Corruption au CNAOM : La directrice générale mise en accusation

0
2

Le Centre d’appareillage orthopédique du Mali (CAOM) est un centre de référence au Mali pour handicapés physiques. Il a pour mission de concevoir des supports artificiels de pieds, bras, genoux et dos. Basé au Quartier-Mali, en Commune V du district de Bamako, le CAOM est en rupture de stock de matériels due à une mauvaise gestion de sa directrice générale, Mme Bocoum Mariétou Kamissoko, qui, selon des sources, « dilapide un budget d’environ 400 millions de F CFA par an aux dépens des handicapés ».

 

Créé à l’initiative du premier président du Mali, Modibo Kéita, le Centre national d’appareillage orthopédique du Mali (CAOM) a été érigé en établissement à caractère scientifique et technique en 2002. Il est placé sous la tutelle du ministère du Développement social, dela Solidaritéet des Personnes âgées. Nommée en 2008 à la tête de la direction de cet important, Mme Bocoum Mariétou Kamissoko s’y comporte comme bon lui semble. Pour preuve, le service n’est plus fourni régulièrement en matériels et consommables à cause de la « malversation financière ». Malgré un soutien dela Croix-Rougeet de Handicap International

Le CNAOM qui emploie présentement 72 personnes est le centre en Afrique de l’Ouest qui reçoit le plus de subventions et d’aides de la part de l’Etat et des partenaires techniques et financiers comme Handicap International et le CICR. Le budget pour l’acquisition de matériels qui n’est que de 33 millions sur 400 millions de F CFA n’a jamais été utilisé pour ce faire. Le salaire annuel des travailleurs est estimé à 100 millions de F CFA. Ce qui fait à peu près un reliquat de 267 millions de F CFA.

Où va le reste du budget depuis 2010 ? Notre équipe de reportage a effectué une visite dans les salles de consultation, celle de rééducation, magasins et le laboratoire le mardi 17 janvier dernier et le constat est amer : « Il n’y a plus de matière dans les rayons du magasin de stock. Nous avions rencontré un patient qui affirme avoir payé le montant intégral pour son ‘’pied artificiel’’ depuis bientôt 6 mois sans succès et il est parti récupérer son argent faute de matériel ».

Malgré nos tentatives de joindre Mme Bocoum, c’est son adjoint qui nous a reçu sans être en mesure de nous édifier sur les causes de la rupture de stocks. On a appris qu’en juillet 2010, Mme Bocoum Marietou Kamissoko s’était déplacée en Suisse pour faire une commande de matériels de 33 millions destinés au ravitaillement du stock de matériels et cherché d’autres bailleurs. Une visite de 10 jours dont les frais ont été estimés à 7 millions de F CFA. En dépit de cela au cours de cette même mission elle a profité pour se rendre en Italie au chevet de son enfant malade.

On se demande si réellement Mme Bocoum s’était déplacée pour la commande qui n’a pas été livrée faute de non paiement. Pour les handicapés, Mme Bocoum Marietou Kamissoko n’est plus en mesure de gérer le destin du Centre qui au-delà a rendu service aux handicapés de certains pays limitrophes qui venaient régulièrement se faire soigner.

Nos sources révèlent le non paiement de factures pour plus de 40 millions de F CFA dont aucun n’a été livré au Centre. Si rien n’est fait, les handicapés qui doivent changer régulièrement de pieds artificiels ; de bras et les autres besoins ont perdu le sourire. Pour l’heure, ils sont en train de vivre avec la douleur.

Avant la prise de fonction dela DG, chaque année, au minimum 3 agents du CNAOM bénéficiaient de formations de mise à niveau, car un fonds est destiné à cela. « Ce qu’un malade déplore le plus c’est de savoir la nature de son mal, d’avoir de  l’argent mais de ne trouver point de remède », dit dépité une autre source.

C’est une situation similaire que le CNAOM traverse cette situation à nos jours à cause d’une seule personne. Pour masquer sa gestion catastrophique,la DGa procédé à des changements en recrutant ses proches qui soufflent dans la même trompette qu’elle. Parmi eux sa fille, son neveu, sa nièce… Il faut reconnaître que Mme Bocoum est très généreuse envers les gens. Mais ceux-ci souffrent par sa faute jour après jour. Elle ne prend que des initiatives allant à sa faveur avec la rénovation des locaux du Centre dont le coût avoisine 150 millions de F CFA au détriment des missions qui lui sont assignés.

Affaire à suivre !

Yacouba Tangara

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.