Crise malienne : Regard sur la place de la junte de Kati, de la classe politique et de la société

27 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Il n’est point besoin de dire que le Mali est gelé dans un imbroglio sociopolitique qui est loin d’arriver à son terminus, et qui continue de plus en plus à offrir aux observateurs de l’actualité une succession d’évènements les uns aussi inquiétants que les autres. Sans être vraiment un oiseau de mauvais augure, il faut dire que la sombre démission du premier ministre Cheick Modibo Diarra a contribué à l’apparition d’un certain nombre de questions destinées, en gros,  à saisir le rôle réel de la junte de Kati dans le processus de transition (1). Une junte qui, dans ses agissements, devient de plus en plus imprévisible pour ne pas dire impossible…, et dont l’attitude inébranlable laisse comprendre qu’elle veille au grain, garde un œil sur tout le monde; pour ne pas dire autre chose, elle surveille Bamako comme du lait sur le feu.

La junte maliene menée par Amadou Haya sanogo, le 3 avril à Kati. © AFP

Mais l’une des explications qui manque le plus, c’est qu’à la vérité personne n’est en état de dire qui gouverne réellement dans ce pays, ce qui d’ailleurs en dit long sur l’imbroglio. Interpellations, agressions contre les journalistes, tentatives d’enlèvements dans les services publics (le cas de la directrice de l’APEJ), la liste n’est pas exhaustive : voilà autant de motifs d’inquiétude qui interpellent à propos de la junte de Kati, lequel est à deux doigts d’enfourcher une allure impériale. Alors, difficile de ne pas poser ces questions : que veut la junte ? Que peut-on faire pour l’empêcher de franchir la ligne blanche ?

Disons tout simplement que ces questions appellent une seule réponse qui consiste à dire que d’une part, la junte militaire à écouter son moteur qu’est Amadou Haya Sanogo, entend purement et simplement amener les meneurs de la transition à ne pas sortir des rails (comme l’a fait, à ses dires, Cheick M. Diarra) et, d’autre part, à tabler sur le déficit de légitimité dont ils souffrent pour se comporter comme le charbonnier est maître chez soi ! Et, en effet comme chacun le sait, le manque de légitimité du président intérimaire et du premier ministre tient au fait qu’ils ne sont pas le fruit du choix de leur peuple, mais de quelques individus. Dès lors, on comprend sans mal que cette junte a une marge critique dont elle ne se prive pas d’ailleurs et c’est aussi pourquoi on ne peut pas ne pas cautionner les commentateurs qui indiquent qu’elle aura les coudées franches jusqu’à ce que les élections se tiennent et offrent au pays des dirigeants légitimes.

Au-delà des polémiques que soulève ces derniers temps la junte, il serait intéressant de se laisser aller à une réflexion dont le contenu est que le personnel politique malien ne sait pas ce qu’il veut ou cherche, et pire, se trouve bloqué dans des querelles de personne au nom d’intérêts égoïstes. Sinon qui peut trouver justification à sa capacité d’être uni par une lâcheté intéressée lorsqu’on en avait pas besoin_ c’est-à-dire sous le régime d’ATT_ et se déchirer au moment où le besoin se fait pressant ?(2) A la vérité, les regroupements politiques nés du putsch, aussi circonstanciels qu’ils puissent paraître, donnent le sentiment d’être hors d’état de trouver une orientation précise dans cette période critique. Il va sans dire que, à force de s’enfoncer dans des calculs incohérents, ces derniers se cantonnent dans des postures qui ne cadrent  pas avec les réalités que le pays connait actuellement. La conséquence fut qu’aujourd’hui nous avons un pays qui n’est pas mobilisé autour d’un idéal commun pouvant permettre de retrouver une stabilité. Chose frappante, cette classe politique a eu à ce point conscience de son affadissement qu’elle a invoqué_ cela ne se fait plus sous le manteau_ le soutien de dignitaires religieux, accélérant ainsi l’apparition dans l’arène politique de ces derniers, qui tiennent en laisse l’écrasante majorité de l’opinion publique. Sauf que cette prégnance du religieux islamique dans le débat sociopolitique ne date pas d’aujourd’hui et pourrait avoir comme berceau la période qui consacre la mise sur pied du Haut Conseil Islamique (HCI). Dans une tribune publiée par « Les Echos », Naffet Kéïta, maître assistant à l’ULSH, estime que c’est surtout l’occupation des régions du Nord du Pays, et le coup d’état du 22 mars ayant occasionné une instabilité sociopolitique et institutionnelle, qui apparaissent comme les « divers évènements (qui) ont consacré la désaffection de la chose publique chez nombre de maliens et leur refuge dans la religion… »(3). En outre, il va loin en écrivant que ce regain du religieux islamique n’est en rien une nouveauté : « Depuis la mise en place du HCI au Mali, on sent une montée en puissance de l’islam sunnite…Nous relevons que lors des élections présidentielles de 2002, deux candidats estampillés « islamistes » ont été enregistrés : le candidat de l’union nationale pour la renaissance (UNPR) et un prêcheur célèbre qui travaille à la coopération islamique, Youssouf Diallo ; l’appel de certains religieux à voter pour le candidat du regroupement Espoir 2002, Ibrahim Boubacar Keïta, IBK ; prolifération des Dawa « appels à Dieu du tabligh pakistanais » et leurs accointances avec l’ALQAIDA, aujourd’hui avérées…. »

