Décentralisation au Mali : Le ministre Alhassane Ag Hamed Moussa visite les services rattachés à son département

0
Le ministre Alhassane Ag Hamed Moussa
Le ministre Alhassane Ag Hamed Moussa

Hier, jeudi 3 août 2017, le ministre de la Décentralisation et de la Fiscalité Locale, Alhassane Ag Hamed Moussa, accompagné par les membres de son cabinet, a effectué une visite de courtoisie au Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) et à la Mairie du district de Bamako. L’objectif de ces visites de courtoisie était non seulement de s’imprégner des acquis de ces deux structures, mais aussi, des difficultés auxquelles ces deux structures sont confrontées.

C’est aux environs de 9 heures que le ministre de la Décentralisation et de la Fiscalité Locale, Alhassane Ag Hamed Moussa et sa délégation se sont rendues au Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) situé au quartier Koulouba de Bamako. Ils ont été accueillis par le personnel du Centre avec à sa tête, la directrice générale du CFCT, Mme Coulibaly Therèse Samaké. Puis s’en est suivie une rencontre d’échanges entre les deux parties. Au cours de cette rencontre, la directrice générale du CFCT, Mme Coulibaly Therèse a fait savoir que le centre est un établissement public à caractère scientifique et technologique chargé de la formation et le perfectionnement des élus et des agents des collectivités territoriales, l’études et recherches en matière de décentralisation et de développement local. Avant d’ajouter que le centre est composé d’une équipe de 21 personnes dont 13 cadres et 8 agents d’appui. A l’en croire, le budget prévisionnel 2017 du centre s’élève à 1 308 018 988 FCFA. Selon elle, l’une des réalisations majeures faites par le centre est la formation d’au moins 1251 élus entre 2015 à mai 2017. A ses dires, l’un des défis du Centre est de générer davantage de ressources propres. Dans son discours, le ministre a remercié les partenaires techniques et financiers pour leur appui constant aux efforts de développement et de stabilisation du Mali et de l’enracinement de la démocratie à travers la décentralisation, en particulier. Selon lui, le centre est une référence sous régionale et joue un rôle très important dans le renforcement de la gouvernance locale. « Le Centre doit faire preuve d’ingéniosité et savoir-faire pour mobiliser d’autres financements auprès de ses partenaires traditionnels que sont les collectivités territoriales mais aussi les autres acteurs intervenants dans les territoires. Les possibilités de mobilisation de ressources existent mais il faut aller les chercher et pour se faire il faut être proactif et dynamique en plus de la diversité de l’offre de formation », a-t-il dit. A l’en croire, la ressource humaine est la meilleure des richesses, parce qu’elle est inépuisable et permet de relever tous les défis. « Avant de terminer mes propos, permettez-moi de réitérer mes sincères remerciements au centre pour acquis enregistré en matière de formation notamment la formation de 2007 à nos de jours d’environ 3 000 agents fonctionnaires des collectivités territoriales et 10 000 élus », a déclaré le ministre. Après cette rencontre d’échanges, le ministre a visité les locaux du centre dont la bibliothèque, les salles de cours, les chambres etc.

« Bamako est totalement délaissé par les autorités »

La deuxième étape de cette visite de prise de contact a été la mairie du district de Bamako. Là, le ministre a été accueilli par le maire du district, Adama Sangaré et ses conseillers. Au cours des débats, le maire Adama Sangaré s’est réjoui de cette visite ministérielle et la création de son département afin de booster le processus de décentralisation au Mali. Il a signalé que la mairie a des projets à réaliser d’ici 2030 dont la réhabilitation de l’auto-gare de Bamako. A l’en croire, la mairie souffre du manque de ressource financière. « Bamako est totalement délaissé par les autorités …Monsieur le ministre, s’il vous plait demandé à la primature quelle subvention peut-on accorder à la mairie du district surtout en cette période hivernale », a-t-il dit. Aux dires de Adama Sangaré, les autres capitales sont soutenues par leurs autorités respectives. Il a sollicité l’accompagnement du ministre pour la réparation des feux tricolores de Bamako défectueux à 65%. Pour pallier à ces difficultés, le ministre a promis de mettre en place un cadre de concertation. Par ailleurs, il a invité la mairie à recouvrer correctement les taxes et impôts.

Aguibou Sogodogo

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here