Dioncounda Traoré sur RFI: «Pour le dialogue, Ansar Dine est disqualifié»

18 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Dioncounda Traoré, le 16 janvier 2013 à Bamako.
AFP

Pour la première fois depuis le début des opérations de reconquête du nord du Mali, Dioncounda Traoré parle. Alors que les militaires français contrôlent désormais l’aéroport de Kidal, concluant ainsi la première phase des opérations sur le terrain, le président de transition malien répond aux questions de Christophe Boisbouvier, pour RFI.

RFI : Monsieur le président, le plus dur est-il fait au nord du Mali ?

Dioncounda Traoré : Une bonne partie de la mission est accomplie, mais je ne sais pas si le plus dur est fait, parce que reconquérir les territoires occupés est une chose, réorganiser la vie et faire en sorte que les gens qui ont vécu ensemble pendant des siècles réapprennent à vivre ensemble, c’en est une autre.

Gao et Tombouctou ont été repris sans combat. Est-ce que c’est un bon signe, ou un mauvais signe ?

Si vous voulez mon avis, ce n’est ni un bon signe, ni un mauvais signe, parce que nous ne savons pas exactement pourquoi il n’y a pas eu de combat. Qu’est-ce que l’adversaire mijote ? Ils se sont probablement retirés des grandes villes pour ne pas se trouver coincés, et ils ont dû se retirer pas très loin de ces agglomérations. Alors, qu’est-ce qu’ils vont faire ensuite ? On ne le sait pas encore.

D’ici combien de semaines pensez-vous que l’ensemble du territoire sera reconquis ?

Si les choses continuent de la manière dont elles ont commencé, je pense que dans un mois au maximum, nous arriverons à être présents partout. Nous irons au-delà de Kidal, et nous irons chercher nos adversaires partout où ils iront.

Il y a eu un massacre de soldats à Aguelhok il y a un an. Ne craignez-vous pas que l’armée veuille se venger ?

Non ! Je ne pense pas que l’armée veuille se venger, d’ailleurs vous avez pu constater que même lors des scènes de pièges auxquelles nous avons assisté, l’armée était là pour dire aux populations : « Ne pillez pas, évitez les amalgames, nous ne sommes pas là pour nous venger, nous ne sommes pas là pour mener des représailles, nous sommes là pour une cause bien nette et bien claire, reconquérir notre territoire et c’est tout. »

Ce n’est pas une guerre contre une ethnie, ce n’est pas une guerre contre les Touaregs, ce n’est pas une guerre contre les Bambaras, ce n’est pas une guerre contre les Soninkés, ce n’est pas une guerre contre les Songhaï. Au Mali, je crois que ce genre de problèmes n’existe vraiment pas. Je pense que vous avez écouté ce jeune capitaine qui était à Tombouctou, qui a bien expliqué aux gens qu’il ne s’agissait de s’en prendre ni aux Arabes, ni aux Touaregs, ni à quelque autre ethnie que ce soit.

Ne craignez-vous pas que des supplétifs de l’armée et des milices veuillent se venger ?

Non. Vous savez, Ganda Koy, Ganda Izo, ils sont bien gentils, mais à mon humble avis c’est un peu du folklore. D’ailleurs, avant que Konna ne soit attaquée, nous avions intégré tous ces regroupements, Ganda Koy, Ganda Izo, au sein de l’Armée, et nous avions commencé à les entraîner et les équiper de manière à ce qu’ils soient mieux surveillés et contrôlés.

Si un soldat, ou un milicien, exerce des exactions contre des populations civiles, quelles mesurent prendrez-vous ?

Nous sommes très fermes là-dessus. Que ce soit un militaire ou un civil, tous ceux qui se rendront coupables de tels actes seront poursuivis devant la justice, et ils répondront de leurs actes.

Et si l’armée Malienne se saisit de la personne d’Iyad Ag Ghali, que deviendra-t-il ?

