Convention Nationale du PDES : Echauffourées entre pro-Bittar et Pro-Séméga

0
1

La première convention du Parti pour le Développement  Economique et la Solidarité(PDES)  a été entachée, le samedi dernier par des échauffourées entres des pro Bittar et des Pro Séméga. Comme si c’était préparé d’avance, les « deux camps » n’ont pas hésité à se livrer en spectacle devant le parterre de militants qui avait fait le déplacement de l’intérieur du pays comme de l’extérieur ainsi que devant leurs nombreux invités.

Tout a commencé bien avant la cérémonie d’ouverture. D’abord, un militant pro Bittar s’est vu refuser  l’accès à la salle. Pour la simple raison qu’il portait une chemise à l’effigie de l’UMAM, le mouvement qui sollicité la candidature de Bittar à l’élection Présidentielle de 2012.

S’en est suivi un violant affrontement entre ce dernier et les pro Séméga qui avaient intimé aux agents de sécurité, l’ordre de ne le laisser avoir accès à la salle avec sa tenue. Il fut ainsi obligé de changer de vêtement avant d’avoir accès à la salle.

Dans la salle, en pleinement cérémonie, éclatât une autre bagarre.

En effet, certains militants PDES portaient des Tee-shirts sur lesquels avec des inscriptions de soutien à Bittar : « Bittar le candidat de la vérité ».En pleine cérémonie, des jeunes soutenant Séméga se sont mis à crier le nom de leur mentor. Et comme une réplique, ceux soutenant Bittar se sont mis, à leur tour, à crier le nom de leur mentor.

Il s’est est suivi, entre eux, des coups de poings. Un militant pro Bittar a même été frappé avec un casque et il a fallu l’intervention des agents de sécurité, déployés en nombre à cet effet, pour que la cérémonie suive son cours normal. Pendant ce temps, les deux hommes (Bittar et Séméga) étaient assis côte  à  côte  et échangeaient quelques mots (comme si de rien n’était). Bref, la cérémonie d’ouverture, avait l’allure  d’une démonstration de force entre Bittar et Séméga.Meme si les deux hommes, tout au long de la cérémonie, n’ont pas donné cette impression et ne se sont pas quittés, une minute, car durant toute la cérémonie, ils  n’ont pas arrêté de se  chuchoter  des « choses » dans les oreilles.

 

D.J.D

 

 

Première convention nationale du PDES

 

 

Mesurer le chemin parcouru

 

 

Mesurer le chemin parcouru  en 17 mois d’existence, mesurer les forces et faiblesses et se projeter pour l’avenir, tels sont les objectifs de la première convention nationale du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES).Dont la cérémonie d’ouverture a suscité une grande mobilisation au stade du 26 mars le samedi 17 décembre.

 

Pour cette première convention du PDES, la salle polyvalente a fait son plein car les militants son venus de tous les coins du Mali et de l’extérieur.

Dans son intervention Ahmed Diané Seméga dira « en jetant un regard rétrospectif sur le chemin parcouru, les défis surmontés, les paris gagnés et les réalisations faites, nous avons eu raison d’oser ».

Selon lui, la création du PDES  consacrait une  prise de conscience de milliers d’hommes et de femmes décidés à œuvre  l’émergence, au Mali, d’une autre manière de faire de la politique.

Pour ce faire, ces derniers se sont inspirés  du Président ATT.A en croire Séméga, la création du PDES a pour credo la défense des acquis du Mali sous le leadership d’ATT ainsi que la pérennisation de sa vision politique.

Ahmed Diané Séméga expliquera que son parti a atteint aujourd’hui 90% de taux d’implantation sur l’ensemble du territoire national. Et, compte beaucoup d’élus locaux et nationaux, des cadres, operateurs économiques  etc.

Selon lui, le PDES compte 15 députés et plus de 1500 élus municipaux.

M. Séméga a appelé les militants  et responsables du PDES à l’unité.

Il a par ailleurs exprimé le soutien de son parti au gouvernement pour la tenue d’élections crédibles et apaisées.

S’agissant de la situation au nord, il dira que la stabilité dans notre pays passe par la poursuite des efforts du gouvernement. Avant de laisser entendre que « le PDES réaffirme son adhésion à la ligne définie par le Président ATT pour gérer la question de l’insécurité et du terrorisme ».

