Démission de l’ex Premier ministre et nomination du nouveau: Les déclarations L’ADEMA Association craint «un Etat d’exception»

8 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Premier Ministre Cheick Modibo Diarra a démissionné dans des conditions rocambolesques, sur injonction du Capitaine Amadou Haya Sanogo, Président du Comité Militaire de Suivi et de Restructuration des Forces Armées et de Sécurité, nommé par décret présidentiel.

Aly Nouhoum Diallo

L’Association Alliance pour la Démocratie au Mali note que le Premier Ministre a été enlevé nuitamment de son domicile par un groupe armé agissant au nom du Capitaine et n’a pas remis de son plein gré sa démission au Président de la République par intérim, ni démissionné suite à une motion de censure votée à la majorité qualifiée de l’Assemblée Nationale.

Le Premier Ministre ne savait toujours pas à qui remettre sa démission. Il s’est donc adressé à ses concitoyens, encore endormis, à 3 heures du matin. L’Alliance pour la Démocratie au Mali considère que le Premier Ministre Cheick Modibo Diarra est parti comme il est venu. N’est ce pas le Comité National de Redressement de la Démocratie et de la Restauration de l’Etat (CNRDRE) qui l’a suggéré au Médiateur, le Président Blaise Compaoré, et imposé au Président de la République par intérim, le Pr Dioncounda Traoré?

L’Alliance pour la Démocratie au Mali réprouve, condamne cet état de fait et réitère sa condamnation des enlèvements et tentatives d’enlèvement par des hommes armés, cagoulés ou non, enlèvements suivis de brimades, de vexations, d’humiliations, de tortures, voire de menaces de morts, comme ce furent les cas des journalistes Chahana Takiou, Abdramane Kéita, Saouti Haidara, Birama Fall, de Mme la Ministre Sina Damba et maintenant d’un chef d’institution, Cheick Modibo Diarra.

L’Alliance pour la Démocratie au Mali se demande si le Président de la République par intérim, ancien Vice-président de l’Alliance pour la Démocratie au Mali et Directeur de publication du journal Alternance, a la liberté des choix qu’il opère et s’inquiète quand le Capitaine Amadou Haya Sanogo affirme en substance «si un autre premier Ministre s’arrogeait le droit d’agir comme l’a fait Cheick Modibo Diarra, je prendrais mes responsabilités( … )».

Par ces propos, il s’octroie la mission de gendarme de la démocratie, faiseur de rois. L’Alliance pour la Démocratie au Mali rappelle aux Forces armées et de Sécurité que leur mission première et fondamentale est et demeure la défense de l’intégrité du territoire et la sécurité des personnes et des biens. Leur mission aujourd’hui est de libérer les régions occupées. Elles doivent s’y préparer activement et dans les plus brefs délais.

L’Alliance pour la Démocratie au Mali invite le Président de la République par intérim à plus de vigilance, de détermination dans la lutte pour la libération des zones occupées du pays, de fermeté sur les principes démocratiques et républicains. L’Alliance pour la Démocratie au Mali félicite le Président de la République par intérim pour son adresse solennelle à la Nation, apprécie ses efforts de légitimation de l’institution présidentielle, prend acte de la nomination du nouveau Premier Ministre Diango Cissoko, qui fut par ailleurs Ministre Secrétaire Général du Général Moussa Traoré et du Général Amadou Toumani Touré.

L’AIliance pour la Démocratie au Mali, respectueuse de ses valeurs, jugera à la tâche le nouveau Chef du Gouvernement. L’Alliance pour la Démocratie au Mali lance un appel au peuple malien et à toutes les forces démocratiques et républicaines afin qu’ils se mobilisent, car il est à craindre que le processus d’instauration d’un Etat d’exception ne soit en cours.

Bamako, le 12 décembre 2012

P/le Comité Exécutif P/O Le 1er Vice‑président, Pr Ali Nouhoum Diallo

 

L’AN salue «une personnalité consensuelle»

Le Bureau de l’Assemblée Nationale a appris, le mardi 11 décembre 2012,  la démission du Premier Ministre Cheick Modibo Diarra et de son Gouvernement.

