Dégradation de la situation sécuritaire au Nord-Mali : Le PDES dit «Non à l’amalgame!»

0
1

«L’heure est grave. Au regard des crimes que commettent certains apatrides au Nord de notre pays, il nous faut nous donner pour sauvegarder l’unité, la cohésion sociale et surtout l’intégrité territoriale de notre pays. Non donc à l’amalgame !». C’est en substance ce que l’on peut retenir de la conférence de presse animée hier, 2 février 2012 par Ahmed Diane Séméga, président du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES), à son siège.  Il avait à ses côtés plusieurs membres influents du Bureau Politique National.

 Dans ses propos liminaires, le président Séméga a indiqué que la dégradation de la sécuritaire au Nord, caractérisée par la multiplication des attaques des groupes terroristes et des bandits armés contre des objectifs militaires et par des exactions et crimes contre les populations civiles, constitue aujourd’hui une grande préoccupation pour l’ensemble du Mali.

A l’en croire, la position du PDES sur cette question est très claire : toute la classe politique malienne et tous les Maliens doivent soutenir l’action menée par le Gouvernement pour ramener la quiétude. «Le PDES salue à cet égard l’action menée par les vaillantes forces de défense et de sécurité du Mali pour protéger les personnes et leurs biens et défendre l’intégrité de notre pays. Nous condamnons fermement les attaques commises en plusieurs parties du territoire contre les populations civiles et les objectifs militaires, et notamment les crimes commis à Tessalit, Ag El Hock, Ménaka et Niafunké. Nous appelons surtout les populations à la vigilance et à la sérénité face aux atrocités commises et aux tentatives de destabilisation politique auxquelles nous assistons actuellement», a affirmé M. Diane Sémédéga.

Et de poursuivre que la désinformation, la diffusion de fausses nouvelles et la calomnie sont devenues aussi des armes utilisées par les bandes criminelles qui agissent au Nord de notre pays pour porter atteinte au moral de nos forces armées et de sécurité et saper l’unité nationale.

Il a ensuite tenu à rappeler la responsabilité qui incombe à la communauté internationale sur la question, eu égard aux insuffisances criardes qui ont prévalu à la gestion du conflit libyen, dont le Mali ressent douloureusement.

Tout en encourageant nos forces de défenses et de sécurité qui mettent tout en œuvre pour bouter hors de notre sol, le président du PDES a rappelé que le Mali est Un et Indivisible et que rien n’est négociable quand il s’agit de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale. Il a invité toute la classe politique, tous les leaders religieux, toutes les Associations et organisations de la société civile, bref toutes les Maliennes et tous les Maliens à se mobiliser comme un seul homme pour soutenir le président de la République, le Gouvernement et nos forces de défense et de sécurité engagée dans une guerre initiée contre leur gré contre les ennemis de la Nation malienne. Tout en sollicitant l’accompagnement de la presse à travers des informations saines et allant dans le sens de l’appel au calme et à la retenue, Ahmed Diane Séméga invite les populations à ne pas faire l’amalgame en s’attaquant à nos paisibles frères touaregs, arabes, tamasheqs… «Car, ceux qui ont pris les armes contre le Mali ne sont pas tous Arabes, Tamasheqs…Il faut rester assez vigilant pour barrer la route aux assaillants», a-t-il conclu.

Bruno LOMA

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.