Mme Muriel Berset Koben, Ambassadrice de la Suisse au Mali : “La Suisse développe la politique des bons offices, elle ne s’engage pas dans un conflit armé entre deux États”

9
Mme Muriel Berset Koben, Ambassadrice de la Suisse au Mali
Mme Muriel Berset Koben, Ambassadrice de la Suisse au Mali

Le bureau de la coopération Suisse au Mali a animé, hier mercredi 14 mai 2014, une conférence de presse pour faire le point sur l’engagement de la Suisse au Mali depuis maintenant 37 ans. C’est à juste titre que cette conférence de presse a été une occasion idoine pour véhiculer l’information à propos des différents soutiens que la Suisse a apportés au Mali durant la période de crise et aussi aides que ce pays a octroyées au nôtre, par le biais de la Direction du Développement et de la Coopération (Ddc) de l’Ambassade de Suisse. Cette conférence de presse a eu comme cadre le nouveau siège de la coopération Suisse au Mali, sis à la cité du Niger. Elle était animée par Mme Muriel Berset Koben (Ambassadrice de la Suisse au Mali), M. Ambühl Hansjurg (Chef division Afrique de l’Ouest Ddc), M. Mirko Manzoni (Directeur résident de la Ddc) ; M. Didier Berterrat (envoyé spécial de la Suisse pour le Sahel.

 

L’ambassadrice de la Suisse, Mme Muriel Berset Koben, a tout d’abord expliqué les raisons du déménagement du bureau de la coopération Suisse à la cité du Niger en déclarant que son programme et son volume d’activités ont évolué. Et qu’à ceci s’ajoute le problème de logistique qui demande également plus de d’espace. Ce déménagement après 37 ans dans les mêmes locaux s’explique également par l’augmentation des activités à l’intérieur du bureau et aussi la création d’autres directions suite à la crise. Selon Madame l’ambassadrice ces nouveaux locaux correspondent à la consistance de l’engagement de son pays, l’amélioration de sa coopération au développement au Mali et indique aussi la présence de son pays au côté du notre dans la durée.

 

Pour Madame l’Ambassadrice la raison de l’engagement de la Suisse auprès des pays pauvres comme le Mali est une obligation, car c’est un fait qui est consigné dans la constitution helvétique et disposé comme suit. “La confédération s’attache à préserver l’indépendance et la prospérité de la Suisse. Elle consiste également à soulager les populations dans le besoin et à lutter contre la pauvreté ainsi qu’à promouvoir le respect des droits de l’homme, la démocratie, la coexistence pacifique des peuples et la préservation des ressources naturelles“. Un passage de la constitution helvétique qui, selon Mme Muriel Berset Koben, définit clairement tous les domaines d’engagement de la Suisse auprès des pays en besoin d’aide dont le Mali.

 

La Suisse est présente dans la zone Sahélo-saharienne et particulièrement au Mali, au Niger, au Tchad, et au Burkina Faso. Ces pays bénéficient de l’appui de la Direction du Développement, et de la Coopération de la Suisse. “La Suisse est un pays prospère qui, pour élargir davantage cette prospérité dans le concert de la communauté internationale, décide de contribuer au développement des pays pauvres afin que les conditions de vie  et de la sécurité soient assurées dans cette zone  Sahelo-saharienne“, a affirmé l’ambassadrice de Suisse.

 

Par ailleurs Madame l’Ambassadrice a déclaré que la Suisse dans son approche développe la politique des bons offices, c’est à dire qu’elle est un pays neutre qui ne s’engage pas dans un conflit armé entre deux États. La Suisse est un pays qui est engagé dans la communauté internationale et qui mène une politique active en contribuant à la quête de la coexistence pacifique, la prévention des conflits, la résolution des conflits une fois que ceux-ci éclatent, la démocratie, la décentralisation.

 

Dans les pays où elle intervient, la Suisse appui les domaines de l’éducation et de la formation professionnelle, du développement rural et de l’économie locales, de la gestion publique locale, des programmes régionaux et de l’aide humanitaire. Aujourd’hui la Suisse est active au côté du Mali en cette période de réconciliation et contribue pour la bonne gouvernance au Mali.

 

Rappelons que la coopération Suisse est présente au Mali depuis les grandes sécheresse des années 1970. Elle s’investissait alors dans des projets environnementaux, le développement hydraulique des villages et des services de santé. Elle poursuit aujourd’hui son engagement auprès des institutions locales pour garantir des services publics et créer des conditions propices à un développent économique qui profite à toute la population. Le choix de ses programmes correspond aux priorités nationales du Mali.

 

La Direction du Développement et de la Coopération (Ddc) accorde une attention particulière aux questions de droits humains et au respect de la diversité culturelle du pays. Dans toutes ses zones d’intervention, elle oeuvre en faveur des plus vulnérables sans considération ethnique ou religieux. La Suisse soutient aussi de manière ponctuelle des activités qui favorisent l’égalité entre les hommes et les femmes, ainsi que le développement d’une culture malienne porteuse de valeurs et de cohésion sociale.