L’Assemblée Nationale prend acte de cette démission.

L’Assemblée Nationale se réjouit de la nomination rapide par le Président de la République de M. Django Cissoko en qualité de Premier Ministre. M. Django Cissoko qui est un homme d’expérience, une personnalité consensuelle avec une parfaite connaissance du Mali, de son administration et de ses réalités socio – culturelles.

L’Assemblée Nationale encourage le Président de la République et le Premier Ministre à former dans les meilleurs délais un Gouvernement inclusif, d’union nationale en tenant compte des réalités politiques et sociales.

Elle invite les forces vives de la Nation à œuvrer ensemble, dans l’unité et dans la cohésion – avec l’appui de la communauté internationale – afin de réaliser les objectifs de la transition, à savoir la libération des régions sous occupation et l’organisation d’élections apaisées, libres, transparentes et crédibles.

Bamako, le 12 décembre 2012

Le Président de l’Assemblée Nationale par intérim

Younoussi TOURE,  Grand Officier de l’Ordre National

 

Le RPM pour un gouvernement d’union

Le Rassemblement pour le Mali (RPM) et ses alliés de l’ «Alliance IBK Mali 2012» prennent acte de la nomination de Monsieur Diango Sissoko au poste de Premier ministre de transition, intervenue le mardi 12 décembre 2012.

Cette nomination suscite des interrogations et des inquiétudes légitimes, compte tenu du parcours politique et administratif de l’homme. Il lui appartient de rassurer rapidement l’ensemble national.

Cela dit, le RPM appelle à la formation dans les meilleurs délais d’un véritable gouvernement d’union nationale, sur la base de la compétence et de l’intégrité morale.

A cet égard, le RPM souhaite que le nouveau Gouvernement de transition s’attelle à:

- Organiser les concertations nationales qui doivent avoir pour principal objectif de renforcer la cohésion nationale autour d’une feuille de route consensuelle visant à terminer la Transition dans les délais impartis;

- Adopter d’urgence une politique humanitaire visant à aider nos compatriotes déplacés à l’intérieur et à l’extérieur;

- Elaborer une stratégie de libération des régions occupées en engageant le dialogue avec les organisations se démarquant du terrorisme, et en préparant activement l’intervention militaire;

- Appliquer la loi de programmation et d’orientation militaire pour que l’armée malienne soit en mesure d’assumer ses missions fondamentales;

- Achever l’audit du fichier électoral en vue de l’organisation d’élections libres et transparentes à l’issue de la Transition, soit en avril 2013;

Dans un esprit de sursaut national et face à l’urgence du moment, le RPM et ses alliés invitent tous les patriotes maliens à rester vigilants et disponibles pour la résolution de la grave crise que vit le Mali.

Le 12 Décembre 2012

Boubacar Touré, Secrétaire à la communication

 

IBK Mali 2012 veut des concertations très bientôt

Le Regroupement IBK MALI 2012 a appris la démission du Premier ministre Cheick Modibo DIARRA et celle de son Gouvernement le mardi 11 décembre 2012, sur les antennes de la télévision nationale (ORTM). Cette démission est la conséquence logique de huit mois de mauvais choix et de pilotage à vue de l’Etat.

Soucieux du seul intérêt de notre pays dans la phase actuelle de son histoire, le Regroupement IBK MALI 2012 reste vigilant et suit avec une attention toute particulière la situation nouvelle créée par cette démission du Premier ministre.

Le Regroupement IBK MALI 2012 prend acte de la nomination de Monsieur Django CISSOKO, comme nouveau Premier ministre de la transition dans l’espoir que ce changement corresponde à l’attente du peuple malien.

Le Regroupement IBK MALI 2012 est plus que jamais convaincu qu’une sortie de crise rapide est un objectif réalisable. Par nos efforts concertés, nous pouvons nous attaquer à tous les problèmes qui se posent aujourd’hui à notre pays et à les résoudre durablement. Il reste évident que l’impulsion viendra de chacun d’entre-nous.