Il sera jugé, comme il faut. Il sera certainement jugé au Mali ; il sera peut-être jugé par les tribunaux internationaux, parce qu’il a quand même commis beaucoup d’exactions et qu’il est responsable de tout ce qui s’est passé comme massacres, comme mutilations… Je pense qu’il devra répondre de tout ça.

Avez-vous eu de ses nouvelles ?

Bon, on m’a dit qu’il s’était retiré au dernier moment de Kidal, et qu’il s’était certainement réfugié dans les montagnes, dans le Tirarar sans doute.

En décembre, le groupe Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali négocie. En janvier, il attaque. La Cédéao n’est-elle pas tombée dans un piège en baissant sa garde ?

Non, je ne pense pas que la Cédéao soit tombée dans un piège. De notre côté, nous appelions à un dialogue sincère. Et de leur côté, je pense qu’il y avait beaucoup de duplicité. Pour finir, ils ont attaqué avec l’intention d’arriver à Sévaré, voire d’arriver à Bamako.

Justement, pourquoi ont-ils attaqué ? Est-ce qu’ils ont anticipé une inertie de la communauté internationale ?

Je pense que c’est ce qu’ils escomptaient faire, effectivement. Je crois qu’ils ont attaqué par anticipation pour arriver à Bamako et pour que les termes des négociations éventuelles soient différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui. Je crois qu’ils ne s’attendaient pas à une réaction aussi prompte, aussi déterminée de la part de la France. Ils ont été très surpris.

Sans l’intervention française, pensez-vous qu’ils auraient réussi ?

Je pense sincèrement que sans l’intervention française, ils seraient allés très loin.

Après la guerre, avec qui négocier ?

Je pense que vous avez compris que dans cette affaire, il y a plusieurs groupes armés. Pratiquement tous ces groupes se sont disqualifiés, en dehors peut-être du MLNA. Au départ, nous avions pensé que nous pouvions négocier avec les groupes qui étaient constitués essentiellement de Maliens, tels que le MLNA et Ansar Dine. Mais avec les derniers développements auxquels nous avons assisté, il est évident qu’Ansar Dine n’est plus éligible au dialogue, quel que soit par ailleurs le masque que certains d’entre eux ont décidé de porter désormais.

Vous savez, cette histoire de MIA ne correspond à rien du tout. C’est parce que la peur a changé de camp qu’aujourd’hui, ils essaient d’échapper à leurs responsabilités en disant qu’ils se désolidarisent d’Ansar Dine et de Aqmi. Aujourd’hui, je pense que le seul groupe avec lequel nous pouvons envisager des négociations susceptibles d’aboutir à quelque chose, c’est certainement le MLNA. Mais bien entendu, à condition qu’il renonce à toutes ses prétentions territoriales. Quant à Ansar Dine, je pense que la seule solution qu’ils ont, c’est de déclarer solennellement qu’ils renoncent à la charia.

Donc, vous ne pensez pas, comme le président Compaoré, qu’il reste une partie saine à l’intérieur d’Ansar Dine ?

Je pense que le président Compaoré, comme tout médiateur, a d’autres approches des questions. Mais je pense honnêtement qu’il se trompe. Il devrait enfin comprendre que ces gens-là ont beaucoup trompé. Lui-même, ils l’ont souvent trompé. Je peux comprendre que lorsque l’on a parlé avec des gens pendant des semaines, pendant des mois, il puisse se développer certains sentiments entre les uns et les autres. Il voudrait toujours croire qu’avec ces gens-là, il est possible de parler et de négocier. Mais je pense qu’aujourd’hui, il est évident qu’Ansar Dine est disqualifié dans le dialogue.

Est-ce que vous faites toujours confiance au Burkina Faso pour mener les négociations à venir ?