Pour lui, cet état de fait n’est pas sans explication et impose un constat qui est que la démocratie et le multipartisme ne font plus rêver, que face au processus de mondialisation se dresse un « autre processus  de désintégration territoriale, de nationalisme ou d’ethnicité local ou transfrontalier (qui prend la forme d’un djihad) ». Aussi faut-il ajouter que tout cela fait irruption dans une société où l’altruisme, le patriotisme et la défense de l’intérêt collectif sont fichtrement absent dans le vocabulaire des mœurs.

(1)           CMD part, l’Etat continue, Le Flambeau

(2)            Le consensus à la malienne, éditorial, Le Flambeau

(3)           Ecoutez-vous les « Kutuba » de nos imams ?, Naffet Kéïta, Les Echos

Boubacar Sangaré                                   

SOURCE:  du   27 déc 2012.    

27 Réactions à Crise malienne : Regard sur la place de la junte de Kati, de la classe politique et de la société

  1. Of course, the second does have heightened specifications.
    In the perfect scenario, the unhealthy guy wants exactly the same thing as the hero.
    Now that you’ve your PS3 switched off, you need
    to install the PS3 Sixaxis drivers and configure the newest hardware to work with
    Windows 7. Though currently not able to make outgoing calls, PSPhone can also be capable of communicating over both CDMA & GSM cellular networks.

  2. Hi there, just became aware of your blog through Google, and found that it’s really informative.
    I’m gonna watch out for brussels. I’ll appreciate if you continue this in future.

    Many people will be benefited from your writing.

    Cheers!

  3. I really love your website.. Very nice colors & theme.

    Did you create this website yourself? Please reply back as
    I’m wanting to create my own personal blog and would love to know where you got this from or
    exactly what the theme is named. Cheers!

  4. MOSS

    ME LE JOUNALISTE TU PARLE DE QUEL LEGITIMUTE UNE LEGITUMITE DES VOLEURS DES DENIERS PUBLIC
    SANOGO RESTERA MAITRE DU JEUX JUSQUA A LA FIN ON VERRA

    • Soldat Rate

      VIVE MOSS :!: :!: :!: :!: :!:
      OU EST LA FIN DONT TU PARLES MOSS :?: :?: :?: :?: :?: :?: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

      Moussa Ag, qui salut le frère Moss :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      • coco

        :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

        La famille des MOSS c’est des rapides …. :lol: :lol: :lol: :lol:
        Et c’est bien de saluer les nouveaux MOUSSA AG !

        (Sir Stirling Moss, né le 17 septembre 1929 à Londres est un ancien pilote automobile anglais, qui a couru en Formule 1 de 1951 à 1962. Considéré comme l’un des plus grands pilotes de l’histoire de son sport, Moss n’est pourtant jamais parvenu à conquérir le titre mondial des conducteurs, ce qui lui vaut d’être surnommé le « champion sans couronne ». )

        Notre « nouveau ,là ,qui dit « SANOGO RESTERA MAITRE DU JEUX JUSQUA A LA FIN ON VERRA  » …..
        ….il est quand même prudent ….il ne dit pas quand il y aura la FIN ……mais il sait quand même que LA FIN c’est après le début ..
        …c’est bien non ? moi je trouve sympa :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
        Je sors donc la formule de politesse …
        COCO qui salue le frère Moss :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  5. tienimango

    c,est le miserable capitaine qui a tout le pouvoire et rien d,audre jonkiss et son pm sont tous des marionetes teleguides par le fuyard de kati et sa bande d,ignorants …..rendez nous notre pays bande d,escrots…

  6. Sans pisser

    … »SANOGO NE PEUT PAS QUITTER … SANOGO NE PEUT PAS RESTER…. ALORS LES TALENTS DE DANSEUR DE BALAFON VONT NOUS SURPRENDRE JUSQU’À CE QUE LA MUSIQUE S’ARRÊTE D’UNE FAÇON OU D’UNE AUTRE…. » Bravo pour ce résumé aussi synthétique que lucide mon frère! :wink: :wink: :wink:

    Et c’est bien pour retarder au maximum l’instant où la musique va s’arrêter et où il va bien falloir payer l’addition, que sanoGaulle fait des pieds et des mains pour tenter de conserver un semblant d’existence « officielle »!