Le Regroupement IBK MALI 2012 encourage le nouveau Premier ministre à former un Gouvernement d’union nationale pour accélérer le processus de réalisation des deux missions principales de la transition: la reconquête de l’intégrité territoriale du pays et l’organisation des élections.

Le Regroupement IBK MALI 2012 exhorte les nouvelles autorités de l’Etat à organiser, dans les meilleurs délais, les concertations nationales qui doivent avoir pour objectif principal de renforcer la cohésion nationale autour d’une feuille de route réaliste visant à terminer la transition dans les délais convenus.

Le Regroupement IBK MALI 2012 appelle toutes les Maliennes et tous les Maliens, sans exclusive, à s’unir autour de l’essentiel: le Mali, afin de faire face avec détermination aux défis gigantesques qui s’imposent à nous. Pour l’unité et la cohésion nationale, nos populations méritent que nous nous engagions avec plus de force, de courage et de patriotisme pour une sortie de crise rapide. Ceci serait à l’actif de chacun et de tous.

Bamako, le 13 décembre 2012

 P/ le Président de IBK-Mali 2012 p.o, Le Porte-parole Amadou Soulalé

Officier du Mérite Gabonais, Chevalier de l’Ordre National du Mali

 

 L’ADPS dénonce des «circonstances particulières»

L’Alliance des Démocrates Patriotes pour  la Sortie de crise (ADPS) prend acte de la démission du Dr Cheick Modibo Diarra et de la nomination de son successeur en la personne de Monsieur Django Sissoko.Tout en reconnaissant que le Premier Ministre sortant avait une conception plutôt particulière de ses prérogatives de Chef du Gouvernement de Transition,  l’ADPS dénonce les circonstances tout aussi particulières qui ont entouré sa démission.

Elle réitère son attachement au principe républicain de non-immixtion des autorités militaires dans le champ institutionnel politique et invite le Président de la République par intérim  à assumer la plénitude de ses attributions constitutionnelles, y compris celles de Chef Suprême des armées.

L’ADPS engage toutes les forces démocratiques, patriotiques, républicaines et progressistes ainsi que les Forces Armées et de Sécurité à plus de vigilance et de détermination face à l‘impérieuse nécessité de consolider le retour à l’ordre constitutionnel.

Enfin, elle exige du Président de la République par intérim et du futur Gouvernement qu’ils s’attellent plus résolument et plus efficacement à la bonne exécution des deux missions centrales de la Transition: la libération du Nord et l’organisation d’élections démocratiques, libres et transparentes.

Bamako le 12 décembre 2012, Pour le Directoire de l’ADPS

Le Secrétaire Général Ingénieur Soumana Tangara

 

 
SOURCE:  du   17 déc 2012.    

8 Réactions à Démission de l’ex Premier ministre et nomination du nouveau: Les déclarations L’ADEMA Association craint «un Etat d’exception»

  1. tu ressemble à ton pseudo pengouen, il ne te reste que des pattes pour bien nager,,

  2. Fama

    Le Pr Ali N. Diallo est réellement un grand homme! Je le lis et l’écoute avec intérêt à chaque fois que possible. Il me paraît le seul à pouvoir s’exprimer librement et courageusement au Mali et depuis toujours. Ses analyses sont profondes et lucides. Bravo et courage Pr!

  3. moussa ag

    Y’A T’IL QUELQU’UN D’INTELLIGENT CHEZ IBK…OU CES GARS PENSENT TOUJOURS QUE L’ASSOCIATION AVEC LE DIABLE ET SON SUPPORT VONT ÉVENTUELLEMENT BIEN PAYER UN JOUR…..

    ILS N’ONT QU’À DEMANDER À UN CERTAIN CHEICK MODIBO …… DIARRA……ILS SERONT BIEN ÉCLAIRÉS….