Modibo KONÉ

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. J’espère que l’Ambassadeur de la suisse n’a pas prononcé “des Etats”, autrement elle aurait fait du parti-pris et devrait être traitée en conséquence. Car ce qui se passe au Mali est une REBELLION, pas plus. Une rébellion des quelques individus enturbannés qui se cachent derrière des ceux qu’ils considèrent comme leurs esclaves, qu’ils arment aux vu et au su des pays comme la Suisse et bien d’autres, des pays qui les caressent dans le sens des poils ouvertement en les recevant dans leurs pays et qui, par hypocrisie notoire, claironnent au Mali des discours d’apaisement pour endormir les plus hautes autorités et le peuple. Quant aux rebelles du moment, ils doivent garder à l’esprit que si leurs parents sont été tués durant les précédentes rébellions, raison pour laquelle ils sont si cruels, les nouveaux orphelins qu’ils font aujourd’hui pourraient également être tentés de se venger. IL s’agit là d’un cercle vicieux qui mérite, à mon avis, réflexion.

  2. quels sont les deux etats mme son excellenence????
    tu viens de signer ta mort de bonne personne au mali. separatiste fraternelle que tu es…. IBK doit la faire personne non gratta

  3. quels sont les deux etats mme son excellenence????
    tu viens de signer ta mort de bonne personne au mali. separatiste fraternelle que tu es….

  4. “c’est à dire qu’elle est un pays neutre qui ne s’engage pas dans un conflit armé entre deux États.” Cette dame est sans scrupule et sans foi, c’est un manque de respect envers le peuple Malien, qui accuse la suisse de soutenir le fantomatique mnla dans toutes les démarches de division du Mali. Qu’elle nous soit claire et précise en citant que la suisse est un pays neutre qui ne s’engage pas dans un conflit armé entre deux états, quels sont les deux états en conflit armé dont la suisse est accusé d’être impartiale dans ce conflit? Que les autorités Maliennes soient prudentes avec cette suisse de cruauté et des crimes. Que dieu bénisse le Mali!

  5. Le journaliste aurait il inventé l’expression “deux états”? car je ne vois nulle part cette expression dans son article. Je demanderai vraiment au dit journaliste de faire attention en faisant dire à Madame l’ambassadeur ce qu’elle n’a pas dit. Ceci est une calomnie assez grave et le journaliste doit rectifier son titre.

  6. (La Suisse est un pays prospère qui, pour élargir davantage cette prospérité dans le concert de la communauté internationale, décide de contribuer au développement des pays pauvres afin que les conditions de vie et de la sécurité soient assurées dans cette zone Sahelo-saharienne) ce paragraphe dit tout sur les intentions de la suisse sur le Mali. On parle de “fédération” de deux états.
    Attention, les SATANISTES et ILLUMINATo-SIONISTES délivres toujours des messages codés dans leurs discours! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 réfléchissez bien. Nous devrons encore avoir le rôle de la suisse depuuis belle lurette dans la crise au nord du Mali. Cette fameuse ambassadrice couve depuis, ses marionnetto-guignoles dans leurs sinistres projet aidé par la france! 👿 👿 👿 👿 👿 Rien qu’à voir comment sa “gueule” est fendue, tu comprendra tout! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  7. J’ose espérer qu’il ne s’agit que d’une erreur d’interprétation du journaliste et que l’Ambassadeur suisse n’a pas réellement parlé de “deux Etats”. Sinon avec quel Etat le Mali est-il en conflit? C’est justement pour des situations du genre qu’il nous faut des journalistes mieux formés et réactifs, afin de rebondir sur une affirmation de ce type et demander des précisions à chaud. Le pire est que le journaliste relate cela, au milieu d’autres infos de moindre importance, sans sembler se rendre compte de la portée de ses écrits, que ce soit avéré ou pas.

  8. Monsieur le journaliste le titre ne colle pas avec le contenu,
    « La Suisse développe la politique des bons offices, elle ne s’engage pas dans un conflit armé entre deux États » ???…
    Un peu de respect pour les lecteurs.

  9. c’est à dire qu’elle est un pays neutre qui ne s’engage pas dans un conflit armé entre deux États. C’est un manque de respect de la part de cette ambassadeur sans scrupule, sans foi envers le peuple Malien quels sont les deux pays en guerre? Les journalistes Maliens doivent retourner envers elle pour nous éclairer sur ce point quel état et quel état sont en conflit? Cette suisse doit être suivie de près, elle n’est pas notre amie idéale pour un développement, mais cette suisse œuvre et œuvrera pour une division du Mali.Que dieu bénisse le Mali

Comments are closed.