Convention d’investiture d’IBK (Kankelentigui) : «Le Mali a trop attendu son rendez-vous avec le progrès et la modernisation»

0
0





Une semaine après la déclaration de sa candidature tant sollicité par les militants, les sympathisants, les partis frères et amis du RPM et les Organisations de la société civile, IBK (kankélentiggui) président du parti du Tisserant a été officiellement investi candidat dans la course pour le fauteuil présidentiel malien qui sera occupé par un autre malien à partir du 08 juin prochain.

C’était le samedi dernier 14 janvier 2012 au majestueux stade Modibo KEITA en présence d’une foule nombreuse venues de part et d’autre du pays et d’ailleurs dont des leaders religieux comme : Chérif Madani HAIDARA, Cheick Soufi BILALI et Cheick Soufi Adama ; de grandes personnalités comme l’écrivain Seydou Badian, le candidat du CNID-Faso Yiriwa ton Maître Mountaga Tall et Tiéblé DRAME, celui du PARENA, les représentants du Collectif des Associations Mouvement et Clubs de Soutiens à IBK et ceux de IBK 2012, les amis de l’opérateur économique Yacouba TRAORE, les représentants de la Vision Nouvelle, ceux de l’Association Honronya, du SYDIMA et de la diaspora malienne entre autres.

Fort du soutien de tous ces gens qui avaient débordé le stade, sur qui d’ailleurs Kankelentigi espère fortement pour se hisser au sommet de la haute magistrature suprême au sortir de l’élection présidentielle du 29 avril prochain, a témoigné de son émotion et de sa fierté de les avoir rassemblé autour de lui.

Se référant au phénomène de la fraude électorale, aboutissant à l’usurpation de points et au vol de victoire, pratique très récurrente dans les pays africains – le Mali ne pouvant faire exception à la règle -, il a rassuré les uns et les autres qu’«il n’y aura pas cette fois-ci de vol de victoire». Il pense qu’ensemble et surtout avec le soutien des maliens que «le Mali aura rendez-vous avec la démocratie».

Se proclamant candidat du rassemblement des maliens, car selon lui, «dans les moments de crises, le rassemblement s’impose, il est la seule réponse possible pour la défense d’une aussi grande cause commune qui est le Mali». IBK a affirmé que «l’heure est venue d’assurer le décollage économique et social du pays, que le Mali a trop attendu son rendez-vous avec le progrès et la modernisation, et qu’il était temps d’agir et de faire un choix».

C’est dans ce sens qu’il a dénoncé «la pauvreté des travailleurs», la «misère des valeureux paysans qui travaillent durement», la «crise alimentaire», celle du «Nord», le «faible taux d’accès aux soins de qualité», la «mortalité maternelle et néonatale», la «corruption et la délinquance financière», et surtout le «drame de l’éducation» qui constituent des «maux qui minent la nation malienne».

Cependant, Kankélentiggui pense qu’ensemble, unis et solidaires, qu’ils construiront le Mali de demain. Pour ce faire, il a annoncé sa nouvelle politique de développement, qu’il se chargera de mettre en œuvre dès qu’il sera élu «Président de la République du Mali» le 29 avril 2012. Le Mali qui reste sa plus grande obsession.

Dans cette politique, il s’agira de réformer l’éducation avec la signature d’un contrat avec la jeunesse, sa première priorité ; de redresser l’économie à travers un plan quinquennal pourvoyeur de plus de 350 000 emplois ; de revaloriser la fonction enseignante, l’une des plus nobles carrières au monde ; de renforcer la capacité de nos forces armées pour la préservation de la paix, car selon lui, «celui qui veut la paix prépare la guerre», et la sécurisation des personnes et des biens. Tout cela à partir de la restauration de la seule autorité de l’Etat. Rien de nouveau sous les cocotiers, à partir de cet instant là aussi, pour quiconque connait bien IBK, Kankélentiggui, car il n’a toujours eu à défendre que deux choses : l’autorité de l’Etat et l‘Etat de Droit. Cependant, la mobilisation dont il a fait montre ce samedi, n’a pas été en reste pour confirmer le choix opiné que le peuple Malien pourra faire, en portant au suffrage universel, le Président du RPM.

Par Amadou KONATE

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.