Adieux du gouvernement à l’ambassadeur Gilles Huberson : des honneurs à hauteur d’engagement pour le Mali

6
l’ambassadeur Gilles Huberson : des honneurs à hauteur d’engagement pour le Mali
Gilles Huberson

L’ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson, en fin de mission, a été élevé à la dignité de Croix de la valeur militaire à titre étranger, hier, au cours d’un déjeuner qui lui a été offert par le gouvernement. A cette occasion, le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Abdoulaye Idrissa Maïga, assurant l’intérim de son collègue des Affaires étrangères, a jugé positif le bilan du séjour de Gilles Huberson au Mali.

En effet, le diplomate est arrivé à un moment critique de l’histoire de notre pays et a travaillé d’arrache-pied pour hisser les relations de coopération bilatérale à un niveau hautement appréciable. «Vous n’avez ménagé ni votre temps ni votre énergie pour raffermir davantage les relations d’amitié entre la France et le Mali. Permettez-moi de vous rendre hommage pour votre brillante mission au Mali », a déclaré Abdoulaye Idrissa Maiga.

Maiga a aussi salué l’ambassadeur français pour avoir parcouru le Mali en partageant des moments inoubliables avec les populations locales. Il a par ailleurs, fortement apprécié les actions menées, ces derniers temps, aussi bien sur le plan bilatéral que multilatéral. Il a cité la Conférence des donateurs à Paris ayant permis la mobilisation de plusieurs centaines de milliards de Fcfa en faveur du Mali, la visite dans notre pays du Premier Manuel Valls et du ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, la participation de la France à la formation de nos Forces de défense et de sécurité.

Il y a eu aussi le financement de la 2ème phase du Projet d’eau de Kabala, à hauteur de 34 milliards de Fcfa, le projet d’électrification rurale pour 24 milliards de Fcfa, la construction des lycées. Abdoulaye Idrissa Maiga a rendu hommage aux combattants étrangers et maliens engagés dans la lutte contre le terrorisme.

Sous une grange charge émotionnelle, l’ambassadeur de France n’a pas caché son amour du Mali. « J’ai du mal à quitter le Mali. J’ai même acheté un terrain à usage d’habitation à Tombouctou pour vous dire combien je suis attaché à ce beau pays », a-t-il déclaré. Gilles Huberson a avoué avoir passé des « moments pénibles » et des « moments de bonheur » marqués par l’élection du président Ibrahim Boubacar Kéita, la signature de l’Accord de paix et de réconciliation entre le gouvernement et les groupes armés.

Sur le plan de la sécurité, l’ambassadeur français a indiqué : « je suis tellement fier de la décision du président Hollande d’intervenir militairement au Mali. Tellement fier de l’engagement de nos soldats dans ce pays ».

M KEITA

Source: Essor

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Les Touaregs, tout comme les Peulhs et les autres composantes ethniques, font partie de la même nation Malienne, elles doivent toutes mettre le Mali en avant.

    Ne nous trompons pas de combat, le seul combat qui vaille c’est le combat démocratique pour un MALI UN ET INDIVISIBLE acceptant la diversité ethnique, refusant l’esclavagisme et permettant la libre administration des régions et communes.

    Nous y sommes.

    A travers l’accord de Bamako, c’est le Mali tout entier, via toutes ses composantes ethniques, qui est plus fort et qui gagne et non une ethnie donnée, qu’elle soit Touareg ou Peulhe ou autre.

    L’accord a opté pour le développement équilibré de toutes les régions du Mali en commençant par celles qui sont en retard, celles du nord du Mali.

    L’Union fait la force. Dans un Mali Un et Indivisible, cultivons la diversité (ethnique, culturelle, …) et l’union à travers la mutualisation de nos forces et de nos ressources issues de la régionalisation où chacun doit occuper sa place, nous serons encore plus forts.

    D’après l’accord de Bamako, cette régionalisation permet aux filles et aux fils d’une même région de gérer, ensemble, leurs régions (et communes) à travers la libre administration des régions (et communes).

    C’est ainsi que, malgré le poids du passé, nos frères et sœurs de Kidal, incluant les Ifoghas et les Imghads, doivent gérer ensemble la région de Kidal. Les accords de Annefis et Niamey, entre parties prenantes, vont dans ce sens.

    Le Mali est pour nous tous/toutes, nous devons, TOUS/TOUTES, chercher des solutions idoines à nos problématiques au lieu d’attendre que ça vienne toujours du haut.

    Le problème de Kidal est un des plus saillants mais la réconciliation concerne tout le Mali, y compris la région de Kidal, car le tissu social, aux niveaux national, régional et local, est affecté et l’impact de la crise (sur le vivre ensemble, …) et les amalgames induits ont affecté tout le Mali.