Parlant du referendum, M.Séméga dira que son parti œuvrera pour un « Oui massif  car il s’agit de créer les conditions d’un ancrage durable de la démocratie et de la bonne gouvernance ainsi que de corriger les insuffisances dans la mise en œuvre de la constitution du 25 février 1992 ».

Les représentants des partis amis ont tour à tour pris la parole pour féliciter les responsables du PDES pour l’organisation de cette première convention nationale.

D’abord, Ibrahima N’diaye de l’ADEMA, qui les a félicités et les a invité à continuer ensemble  pour préserver les acquis  et relever les défis.

Choguel Kokala Maiga du MPR pour sa part dira que son parti et le PDES sont condamnés à défendre les intérêts du Président  ATT. Et, qu’il leur reste des défis à relever ensemble notamment, permettre à ATT de passer le flambeau à son successeur dans la paix et la sérénité avec des élections crédibles et apaisées, permettre  que le referendum soit sanctionné par un « oui massif » ainsi que relever le défi de l’unité nationale.

Le représentant de la CODEM pour sa part dira que le PDES et son parti sont désormais deux poumons d’un même corps avec la plate-forme qu’ils ont signée.

Le représentant du CNID dira que le PDES et son parti sont unis car, travaillant ensemble dans le même gouvernement, à l’assemblée nationale et vont cheminer ensemble.

 

 D.J.D

 

 

 

CONVENTION NATIONALE DU PDES

 

 

Le consensus sauve le parti des héritiers d’ATT

 

 

La première convention nationale du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES) était considérée par bon d’observateurs comme la convention de tous les dangers. Cependant, à l’issue des travaux, c’est le consensus qui a prévalu, sauvant du coup, le  parti des héritiers du Président ATT dont l’héritage est âprement disputé

 

En dépit des «échauffourées » qu’il ya eues lors de la cérémonie d’ouverture entre les partisans de Bittar et ceux de Semega, les responsables du PDES ont pu trouver un consensus lors de la composition  du Comité Directeur national de leur parti.

 

Le couple présidentiel à l’origine du consensus

 

Selon des sources bien introduites, c’est le Président ATT qui serait à l’origine de ce consensus au niveau du PDES. Car poursuit notre source, les responsables de ce parti  ont été reçus en audience à la veille de cette convention par leur mentor ATT.

Il leur aurait été indiqué par ce dernier de rester unis pour « être dignes d’être ces héritiers »..

Et c’est cette directive que les héritiers du Président ATT semblent avoir suivi. Car c’est presque le bureau sortant qui a été entériné même si il ya eu quelques petits changements

Ainsi, Ahmed Diané Semega garde son poste de président du    PDES, Jeamille Bittar qui était perçu comme étant son adversaire, garde son poste de 1er vice président.

 

L’intérêt du parti, mis au dessus de tout

 

Même si le consensus trouvé dans la composition de ce bureau  parait comme étant de façade pour bons nombre d’observateurs (en raison du climat qui prévalait dans la salle), Bittar et Semega, les deux « protagonistes » semblent avoir mis de coté leurs intérêts personnels au profit de ceux du parti.

Car, il avait été annoncé que Bittar était aussi candidat pour le poste du Président du PDES. Et que l’élection du Président se ferait par vote.

Raison pour la quelle, les deux hommes avaient chacun fait une grande mobilisation de son coté.

 

Bittar Félicité dans la salle

 

Après la cérémonie, Bittar a eu droit à tous les honneurs. Il était devenu « la star » dans la salle que chacun voulait serrer dans ses bras.

Des centaines de personnes se sont dirigés vers Bittar pour le saluer  d’avoir mis de coté ses intérêts au profit de ceux du parti. Ainsi, le PDES a été sauvé de justesse par un consensus.

Mais, pour de nombreux observateurs, le plus dur reste à venir car le parti fait face à un autre défi : le choix du candidat. Si l’on sait que lors de cette convention, il a été mentionné que le PDES présentera une candidature interne au parti.

Aussi  que Bittar a un mouvement  qu’est l’UMAM aussi bien implanté que le parti Et qui soutient sa candidature. Et un Semega également qui nourrirait en  cachette, des intentions de succéder à son mentor ATT.

 

D.J.D

 

 

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.