Mali-France : Ces relations si particulières

0

L’ambassadeur Evelyne Decorps l’a rappelé samedi dernier lors d’une rencontre avec les journalistes

La Maison de la presse a abrité le samedi dernier, une conférence organisée par l’Union des journalistes pour la promotion de la diplomatie au Mali (UJDM), avec comme thème : « Relations franco-maliennes : historique, acquis et perspectives ». Cette conférence était animée par l’ambassadeur de France au Mali, Evelyne Decorps, en présence du président de l’UJDM Amadou Mahamane Sangho, du président d’honneur de l’UJDM Sory Kemesso et d’autres personnalités.

Dans ses mots de bienvenue, le président de l’UJDM, Amadou Mahamane Sangho, a indiqué que la présence de l’ambassadeur de France au Mali est d’autant plus symbolique qu’elle marque d’une pierre blanche le début d’une série de conférences que l’UJDM entend initiée chaque mois avec l’ensemble des diplomates accrédités dans notre pays.

Créée le 23 août 2011, l’UJDM est une association regroupant une trentaine d’organes. Elle a pour objectifs de mieux faire connaitre les différents partenaires intervenant dans notre pays et leur apport dans le développement économique et social, de vulgariser les acquis de la coopération entre le Mali et ses partenaires par le biais d’une communication efficiente et de dynamiser cette coopération à travers la création d’espaces d’échanges féconds sur des sujets d’intérêt mutuel.

L’ambassadeur de France au Mali Evelyne Decorps a souligné que la France et le Mali entretiennent une relation bilatérale ancienne qui remonte au 19è siècle. Les relations entre la France et le Mali ont toujours été confrontées à des hauts et des bas et parfois quelques incompréhensions.

Ces relations ont connu un nouvel essor après 1981. Sur le plan politique, le Mali et la France entretiennent des relations étroites et confiantes tant pour des raisons historiques et culturelles que du fait de la présence en France d’une importante diaspora malienne. Les relations politiques se sont densifiées ces dernières années et comptent, depuis 2013, de nombreuses visites bilatérales.

Et parmi les visites historiques, elle a évoqué celle du président français, François Hollande, au Mali en février 2013, accompagné du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, puis lors de la cérémonie d’investiture du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Le Mali a accueilli en janvier 2017 le 27è sommet Afrique-France auquel ont participé 32 chefs d’Etat et de gouvernement dont le président François Hollande. Le président Keita a effectué une visite d’État en France du 20 au 22 octobre 2015. Il s’est rendu en France à de nombreuses autres reprises depuis son investiture.
Au niveau de la coopération culturelle, scientifique et technique, la France est le 3è bailleur bilatéral du Mali derrière les Etats-Unis et le Canada. Les actions françaises se concentrent sur trois secteurs : infrastructures d’eau et d’énergie ; agriculture et développement rural ; services de base (santé et éducation).
Dans le domaine de la sécurité, Evelyne Decorps a révélé que la France participe aux missions européennes de formation et de conseil (EUTM Mali et EUCAP Sahel Mali).

Au niveau de la coopération culturelle, la France dispose d’un centre qui est la maison de tous les musiciens et artistes du Mali. Il s’agit de l’Institut français du Mali qui a contribué à l’émergence de plusieurs grands artistes maliens, des plasticiens, etc. La France soutient également un certain nombre d’événements comme la Biennale de la photographie qui, cette année, va se dérouler au mois de décembre.

En matière de développement, le transfert d’argent de la diaspora a permis à la région de Kayes de se doter d’un certain nombre d’infrastructures. Il y a plus de 120 entreprises françaises qui emploient plus de 4000 personnes au Mali, et qui, en plus, sont des sources de revenus non négligeables, particulièrement Orange en terme de fiscalité. Parmi les acquis de la relation franco-malienne, Evelyne Decorps a souligné le soutien à la mise en œuvre du processus de paix et de réconciliation. L’engagement de la France dans l’accompagnement de la mise en œuvre de l’accord s’est illustré en juillet 2015 par la signature d’une convention de financement de projets d’infrastructures à impact rapide financés par l’Agence française de développement (AFD).

Sur les 25 dernières années, l’aide publique au développement mobilisée par la France s’est élevée à plus de 1.130 milliards de Fcfa. Partiellement suspendue en 2012, suite aux événements politiques et sécuritaires, la coopération au Mali a, depuis, repris à un niveau tout à fait important.

De plus, La France est l’un des partenaires historiques du secteur agricole du Mali. Elle  finance le développement de la filière coton, de la filière rizicole dans la zone de l’Office du Niger et des filières agro-pastorales.

« On reproche souvent à la France d’être au Mali pour l’exploitation des ressources minières. Aucune entreprise française n’exerce dans le domaine minier. A ce stade, il n’y a aucune opération d’exploitation de pétrole, dans le nord du Mali et la France ne dispose d’aucun permis d’exploitation », a assuré la diplomate. Sur le plan militaire, Barkhane vient de mener une opération particulièrement importante entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali. Elle intervient très souvent en appui aux forces armées maliennes.

Selon l’ambassadeur de France au Mali, les relations entre la France et le Mali sont excellentes et la récente visite du président Macron à Gao montre l’intensité des relations entre les deux pays.
Concernant les perspectives, elle a rappelé que le président français restait profondément engagé aux côtés du Mali et des pays de la sous-région dans la lutte contre le terrorisme.

Mamadou SY

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here