Convergence africaine pour le Renouveau (CARE) : “La care se veut un artisan du développement économique“, dixit M. Cheick B. Traoré

0
0

La salle Wa Kamissoko du Centre International de Conférence a offert son magnifique cadre le week-end dernier, au candidat investi de la CARE, Cheick B. Traoré, pour y tenir son “1er hakili Jaka BO“ ; ou encore, communément appelé chez les bambara « DANTIGUE NI BARO ». Un forum d’un rapport de concertation et de conversation avec toutes les forces vives de la nation.
Cette rencontre d’échange d’idée était animée par Cheick B. Traoré, président de la CARE, du 1er vice président, Daouda Gatta, de Bréhima Traoré, Secrétaire Général de la Care, d’Ahmed wélé Diallo, du centre d’étude des programmes politiques de la care, et de plusieurs membres du Directoire et amis, sympathisants de la CARE, qui étaient tous présents à cette première rencontre.
Dans son explication liminaire, le président de la Care indiquera que «le Mali fait face à d’énormes enjeux, à savoir : problème de santé, d’école, d’emploi et de plus, le Mali a été attaqué au nord par ces fils de ce pays. C’est pourquoi on vous a appelé pour un échange d’idée autour de ces différents thématiques».
Pour Cheick B. Traoré, Dantigué ni Baro est pour la Care un principe efficace qui fait du citoyen à la base, une force de proposition aux prises de décisions, en vue de son épanouissement socio-économique. «Toute politique de gouvernance désignée pour promouvoir le développement d’une Nation sera vouée à l’échec si elle ne tient pas compte des préoccupations du peuple comme composante intégrale. Nous sommes convaincus que nul ne doit agir au nom des populations avant de connaître leurs préoccupations et les solutions qu’elles préconisent comme remèdes…»
C’est après qu’Ahmed wélé Diallo (centre d’étude des programmes politiques à la care) s’autorisera une présentation de 40 minutes du discours sur le Renouveau de Cheick B Traoré à l’auditoire. Présentation au cours de laquelle il indiquera que «notre identité commune nous a permis de bâtir une vraie nation tout au long de notre histoire qui est presque millénaire : la nation Malienne.
En effet, notre nation est riche d’une histoire dont nous sommes fiers. Elle a toujours façonné notre volonté de vivre ensemble, de bâtir une destinée commune. La nation malienne se vit à travers les symboles, de nos valeurs et de notre culture. C’est pourquoi nous œuvrons pour l’harmonisation républicaine de notre démocratie, liée aux composantes de notre culture et de notre identité».
Selon Cheick B. Traoré «50 ans d’indépendance durant, des millions de Maliens vivent encore dans la pauvreté et l’insécurité, privés de l’accès à une alimentation suffisante, à la santé, à l’éducation, au capital, et aux autres services ; des conditions de vie qui n’ont pas été amélioré depuis les premières années de notre démocratie naissante. C’est aussi la menace constante d’explosion sociale liée à l’urgence des exigences sociétales qui ont ignorées depuis des années, en raison de l’inadéquation des structures de commandement politique et économique.
De ce fait, des réformes radicales s’imposent d’autant plus que ces structures sont la source de graves tensions et conflits qui peuvent anéantir toutes tentatives d’instauration d’institutions véritablement démocratiques. La care se veut un artisan du développement économique. Nous entendons répondre à ces défis en proposant à nos compatriotes un projet de société pour des lendemains meilleurs à travers son projet de société appelé “Mali sambalagno – Agenda pour le Renouveau“ qui est une semence extraordinaire que nous comptons semer très prochainement…»
Ensuite, Monsieur le président de la CARE et le présidium se sont soumis aux questions des participant (es) qui eux ont pu poser quelques questions pour satisfaire leur curiosités. Et rendez-vous a été donné à tous pour le prochain «Dantigué ni Baro»
Alpha C. SOW

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.