Le Premier ministre Diango Cissoko reçoit Pascal Canfin, le ministre délégué français, chargé du Développement

4

Diango Cissoko_Pascal CanfinDe retour à Bamako après une journée passée à Gao, le ministre français chargé du Développement était ce  vendredi 14 juin 2013, l’hôte du Premier ministre Diango Cissoko avec qui il a évoqué les contours de l’intervention multiforme française au Mali, notamment les suites de la conférence des donateurs de Bruxelles. Il s’est confié à la presse à sa sortie d’audience.

 


Morceaux choisis :

 
C’est la 4eme fois que je viens au Mali depuis le début de l’intervention Serval. Parce que la France est très engagée évidemment sur le plan militaire, chacun le sait. Mais  aussi sur le plan du développement, du développement économique, de la reprise des services publics.  Le développement  des services en matière d’éducation, d’eau, d’électricité, de santé, de façon à ce que la situation s’améliore au quotidien pour les maliennes et les maliens.  Il y’a un mois presque jour pour jour, nous avons (la communauté internationale) donné notre accord pour mobiliser des montants importants pour les deux prochaines années au Mali,  3 milliards d’euros. Je viens  aujourd’hui à Bamako -hier j’étais à Gao –  pour justement commencer à mettre en œuvre ces engagements,  en ayant quelques grands principes  en tête, notamment celui de l’efficacité de l’aide, celui de la transparence de l’aide. De façon à ce que cet argent qui est une mobilisation importante  de la communauté internationale, aille bien aux populations concernées…

 
Cette transparence, nous allons la mettre en œuvre  en mettant en place un site internet qui va permettre à chacun, avec accès  au téléphone portable,  de savoir ce que la France finance, projet par projet, avec des éléments de calendrier.  Par exemple, la France finance tel centre de santé communautaire, telle  école  ou telle station de pompage. Avec un calendrier précis  des débuts des travaux  de réalisation des services.  Si les choses ne se passent pas comme prévu sur le terrain, en ce moment il sera possible par simple appel  téléphonique de nous le faire savoir et nous regarderons avec les autorités maliennes quelle est la cause du retard du problème. Ainsi, nous le ferons savoir à  la population concernée.

 
Il faut que chaque malienne et chaque malien puisse savoir exactement où en est le déploiement de l’aide publique française. Je vois quelques instants mes homologues européens, la Banque mondiale pour que ces exigences de transparence soient partagées  par l’ensemble des bailleurs. Et je sais que le Premier Ministre y est attaché et prendra lui-même les dispositions en ce sens.

 
Source Primature

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. You got it bro, good idea. That should be applied in public and private sector as well, then we will move forward. Heee oui le boss a parle et c’est tout a fait normal quand des sans dessein, sans scrupule et cleptomanes nous dirigent. Par contre conserant votre neutralite dans la crise j’en doute fort.

  2. That is a good initiative to prevent thieve from stealing the money before the work is done.

Comments are closed.