    L’ASSOCIATION AVEC LE DIABLE OU UN SUPPORT ACTIF OU PASSIF DU DIABLE … NE PEUT QU’AVOIR DES CONSÉQUENCES NÉFASTES…..

    Moussa Ag, qui pense que le groupe IBK DOIT SE TROUVER AU MOINS UNE PERSONNE POLITIQUEMENT INTELLIGENTE….

  4. emoo

    pas de commission de negotiation…. c’est inutile… il faut d’abord faire la guerre , mater les criminels…ensuite negocier en position de force… autrement c’est faire la part belle au trouillard Sanogo Kaya Sanogo…

  5. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    Quoique qu’en disent certains, un premier pas très important vient d’être franchi, à savoir la constitution d’un gouvernement d’union nationale incluant des sensibilités diverses des forces vives du Mali, en particulier, du Nord Mali.

    Quoi qu’on fasse, il sera impossible de créer un gouvernement qui aura l’aval de tout le monde.

    Félicitations au Premier Ministre, Giango Cissoko, et au Président, Dioncounda Traoré, pour ce premier pas.

    L’essentiel, maintenant, c’est que les Maliens s’unissent autour de ce gouvernement.

    Ce dernier doit aller vite à l’essentiel, c’est-à-dire fédérer TOUS les Maliens, en axant sa stratégie sur la communication, la sensibilisation et l’action, pour conquérir le plus vite possible, dans l’unité, le Nord Mali.

    Un deuxième pas, aussi important, sera la constitution de la commission nationale de négociation et du conseil national de transition.

    Cette commission et ce conseil doivent avoir des ramifications régionales pour plus de représentativité et doivent aussi intégrer toutes les communautés Maliennes et tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme, pas seulement ceux des régions nord Mali.

    L’engagement de tous est indispensable à travers une guerre informationnelle ou guerre stratégique, d’intelligence collective, de renseignements sur le terrorisme.

    Cette dernière est plus précise, plus ciblée et plus efficace que la guerre classique.

    C’est ensemble, en front uni, sans accepter l’impunité et le terrorisme, que les Maliens, en coopération avec les partenaires, aux niveaux régional et international, mettront le terrorisme hors du Mali.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  6. pengyou

    Si Ali N Diallo et son ADEMA avaient use de cette aptitude a analyser les situations sous ATT, on n’en serait pas la aujourd’hui. Ce sont eux qui ont laisse le pays trainer vers le gouffre dans lequel on est aujourd’hui. Ils n’ont pas honte de se presenter en donneur de lecon de democratie maintenant.

  7. salut

    ADEMA a tué beau coups de personnes dans ce pays toi Ali nouhoum Diallo tu as été président Assemble tu as fais quoi rien adema a soutenu att pour qu’il passe adema est responsable ton neveux a appelé les gens du mujao a dounza tu n’a pas le droit de parle .

  8. DIAWARA Abdoulkarim

    Bonjour à tous

    Moi Abdoul, en tant que fils de ce pays je condamne vivement l’action du capitaine Amadou Haya SANOGO, qui a consisté à faire partir le PM Cheik Modibo DIARRA de force à la tête du gouvernement de transition. Cette attitude me parait comme une insulte, une injure à la démocratie Malienne, à l’intelligence humaine, aux valeurs de notre société, aux non respects des fondements de notre société comme s’il s’apprêtait à anéantir tous les efforts consentis par les notables, les intellectuels , les hommes politiques, la société civiles, et toute les composantes de notre chère pays.
    Il devait avoir honte de ce prendre pour le gendarme du Mali en indiquant qu’il prendra ces responsabilités envers toute personne agissant come la fait CMD.
    Qu’il comprenne que l’histoire jugera contre lui, et que ce peuple tôt au tard ne se laissera pas berné de la sorte pour plus longtemps. Alors qu’il prenne ses responsabilités d’être le garant de l’intégrité du territoire Malien , des personnes et des biens , de la reforme de notre armé et qu’il laisse les institutions aux mains des autorités compétentes .