Moi, je fais toujours confiance au Burkina Faso. Peut-être pas pour mener, mais pour faciliter, accompagner ces négociations. De toute façon, nous allons mettre en place une commission de médiation et de réconciliation qui va s’approprier ces négociations, et déterminera avec qui il faut négocier. Bien entendu, nous le ferons en collaboration avec le président Blaise Compaoré, parce que c’est le médiateur désigné par la Cédéao.

Mardi, vous avez annoncé une élection présidentielle avant le 31 juillet prochain. Vous pensez vraiment que d’ici cette date, on pourra organiser une élection transparente sur l’ensemble du territoire national ?

Oui, je pense que la préparation des élections est très fortement avancée aujourd’hui. Je pense que dès que les territoires seront libérés, l’administration va également s’installer et nous allons créer les conditions pour que des élections puissent se tenir.

Il y a quelques semaines, les putschistes du 22-Mars on fait tomber un Premier ministre. Cela prouve qu’ils sont toujours actifs. Ne peuvent-ils pas troubler cette transition ?

Non, je ne pense pas qu’ils puissent troubler cette transition. Je ne pense même pas qu’ils le veuillent. Ce qui peut troubler cette transition, c’est la politique politicienne, à Bamako, qui effectivement, à un certain moment, avait quelque peu infiltré l’armée et voulait s’appuyer sur cette branche de l’armée pour semer le désordre dans le pays. Je pense que chacun, aujourd’hui, a compris qu’il faut agir autrement.

Vous faites allusion à la COPAM (Coordination des organisations patriotiques au Mali) ?

Moi je ne cite personne. Se reconnaitra qui veut.

Pensez-vous que ces hommes politiques se sont disqualifiés pour les prochaines élections ?

Non, mais ils se sont certainement disqualifiés pour une éventuelle victoire.

Monsieur le président, vous avez souffert dans votre chair au mois de mai dernier. Est-ce que vous avez voulu abandonner ?

Non, à aucun moment. Au contraire ! Vous savez, moi je suis un vieux combattant, je me suis battu pendant des décennies pour l’avènement de la démocratie dans ce pays. Et donc, quand j’ai été agressé, je n’ai pas été ébranlé du tout. Je me suis dit que ce sont des choses qui arrivent. Vous savez, j’ai fait beaucoup de prison au Mali, j’ai été déporté au Nord, dans ces régions du Nord justement. Et je ne pense pas qu’avoir été agressé puisse m’ébranler.

Vous ne vous présenterez pas à la prochaine élection présidentielle ? C’est le contrat de la transition ?

Bon, je ne sais pas si c’est le contrat de la transition. Mais en tout cas, c’est ma décision à moi. Je l’ai d’ailleurs dit lors d’un entretien que j’ai eu avec vous à Niamey. Je vous ai dit que si j’acceptais de conduire cette transition, je pensais que moralement, je ne pouvais pas me présenter aux élections présidentielles. Et je ne le ferai pas.

Qu’est ce que vous allez devenir ?

On verra bien. Je trouverai toujours quelque chose à faire pour ce pays.

Vous soutiendrez un candidat ?

Non, pour les mêmes raisons pour lesquelles je ne me présenterai pas, je pense que je ne soutiendrai pas un candidat. J’aurai peut-être au fond de moi-même une préférence, mais vous ne le saurez pas et personne ne le saura.

Vous êtes un vieux militant de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema). Vous soutiendrez le candidat Adema ?

Je suis un vieux militant du Mali, et pas seulement du Mali. Il y a des valeurs auxquelles je crois, qui sont des valeurs universelles et que je défendrai où que je sois, à tout moment.

Par Christophe Boisbouvier / RFI

18 Réactions à Dioncounda Traoré sur RFI: «Pour le dialogue, Ansar Dine est disqualifié»

  1. Ababcar Fall-Barros

    Ce n’est pas donc ce gars qui va demander la traduction de son mentor, Alpha Oumar Konaré et ATT devant la haute Cour de justice ?
    Vous avez bien suivi ce journaliste d’un autre genre, aux questions insidieuses. Il s’est bien gardé de poser ces genres de problèmes.

