De retour de Kampala, le Président IBK appelle à « s’élever contre les barrières linguistiques artificielles… »

2

Le Président de la République, SEM Ibrahim Boubacar KEITA et Madame, ont regagné Bamako hier soir en provenance de Kampala, en Ouganda, où ils ont assisté à la cérémonie officielle d’investiture du Président Kaguta Yoweri Museveni.

En l’espace de cette journée du 12 mai 2016, Kampala s’est transformée en capitale de l’Afrique, avec la présence de plusieurs délégations africaines conduites par des Chefs d’Etat. C’est ainsi que les Présidents malien, nigérien, tchadien et sud-africain, respectivement Ibrahim Boubacar KEITA, Mahamadou ISSOUFOU, Idriss Déby ITNO et Jacob ZUMA donnaient le change aux Chefs d’Etat de l’Afrique de l’Est et de la région des Grands Lacs. Tous avaient à cœur de féliciter et d’accompagner le Président Museveni, l’ancien leader estudiantin et le maquisard qui était aux avant-postes du combat contre le régime d’Idi Amin DADA.

Pour le Président IBK, sa présence, au-delà de la célébration de l’homme, est un symbole, une volonté manifeste de s’élever contre les barrières linguistiques artificielles qui divisent l’Afrique : “… Je pense qu’il est bon que les barrières linguistiques s’estompent en Afrique. Il est bon que les clivages anglophones-francophones s’estompent également. Nous en sommes absolument partisans et nous sommes déterminés, dans ce domaine, à faire ce que nous pouvons pour que la donne change à cet égard. C’est pourquoi, vous avez vu, nous avons répondu à l’invitation du Président nouvellement élu de la Namibie, Hage Geingob, qui, déjà en son temps, avait tenu à venir au Mali en tant que Premier Ministre de Namibie […] Je crois, de plus en plus, de mieux en mieux, qu’il faut que l’Afrique anglophone, lusophone, francophone…, tout cela s’estompe, que nous pensions « africain » et que nous agissions « africain ».

Pendant son séjour de 48h, le Chef de l’Etat a également eu des entretiens avec son homologue ougandais sur la coopération bilatérale entre le Mali et l’Ouganda. Le Président IBK a aussi profité de cette opportunité pour remercier chaleureusement le Président Museveni du bon accueil et du bon traitement dont bénéficie la communauté malienne très nombreuse en Ouganda.

Aussitôt revenu au pays, le Chef de l’Etat s’est immergé dans la problématique locale. A cet égard, il a fortement déploré la recrudescence de l’insécurité qui devient récurrente dans le Nord du pays. Le Président IBK s’est dit profondément attristé par la mort du Colonel Salif Baba DAOU et d’un jeune soldat dont le véhicule a sauté sur une mine. Tout en condamnant ces attaques perfides, le Président KEITA a laissé entendre qu’elles n’auront pas raison de la volonté du Mali d’aller à la paix : «Je condamne ce genre d’attentats sauvages et brutaux. Je crois que notre Armée Nationale et nos forces de sécurité devront redoubler de vigilance à cet égard. Je m’incline avec beaucoup de piété et de douleur sur la mémoire du Colonel Daou et du jeune soldat qui a été tué en même temps que lui […] Encore une fois, nous sommes interpellés pour faire ce que nous devons faire pour que cela cesse et, en tous les cas, soit sérieusement atténué. Il n’est pas normal que se déplaçant d’un point à l’autre dans un Mali en principe apaisé, nous assistions aujourd’hui à ce genre de situation qui ne peut être que le fait de terroristes et de bandits d’une espèce à éradiquer. Le gouvernement, dans les jours à venir, prendra les mesures idoines pour que nous puissions circuler [librement] en République du Mali, singulièrement entre Sévaré et Gao”.

 

Présidence de la République du Mali

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. IBK EST VRAIMENT TOMBÉ SUR LA TÊTE
    IBK QUI PARLE DE BARRIÈRE LINGUISTIQUE.

    CE MÊME IBK QUI PARLE FRANÇAIS AU PASSÉ ET À L’IMPARFAIT DU SUBJONCTIF AUX HABITANTS DE BLA.

    IBK QUI PARLE LATIN QUAND IL S’ADRESSE AUX MALIENS..

    ENCORE PIRE, IL N’OUVRE PAS LA BOUCHE QUAND IL PARLE BAMBARA..

    EN UN MOT IL MONOLOGUE, PARCE QUE LES CITOYENS NE SE RECONNAISSENT PAS EN LUI.

Comments are closed.