Dioncounda Traoré lors de la conférence internationale sur le dialogue Islamo-chrétien: “Cette rencontre est une belle preuve d’acception réciproque”

0

L’Association malienne pour la paix et le salut (AMPS) fait partie d’un vaste mouvement soufi qui prône et défend les valeurs morales et éthiques de l’islam telles que la paix sociale, la solidarité, la tolérance, le respect des autres dans la différence etc.

 

Dioncounda Traoré, président P/I
Dioncounda Traoré, président P/I

Conformément à cet idéal, depuis 2008 en partenariat avec l’ambassade du Danemark au Mali, elle a institué une tradition consistant à organiser et à animer des conférences internationales sur le dialogue islamo-chrétien. Un tel dialogue prône un ensemble de valeurs de progrès social et économique, de paix, de justice, de solidarité, de fraternité et de tolérance bâties autour de la référence permanente aux cultures, aux langues, à l’histoire commune et à un passé commun. Tenue du 29 au 30 juin au CICB, cette 5ème édition avait pour thème central cette année: “Promouvoir les valeurs éthiques et spirituelles des communautés musulmane et chrétienne au Mali et en Afrique : Défis et perspectives”.

 

 

Le président de l’AMPS, l’Imam Mahamadou Diallo, non moins l’initiateur de cette rencontre, a indiqué que ce genre de dialogue au Mali constitue à la fois une nécessité et un défi surtout en  ces temps de radicalisation inquiétante d’un certain islam prôné et dirigé principalement par les étrangers qui ignorent la culture malienne.

 

 

C’est à partir de ces constats, dira l’imam que la conférence a mis à contribution les expériences et expertises des éminents invités et des participants pour traiter les défis liés aux problématiques telles que le rôle de l’Etat dans la régulation et le contrôle des cultes ou enseignements religieux, les modes de financement des sectes et leurs impacts sur le choix des responsables religieux et la réconciliation nationale.

Mahamadou Diallo a conclu que l’AMPS fidèle à ses principes et idéaux est consciente du rôle et de la place de la société civile et notamment des leaders religieux dans la réconciliation et la reconstruction nationale.

 

 

Le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, à l’ouverture des travaux, s’est dit heureux de voir musulmans et chrétien réunis autour de la même table pour dialoguer. Pour lui, cette rencontre est une belle preuve d’acception réciproque. Il se fonde également sur l’expression permanente de la volonté de s’unir dans un espace de droit, de démocratie ainsi que de restauration et de développement de la confiance mutuelle entre les deux communautés.

Par ailleurs, il a remercié l’imam Mahamadou Diallo, un leader religieux qui est toujours resté engagé pour la paix et le progrès.

Bandiougou DIABATE

PARTAGER