  2. Anti-MNLA

    DIONCOUNDA MÊME MOI LE PLUS FAROUCHE DES ANTI RACISTES DU MNLA JE T’EN VEUX PAS, ON A TOUT SIMPLEMENT PAS LE CHOIX

    MAIS DIEU NE DORT PAS ET CES BÂTARDS PAIERONT TÔT OU TARD

  3. Slobeton

    Nous les maliens, même s il y’a négociation, il faut que ça se déroule soit a Bamako ou au Niger. Je suis convaincu que a Ouagadougou on sera trainer sur 10 ans sans election. Sinon Blaise fera tout pour imposer le futur président: comme en côté d ivoire.
    Nous devons savoir anticiper. Ouaga est l axe du mal en Afrique de l ouest.
    Qui vivra verra. Dioncounda n a qu a demandé a la France et au machin CEDEAO de désigner un autre médiateur.

    • Bouglass

      Mais vous savez organiser des marches pour ou contre, non? Demandez à vos COPAM et aotres de récuser votre médiateur si vous n’en voulez pas!

  4. Ajanga

    Je regrette qu’à cette étape de la libération, le Président identifie déjà avec qui il faut dialoguer et qui est exclu du dialogue, avec des arguments que les fais excluent allègrement. Dioncounda est un homme mésuré et averti, mais je crois que la chaleur de compassion et de solidarité dans laquelle il a baigné à Addis Abeba n’aie grisé ses sens. Il aurait du revenir au barcail, retrouver ses esprits avant de faite cette interview. Parce que si les jihadistes n’ont pas renoncé à leur charia, le MNLA n’a pas renoncé à ses prétentions indépendantistes. Il vient d’ouvrir une breche dans laquelle bien de maliens s’engoufreront. Wait and see

  5. NON NON NON! CE SERAIT ENCORE UNE PRIME A LA REBELLION. Si demain, un groupe de peulh prenait des armes, tuait parce qu’il veulle qu’on donne un statut special a leur zone, le reste du Mali doit-il se soummettre ? Si demain, un groupe de Songhrais se soulevait, prenait des armes, tuait d’autre maliens parce qu’ils ont des « pretention », devons nous accepter de negocier avec eux?
    Et si demain, au lieu d’investir l’argent durement gagne dans l’imigr, un groupe de Sarakhole achetait des armes et se mettait en rebellion parce que la zone de leur vecu est pauvre et ne voit aucun investissement de l’Eta, doit-on faire courbe l’echine au 13 millions d’autres maliens pour eux?
    NON,NON, NON.
    Un ETAT NE DOIT PLUS DISCUTER AVEC UN GROUPE AU NOM D’UNE ETHNIE OU D’UN GROUPE.

    QUAND LA GUERRE SERAIT TERMINE ET QUE LES ESPRITS SE SERONT UN PEU CALME, LES DIFFERENTS ETHINES ET GROUPES ETHNIQUES SE RETROUVERONT DANS UN FORUM AVEC L’ETAT POUR DECIDER DU VIVRE ENSEMBLE.
    A BAS LA NEGO AVEC mnla!

  6. pengyou

    Il faut que les gens soient un peu realiste. Cette histoire de negociation avec le MNLA est juste une strategie, non seulement imposee par la France, mais aussi necessaire pour un certain equilibre social dans le pays. Meme si on reconnait qu’ils ont tord, il fautm leur donner une porte de sortie, car on ne pourra pas continuer a vivre en se regardant comme des chiens de faiences. Moi personnelement, ca me fais mal de parler negociations avec ce MNLA, Mais il faut se depasser souvent et accepter certaines situations telle qu’elles se presentent. Apres tout, dans les circonstances actuelles, ils n’ont pas une grande marge de manoeuvre, par consequent ils gagneront rien de ce qu’ils imaginent. Donc, faisons confiance a nos autorites et soutenons ce dialogue pour le bien du MALI.