Affaires des fausses plaques d'immatriculation : Un avocat assigné en justice

0

Après la radiation de la procédure en référence introduite par un groupement de transitaires (composé de la société Shipping) au tribunal  de première instance de la commune VI du district de Bamako contre les services des douanes, l’affaire des fausses plaques d’immatriculation  est en passe d’opposer une société de transit à un avocat de la place.

En effet,  la société de transit K. Trans représentée par son gérant promoteur Mamadou Lamine Dembelé dit Jules vient de citer devant le tribunal de première instance de la commune VI Me O. A. Bocoum avocat à  la cour qui a introduit la requête en référé aux fins de restitution  des pièces initiées par le groupement de transitaires.

Dans cette nouvelle procédure dont la date d’audience est fixée pour le mercredi 6 septembre 2006 à 8 heures, le gérant promoteur de la société  de transit K. Trans compte demander réparation des préjudices qu’il a  subis dans cette affaire.

Parlant de l’affaire proprement dite, le gérant promoteur de la société  de transit K. Trans expose les faits suivants dans la lettre qu’il a  adressée au président du tribunal de première instance de la commune VI du  district de Bamako le 17 août dernier et qui a été enregistrée dans le courrier d’arrivée dudit tribunal sous le n°1924.

Selon M. Dembélé, le 2 août 2006, il a été surpris d’apprendre à  travers un article paru dans le journal "Le Républicain" du même jour, que la société K. Trans qu’il représente était demanderesse à une procédure en restitution des pièces initiées par un groupement de transitaires formé autour de sa société contre les services des douanes du Mali et autres.

Il précise que la dite requête a été présentée par Me O. A. Bocoum,  avocat à la cour de Bamako, au nom d’un groupement de transitaire formé autour  de la requérante.

Or, selon lui, la société de transit K. Trans n’a jamais fait partie  d’un tel groupement et n’a pas non plus demandé les services de l’avocat susnommé au sein dudit groupement de transitaires ou en son nom propre pour introduire une telle action en justice.

Cette affaire nouvelle qui n’est autre  que le prolongement du scandale des fausses plaques d’immatriculation ne fait que commencer. En effet,  il ne serait pas étonnant dans les jours, voire les semaines à venir, voir les deux autres  sociétés Inter Trans-Mali (ITM) et Tounga Shipping initier elles aussi une procédure pour se démarquer de ce groupement de transitaires.

Birama Fall

Commentaires via Facebook :

PARTAGER