Temps Forts >
Général Sada Samaké : un mauvais orateur, mais pas forcément un mauvais ministre !

Général Sada Samaké : un mauvais orateur, mais pas forcément un mauvais ministre ! ...

Ere IBK : scandales en cascade

Ere IBK : scandales en cascade (9)

Référendum: La Grèce a fait un « pas vers la sortie de la Zone Euro », selon Moscou

Référendum: La Grèce a fait un "pas vers la sortie de la Zone Euro", selon Moscou ... (2)

L’ancien diplomate Laurent Bigot : « La France se moque de l’Afrique »

L’ancien diplomate Laurent Bigot : « La France se moque de l’Afrique » ... (43)

il y a 3 années
 La Nouvelle Patrie

Des Mots contre des Maux : La Convention Nationale, un piège pour le PM ?

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Cheick Modibo Diarra, Premier ministre malien

Cheick Modibo Diarra, Premier ministre de plein pouvoir et chef du gouvernement de Transition du Mali, pourrait avoir de désagréables surprises à l’occasion de la Convention Nationale que des forces dites vives de la Nation s’échinent à organiser.

A en croire une source généralement bien informée, des rencontres secrètes se seraient tenues  avant et après l’Aïd El Kébir et auraient regroupés des dignitaires du HCI et du COPAM. Objectif sans doute, trouver les voies et moyens pouvant faire débarquer le chef du gouvernement de Transition. Cheick Modibo Diarra gênerait –il à ce point ? En  tout cas, il n’est un secret pour personne que depuis son discours à la tribune des Nations-Unies, le cercle de ces ennemis s’accroît et s’active.

Sory de Moti

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.

Une Réaction à Des Mots contre des Maux : La Convention Nationale, un piège pour le PM ?

  1. kankélen
    237 commentaires
    6 nov 2012 à 12:06

    Pourtant, ce monsieur ne doit pas être négatif pour la bonne gestion de notre pays. Il peut être président au lieu des inconscients qui se cachent derrière les partis politique pour le devenir. On doit éviter le nom des partis pour voter ces partis mais, l’homme en question. Vive notre pays et à bas les méchants.