou

    Les soldat maliens ont montré une si grande puissance de feu quand ils ont fait la guerre des bérets,mais pour la guerre au nord il n’y a jamais d’arme.Pour exemples l’Ethiopie qui n’a jamais été colonisée a fait face à l’Italie avec des bâtons contre des blindés,le prophète a fait face aux mécréants de la Mecque avec pas grand chose dans une bataille et il a triomphé.C’est le coeur,le mental qui font les braves,c’est les réclamations et les plaintes qui font les lâches.

  6. Tiegoum n’est pas de l’Urd mais de . :lol: :lol: :lol:

  7. Van p

    Tiegoun Boubeye Maiga est ce que tu te rappel le jour ou Dioncounda a été frappé ce que tu a dit sur Cheik Modibo. si on constate bien c’est un poste que tu cherchais on n’est au courant que tu est de l’URD si tu est honnete il faut dire non à ce poste.

    • beffodougou

      Il n’est pas de l’URD.Mais s’il était de ce parti;il y a donc quoi?
      Maliens je trouve que nous sommes vraiment assez divisés,cessons ces méchanceté gratuite qui nous apporte rien.

      • beffodougou

        Il n’est pas de l’URD.Mais s’il était de ce parti;il y a donc quoi?
        Maliens je trouve que nous sommes vraiment assez divisés,cessons ces méchancetés gratuites qui nous apportent rien

  8. Modibo Traoré

    Si Tiegoun Boubeye Maiga est conscient il doit renoncer à ce poste car il a passé tt sont temps à critiqué ce gouvernément. Opportuniste qu’il est.