    Il faut, donc, travailler sur la cohésion sociale, la cohésion nationale, l’unité, cultiver la paix partout au Mali et ré-apprendre ou renforcer le vivre ensemble même si la solidarité et la force des liens ancestraux ont aidé à maintenir certains liens sociaux.

    Appliquons l’accord de Bamako, pour la paix et la réconciliation au Mali, sensibilisons partout sur cet accord et sa mise en œuvre, en particulier à travers la mise en place du DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion) , du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination via les patrouilles mixtes) et des autorités intérimaires, et faisons-le respecter strictement, franchement et sans complaisance par tous les acteurs, en particulier ceux qui l’ont signé (toutes les parties prenantes, la médiation internationale et les partenaires) et on résoudra le problème de Kidal.

    D’où ma contribution que je conseille de lire ou relire. Elle est intitulée “Accord de Bamako : Comment garantir son respect et l’engagement des parties prenantes ?”

    A propos de cette contribution, j’avais écrit il y a bientôt un an, le 21 SEPTEMBRE 2015, une lettre ouverte en ligne, adressée au Président, Ibrahim Boubacar Keïta, aux Maliens et aux Partenaires, pour proposer une approche pour répondre à cette question.

    Engageons-nous, honnêtement, franchement et sans complaisance, acceptons le partage de responsabilités (en particulier à Kidal) et mettons, TOUS/TOUTES, rapidement, en œuvre, cet accord.

    Cdlt
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

  2. Certes, le bilan de M. Huberson paraît positif pour le Mali, à en croire L’Essor. Je serai curieux de savoir ce qu’en pense le Peuple du Mali. Quand dans sa parution de jeudi 15.09.16, L’Essor nous rapporte les propos de M. Huberson, “Le problème de Kidal doit être réglé entre Maliens”, je me suis demandé si M. l’Ambassadeur ne nous prenait pas pour des “dindons de la farce”. Et L’Essor, sachant bien que la majorité des Maliens étaient convaincus que la France était le facteur bloquant concernant Kidal, a cru intelligent de nous mettre cette citation en première page, c’est à se demander si on a de la considération pour les Maliens! Et que ce même M. Huberson soit décoré par le Gouvernement du Mali dénote du fossé qui sépare les gouvernants (IBK, en premier lieu) de ce Peuple! Comment comptons-nous résoudre le problème d ce pays si l’on continue à afficher l’hypocrisie dont les dirigeants maliens se sont érigés champions? A vouloir plaire à la France et à ses alliés, nous allons progressivement détruire le Mali. En fait, il est même à se demander si la classe politique dirigeante du Mali n’est pas en mission commandée pour “vendre” ce pays ! Non! on ne peut pas être patriotes et se comporter comme le Président et le Gouvernement maliens le font présentement. Je crois finalement que c’est pourquoi ils ne souhaitent pas de concertations nationales pour débattre des problèmes du pays. Pendant combien de temps encore vont-ils nous prendre en otages pour satisfaire leurs ambitions personnelles et égoïstes ? Vivement que les Maliens se réveillent !

  3. AU revoir Mr le President du Mali, Excellence Gilles Huberson et bon. Mais peux- amener aussi ton Proconsul, Ibrahim Boubacar Keita avec toi? Si tu aimes le Mali, ce serait la meilleur des preuve de cet amour, please, amene le avec toi ou envoie le ailleurs…

  4. …’ Sous une grande charge émotionnelle, l’ambassadeur de France n’a pas caché son amour du Mali. « J’ai du mal à quitter le Mali. J’ai même acheté un terrain à usage d’habitation à Tombouctou pour vous dire combien je suis attaché à ce beau pays »,… … ///…

    On peut le croire volontiers… L’Ambassadeur Gilles Huberson aime bien le MALI. Les Gens bien, parfois, ça se voit. La plus part des Ambassadeurs Français qui ont servi la FRANCE au MALI, ont toujours témoigné de leur attachement au MALI.
    Moi, j’ai vécu mon enfance à BAMAKO. C’est un endroit vraiment attachant. Si l’endroit est attachant, c’est que , les Gens du Pays sont naturellement bons. Notre Pays ne mérite pas la crise politico-sécuritaire qu’il vit aujourd’hui… !

  5. C’est dérangeant toute cette affaire de huberchon qui s’en va…

    Dans tous les pays du monde, les ambassadeurs vont et viennent, mais la vie de la nation continue, et tout le monde s’en fout…
    Mais dans les pays francofous minables comme le mali, dès que l’ambassadeur français part, on dirait que c’est le président du mali qui part…
    Mais bon sang, on a compris huberchon va partir, il aime le mali blabla…
    Mais maliweb ne pourrait pas passer à autre chose… Lui au moins, il retourne dans son beau pays bien construit la france. Et vous continuez à nous bassiner avec ça. Alors que le malien continue de vivre dans la poussière, les coupures d’électricité, les caniveaux à ciel ouvert…

    C’est bon passez à autre chose…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here