Diango Cissoko au Tchad : Au chevet des blessés de guerre tchadiens

1

Le nouveau premier ministre, Django Cissoko

Le Premier ministre a salué le courage des soldats tchadiens et leur a transmis les vœux de prompt rétablissement du peuple malien .

 

Le lieutenant colonel Ibrahim Gueou Ergjei, le commandant Abdel Aziz Hassane Adam ou encore le soldat de 2e classe Hassane Moussa Abdallah et leurs frères d’armes, tous tchadiens ayant perdu la vie lors de la reconquête de la partie septentrionale de notre pays occupée par les narco-djihadistes, reposent en paix au cimetière central de N’Djamena. Le Premier ministre Diango Cissoko, sur le chemin de retour de Djeddah, a fait escale dans la capitale tchadienne pour saluer le courage de ces soldats et de leurs frères d’armes engagés au Mali.

 

 

Notre pays ne pourra jamais assez saluer le courage et l’amitié du Tchad et rendre hommage à la trentaine de militaires tchadiens morts au combat dans la vallée de l’Amététaï dans les massifs de l’Adrar des Ifoghas, et à Kidal où se sont retranchés les djihadistes en débandade. Bien que n’étant pas membre de la CEDEAO, le Tchad a fourni avec célérité une troupe de plus de 2000 soldats choisis parmi les plus aguerris de son armée et ce contingent s’est immédiatement porté en première ligne.

 

Diango Cissoko s’est ensuite rendu à l’infirmerie militaire centrale où ont été admis les blessés militaires tchadiens rapatriés du Mali
Diango Cissoko s’est ensuite rendu à l’infirmerie militaire centrale où ont été admis les blessés militaires tchadiens rapatriés du Mali

Arrivé mardi dans la capitale tchadienne, le chef du gouvernement est aussitôt allé au cimetière central de N’Djamena se recueillir sur les tombes des disparus. Une portion du cimetière leur est dédiée à quelques mètres du cimetière principal. Plus loin, une épitaphe géante répertorie les militaires tués avec leurs noms et grades. Dans un silence ému, le Premier ministre a parcouru du regard les 28 noms gravés dans le marbre de la stèle.

 

Diango Cissoko a expliqué au ministre tchadien de la Justice qui l’accompagnait, être venu présenter les condoléances du peuple malien aux familles des disparus et prier pour le repos de leur âme.

 

« Je viens de me recueillir sur les tombes des soldats tchadiens qui sont tombés au champ d’honneur au Mali. Le sacrifice que ces soldats ont consentis pour le Mali, pour l’Afrique et pour le monde entier, au nom de la liberté, est énorme et inoubliable », a confié le Premier ministre qui a promis que leur mort ne sera pas vaine.

 

Diango Cissoko s’est ensuite rendu à l’infirmerie militaire centrale où ont été admis les blessés militaires tchadiens rapatriés du Mali. Il a eu des mots de réconfort et d’encouragement pour ces blessés. « Je veux surtout qu’ils sachent que nous partageons entièrement la souffrance qu’ils connaissent actuellement. Nous la partageons au nom de la liberté, au nom de la lutte contre le terrorisme qui n’a pas de frontière », a indiqué Diango Cissoko en souhaitant un prompt rétablissement aux pensionnaires militaires de l’infirmerie de l’armée tchadienne.

 

Le Premier ministre Cissoko était aussi porteur d’un message du président de la République par intérim à son homologue Idriss Deby Itno, un grand ami du Mali. Le chef du gouvernement a remis la missive à son homologue tchadien, Joseph Djinirangar Dadnadji, qui se fera un devoir de le transmettre au chef de l’Etat tchadien. Même si le contenu du document n’a pas été rendu public, dans l’entourage des deux Premiers ministres, on confirme la participation prochaine à N’Djamena du Pr Dioncounda Traoré, à la cérémonie de décoration à titre posthume des soldats tchadiens morts au Mali dans la reconquête de la partie septentrionale de notre pays.

 

Envoyé spécial

A. M. CISSE

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Mieux vaut tard que jamais! Nos condoleances a leur familles.Que leurs ames reposent en paix et que Dieu dans sa Misericorde les accueille dans son paradis Eternel. Prompt retablissement aux blesse’s. Vive le pacte de sang qui nous lie desormais aux freres tchadiens.

Comments are closed.