Crise politico-institutionnelle et sécuritaire : Les zones d’ombre du limogeage de Cheick Modibo

9 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Au lendemain de la démission du Premier ministre Cheick Modibo Diarra, le capitaine Amadou Haya Sanogo, dans une sortie médiatique, avait évoqué un certain nombre de  » fautes  » à la charge de l’ex-navigateur interplanétaire malien. Si ces actes énumérés par l’homme fort de Kati étaient avérés, alors Dr Cheick Modibo Diarra doit se faire des soucis pour son avenir proche ou lointain. Il doit, au cas contraire, rétablir la vérité si le chef de l’ex-junte l’a accablé injustement.

Le principe de la présomption d’innocence, contenu dans la Constitution de 1992 dispose qu’une personne doit être considérée comme n’ayant rien fait de répréhensible tant que la preuve du comportement injustifié (sa culpabilité) n’est pas rapportée ou prouvée. Toute personne est présumée innocente tant qu’elle n’a pas été condamnée à titre définitif. La présomption d’innocence joue dans tous les domaines juridiques et ne s’applique qu’aux accusations concernant des faits réels et établis.

De ce fait, toute personne non encore condamnée qui serait éventuellement présentée comme coupable dans un journal ou dans les médias en général pourra agir en justice et demander réparation du préjudice subi ainsi que la rectification publique des propos la concernant pour atteinte à ladite présomption. Les juristes puristes en déduiront la maxime « in dubio pro reo », c’est-à-dire « le doute profite à l’accusé « . Les magistrats disent qu’il vaut mieux relâcher le coupable qu’incriminer un innocent.

Toute cette littérature pour revenir sur le feuilleton du limogeage musclé du Dr Cheick Modibo Diarra de la primature de la République le 11 décembre dernier. Même si rarissimes ont été  les voix qui se sont élevées pour regretter le départ de l’astrophysicien de la Cité administrative, il convient de méditer sur les accusations qui ont fusé de toutes parts pour justifier cette opération commando. Le capitaine Amadou Haya Sanogo avait laissé entendre que Cheick Modibo Diarra avait payé des porteurs d’uniforme pour le soutenir en cas de grabuge. Le président du Comité militaire de la réforme des forces de défense et de sécurité a ainsi accusé l’ex-Premier ministre d’avoir agi pour diviser l’Armée malienne déjà suffisamment éprouvée par l’occupation des régions nord, le coup d’Etat du 22 mars et le contre-coup d’Etat des 30 avril et 1er mai 2012.

La grande muette était sérieusement affectée par les combats fratricides entre bérets rouges et bérets verts, qui ont conduit à l’arrestation de plusieurs militaires au moment où le pays est attaqué par des bandits armés et des jihadistes dans sa partie septentrionale.

Le capitaine Sanogo a pointé un doigt accusateur : « Quand un Premier ministre va jusqu’à payer les paisibles citoyens pour sortir afin de défendre sa cause, et puis quand un Premier ministre arrive jusqu’à payer des officiers, des sous-officiers et des militaires pour se lever et l’appuyer au cas où il serait limogé, je pense que là c’est dangereux. Ce pays n’a pas besoin de cela ».

Ces accusations sont tellement graves que l’on se demande pourquoi Cheick Modibo Diarra ne chercherait pas un canal pour les démentir le cas échéant. Va-t-il s’accommoder de l’adage selon lequel qui ne dit mot consent?  En clair, l’ex-PM reconnaît-il la véracité des faits dont il est accusé? L’impunité sera-t-elle toujours la règle au cours de la période de Transition? Dans ce cas l’homme de la NASA va devoir rendre compte à la justice.  D’ailleurs, l’ancien chef du gouvernement aurait des dossiers aux relents financiers plus corsés sur lesquels le capitaine Sanogo a  volontairement  fait motus et bouche cousue Du moins pour l’instant. A quand donc le grand déballage ? Le ministre de la Justice, Malick Coulibaly, dont on ne finit de vanter les qualités, doit agir !

Bruno D SEGBEDJI

djitosegbedji@yahoo.fr

 
SOURCE:  du   19 déc 2012.    

9 Réactions à Crise politico-institutionnelle et sécuritaire : Les zones d’ombre du limogeage de Cheick Modibo

  1. bapson

    Un jr viendra ca va aller

  2. Dieu sait tout

    De toute façon s’il y avait manipulation au sein de l’armée Haya aurait déjà agi. Comme on a pas toléré même les hommes de rang du contre-coup du 30 avril, on aurait pas toléré une accointance d’officiers avec CMD. Chacun de nous a une cervelle pour faire une jugeotte.
    Comme l’autre l’a dit « la parole est d’argent, mais le silence est d’or ».

  3. james10

    Le moment de parler viendra!!! Soyez patients.

  4. simplevision

    Certains journalistes creent un article sur une phrase dite par quelqu’un! Ridicule non?

  5. Le+malien

    Bruno, tu racontes ta vie. Tu parles comme si un crime ou un délit a été commis. Le Capitaine n’a pas accusé l’ex PM d’avoir commis un crime ou un délit. Il a tout simplement rappelé que l’ex PM n’a pas été à la hauteur de la tâche à lui confiée, et ça c’est la vérité. Tout le reste c’est du bla bla !!!

  6. Racine Diop.

    Le pays à. Besoin de justice .

  7. Racine Diop.

    Il doit être entendu par la justice,son treint de vie laisse à désirer .

    • james10

      Toi, va d’abord apprendre à écrire correctement « train de vie », ensuite tu pourras parler. Inculte que tu es!

  8. mouflia hamidou

    Si la parole est d’argent, le silence est d’or. Le pays a plus besoin d’une réconciliation que de tiraillement.