    Malheureusement, avec l’arrivée de vrais soldats sur le sol Malien (ce qu’il redoutait tant depuis le début), sa nullité et sa couardise vont sauter aux yeux de tous, y compris les plus abrutis d’entre nous, et avec l’arrivée de vrais soldats, il va redevenir ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être: Un petit bidasse parmi des milliers d’autres, un alcoolique grande g… sans la moindre envergure et d’un niveau très limité! Et là, mauvais temps pour lui!
    Avec les centaines de millions qu’il a volé au yeux de tous, avec la terreur qu’il a fait regner à bamako sur des civils innocents, avec le ridicule dans lequel il a plongé le pays pour des décéennies, avec l’aide internationale qu’il a fait fuir, avec les voyous à qui il a offert sur un plateau les 2/3 du pays, le petit bidasse anonyme risque d’avoir une addition TRES TRES LOURDE à payer! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • coco

      Réflexion sous le couilletier :

      La vie est difficile ….
      Le vit de Sans Pisser est très très dur ………
      (Eh Dié ! :lol: :lol: :lol: )

      • moussa ag

        Eh ALLAH!!!!

        Couilletier….. c’est quoi encore cette affaire de couilletier…..

        Eh Dié! Ne me dis pas que le frère pisseur réfléchi sous l’arbre à couilles qu’espèrent grimper nos apprentis terroristes aux couilles trop molles pour joindre le JIHAD au nord du MALI…. :lol: :lol: :lol: :lol:

        Eh Dié! Pauvre chèvre …. Pauvre DOUC …. Pauvre Ahmed05 … Pauvre Abujourneyd….Très Pauvre Chèvre …. espère qu’ils puissent grimper le COUILLETIER DEH !!!!

        Moussa Ag, qui est d’accord que « donkodon koulo beh taah kalansoh lah » … COUILLETIER :?: :?: :?:

  7. yayyyyy

    le journaliste tout le monde sais qui dirige le camion mali qui va droit au mur .c est les racailles de kati (les soulards de kati).hoooooooooooo les vermines maliens .
    annonce de taf :30000euro pour celui qui met une ball dans la tete d sanogo .
    15000euro pour celui d konare .
    interesser reponds sur l net j saurai comment rentre en contact avec vous
    Répondre

  8. Zan TRAORE

    C’est des vaux rien c’est pas des militaires. Qu’ils dégagent les vrais hommes doivent venir liberer le pays à leur place. ATT avait donc raison à 100% et les maliens lui demandent pardon.

  9. justicequity

    Ce nouveau gouvernement aussi cherche à gagner du temps ils font beaucoup de bruit en nous faisant oublier que les armes qui ont servies de prétexte pour ne pas aller en guerre depuis 8 mois sont en notre possession, on a traité la Guinée et toutes ces organisations de tous les noms à cause de ses armes , mais depuis qu’on est entré en possession de ces armes , ces mêmes organisations sont devenues des interlocuteurs indispensables , à mon avis c’est juste un autre écran de fumée comme pour les armes dont beaucoup de gens pensaient que si on les récupérai l’armée allait engager la guerre . Le gouvernement sait bien qu’on ne pourra rien espérer des ces institutions , mais les utilise juste comme le prétexte des armes bloquées pour éviter que la pression sociale monte et franchement ils peuvent gagner tranquillement quelques mois en tournant en rond sans avoir révolte populaire.

  10. moussa ag

    On n’a rien inventé de bon dans le passé …. et on ne va rien inventé de bon audjourd’hui….
    je ne prononcerai pas sur le future mais nous disons nous même… »chou min beh dia… oh beh don oh fitirih feh… »

    Notre problème est pire que cela…. NON SEULEMENT ON N’A RIEN INVENTÉ DE BON OU MÊME MAUVAIS…. ON VEUT MAL UTILISER LES INVENTIONS DES AUTRES … ET ESPÉRER AVOIR DES BONS OU MÊME MEILLEURS RÉSULTATS QU’EUX…..

    Le système républicain et democratique dans lequel on prétend être ou vouloir être … DÉFINI CLAIREMENT LE RÔLE DE L’ARMÉE ET D’UN SOLDAT….TRÈS CLAIREMENT ET DE FAÇON IDENTIQUE PARTOUT OU LE MÊME SYSTÈME EST SUIVI ….

    Tout autre RÔLE que l’armée va se donner ou sera donné à l’armée par qui que ce soit dans le prétendu système ne va pas marcher et on retournera a la case de départ …. CMD L’A APPRIS À SES DÉPENDS….ET DJONKISS ET DIANGO ONT INTÉRÊT À GARDER CELA EN TÊTE ….

    Notre fameuse junte est dans le pétrin et garde le MALI dans le pétrin avec eux…. comme l’a si bien dit le tres lucide Frère Kassin … CE SONT DES DANSEURS DE BALAFON …. TRÈS TALENTUEUX ….ET L’ONT BIEN PROUVÉ … MÊME SI LEUR TALENT EST RÉDUIT APRÈS LE TRÉBUCHEMENT DU GROS ET TALENTUEUX MEMBRE DES ASTRES… CMD….

    Le seul problème est que malgré tout le talent d’un danseur….LA MUSIQUE S’ARRÊTERA À LA FIN DE LA FÊTE ….LES ÉLECTIONS OU D’AUTRES ÉVÉNEMENTS Y METTRONT FIN À LEUR FÊTE ….LA JUNTE MALIENNE N’AURA D’AUTRE CHOIX QUE DE SE RANGER OU PÉRIR ….

    Le problème est très compliqué pour nos PUTCHISTES … CAR SE RANGER NE SEMBLE PAS NON PLUS ÊTRE UNE OPTION À LEURS YEUX APRÈS LES SANGLANTS ÉVÉNEMENTS DONT NOUS SOMMES TOUS FAMILIERS….

    Le temps des coups d’état est révolu et Sanogo aurait du le savoir….CETTE AFFAIRE NE MARCHERA JAMAIS AUDJOURD’HUI … ÇA NE PORTERA QUE PRÉJUDICE À LA NATION ET AUSSI AUX PUTCHISTES ET LEUR FAMILLES…..

    Il faut vivre et compter avec les RÉALITÉ DE SON TEMPS…. NOUS VIVONS DANS UN MONDE D’INFORMATION …. MÊME LE CHAUFFEUR DE POUSSE- POUSSE a deux cellulaires a BAMAKO … l’Internet est accessible….centaines de journaux….de chaînes de radio …. la télé et les chaînes internationaux sont une normalité ….

    Alors … LES GROSSES BÊTISES DES TEMPS PASSÉS …. COUP D’ETAT…OPPRESSION MILITAIRES OU RELIGIEUSE….NE MARCHERONT JAMAIS POUR LONGTEMPS….

    ET LA JUNTE ET SANOGO S’EN SONT RENDU COMPTE MAIS Y’A PAS DE PORTES DE SORTIE SÛRES POUR EUX… DONC IL FAUT S’ACCROCHER ET DANSER DU BALAFON POUR ÉVITER DE SE RETROUVER PIÉGÉ….

    Pour finir…. QUAND UNE BANDE D’IDIOTS DÉCIDENT D’ATTRAPER LA QUEU DU LION….MAIS NE PARVIENNENT PAS À SE SAISIR DE SA GORGE …. ILS N’ONT D’AUTRE CHOIX QUE DE GARDER LA QUEU EN FAISANT TOUTES SORTES D’ACCROBATIE POUR NE PAS SE FAIRE AVALER ….

    L’autre option de laisser la QUEU du lion … est perçu comme la peine de mort… et à juste titre ….

    SANOGO NE PEUT PAS QUITTER … SANOGO NE PEUT PAS RESTER…. ALORS LES TALENTS DE DANSEUR DE BALAFON VONT NOUS SURPRENDRE JUSQU’À CE QUE LA MUSIQUE S’ARRÊTE D’UNE FAÇON OU D’UNE AUTRE….

    PENSEZ Y….PARCEQUE ça résume notre situation à mon opinion….

    Moussa Ag, qui pense que beaucoup d’événements sont dans l’agenda 2013…. ESPÉRONS TOUS POUR LE MEILLEUR PARCEQUE LE PAYS A SOUFFERT ET CONTINUE DE SOUFFRIR A CAUSE DE LA RACAILLE DU NORD ET DU SUD….