Discours de SEM IBK, Président de la République du Mali à la 13ème Session de la Conférence Islamique au sommet – Prononcé par SEM Abdoulaye DIOP ( Istanbul, 10-15 avril 2016)

1
Abdoulaye DIOP, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de l'Intégration Africaine
Abdoulaye DIOP, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de l'Intégration Africaine

BISMILAHI ARRAHAMANI ARRAHIMI
Excellence Monsieur RecepTayyip ERDOGAN, Président de la République de Turquie, Président de la 13ème Session de la Conférence islamique au Sommet,
Excellence Dr Iyad Ameem MADANI, Secrétaire général de l’Organisation de la Coopération islamique,
Majestés,
Altesses,
Excellences Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Distingués Invités en vos qualités, rangs et grades, tout protocole observé,
Mesdames et Messieurs,

ASSALAMOU ALAIKOUM WA RAHMATOULLAH WA BARAKATOUHOU !

Monsieur le Président,

Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République du Mali, Chef de l’Etat, répondant à votre aimable invitation, projetait d’être parmi Vous mais un évènement de dernière minute, indépendant de sa volonté, l’en a empêché.

Aussi m’a-t-il chargé de vous exprimer son profond regret et de vous livrer le Message dont la teneur suit : je cite :

« Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d’abord de vous adresser mes très chaleureuses félicitations à l’occasion de votre brillante élection à la tête de notre Organisation et de vous exprimer mes vœux ardents de succès dans l’accomplissement de votre très haute et noble mission au service de la Oummah islamique. Je suis persuadé que sous votre leadership avisé, ce cadre privilégié de coopération et de solidarité intra-islamiques réalisera des performances sans précédents.

J’aimerais ensuite vous exprimer, et à travers votre auguste personne au vaillant Peuple turc et à son Gouvernement, ma profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité fraternelle dont la délégation du Mali bénéficie depuis qu’elle a foulé le sol de cette Cité historique d’Istanbul, carrefour de cultures, berceau de civilisation séculaire.

Enfin, à Son excellence le Docteur Iyad Ameem MADANI, Secrétaire général de l’OCI, je voudrais exprimer notre haute appréciation des efforts louables qu’il ne cesse de déployer pour réformer notre Organisation commune afin de répondre aux exigences de l’heure, en termes de contemporanéité et d’ouverture sur le futur. En cela, je puis lui assurer le soutien et la sollicitude du Mali et de l’ensemble du Groupe africain.

Monsieur le Président,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

La présente Session au Sommet de notre Organisation se tient à un moment crucial du devenir de nos pays et de nos nations. Nous vivons, en effet, dans un monde en pleine mutation, marqué par des crises multiples et des bouleversements qui affectent gravement nos sociétés, nos institutions, nos économies, les fondements de nos Etats. Face à ces défis, il nous appartient de resserrer nos liens indéfectibles de tous ordres pour préserver notre dignité, nos cultures, nos valeurs.

Au Mali, nous avons très tôt perçu l’impératif d’une action solidaire pour défendre nos droits, préserver notre foi et notre identité, nous retrouver dans la fidélité aux prescriptions du Saint Coran qui commandent la tolérance, le dialogue, la concertation, la coopération et la solidarité.

Dans la situation de crise multidimensionnelle où des obscurantistes ont plongé mon pays en 2012, l’Organisation de la Coopération islamique a joué un rôle considérable. Elle a notamment participé, de manière active, à l’ensemble du processus qui a abouti, les 15 mai et 20 juillet 2015, à un accord durable qui nous permettrait de traiter les problèmes à la racine et d’envisager l’avenir avec optimisme.

C’est le lieu d’exprimer la reconnaissance du Peuple et du Gouvernement du Mali à l’OCI, à l’Union africaine, à la CEDEAO, à l’Union européenne, au Burkina Faso, à la Mauritanie, au Niger, au Nigeria, au Tchad, à la France, aux Etats Unis d’Amérique et à l’Algérie, Chef de file de la médiation internationale et Président du Comité de suivi de l’Accord, pour leur engagement et leur solidarité en faveur de la restauration de la paix et de la stabilité au Mali.

Ce disant, je souhaiterais pouvoir souligner que dans le cadre de la mise en œuvre de cet accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali, des avancées significatives ont été enregistrées ces derniers mois.

La première avancée majeure est que depuis la signature de l’Accord, il n’y a eu aucun acte de belligérance entre forces armées maliennes et les mouvements armés signataires. Les autres avancées portent sur des changements politiques et institutionnelles majeures, des réformes en matière de défense et de sécurité, des activités de réconciliation, des actions humanitaires et de développement économique, social et culturel. Il s’agit en somme d’initiatives et d’actes de nature à accélérer la cadence de mise en œuvre de l’accord dont les dividendes sont impatiemment attendus par les populations maliennes.

Monsieur le Président,
Distingués Invités,

Si aujourd’hui, nous avons des raisons légitimes de nous féliciter des progrès accomplis, il convient de souligner que la situation au Mali demeure fragile. Les groupes terroristes et leurs ignobles actes font peser encore de lourdes hypothèques sur la paix et la sécurité au Mali et dans la région Sahélo-saharienne.

Dans cette situation à la fois fragile et complexe, le Mali apprécie hautement l’assistance de l’OCI aux pays du Sahel et tout particulièrement aux Etats du G5 Sahel dans la relève des défis, singulièrement dans la lutte contre le terrorisme.

Cela dit, nous vivons en réalité dans un monde complexe dominé par l’expression concomitante des forces antagoniques de la fragmentation et de la globalisation. Un monde en transition rapide où l’ordre ancien s’écroule mais où le nouvel ordre ne se dessine pas encore clairement. Aussi, les difficultés surgissent-elles parfois sur un fond chaotique. Ce processus de recomposition du système international, ses incertitudes et ses menaces, posent au devenir de notre Oummah des questions existentielles qu’elle se doit de prendre en charge avec détermination.

Pourtant la Oummah islamique dispose de toutes les potentialités et de toutes les ressources lui permettant de défendre ses intérêts, son honneur et ses valeurs. Elle a également les moyens d’assurer sa prospérité par l’exploitation judicieuse des complémentarités des pays et par une coopération multidimensionnelle.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

Au Mali, tout ce qui touche à la Oummah islamique nous touche aussi. Nous ne pouvons être indifférents à ce qui se passe en Afrique du Nord, au Proche et Moyen-Orient, en Asie mineure, en Asie du Sud-Est, dans les Balkans. La violence des évènements dans ces régions nous paraît contraire aux préceptes de l’Islam, à l’Esprit et à la Lettre du Saint Coran, aux Hadiths du Prophète Muhammad (Çalla Allah aleyhi wa salam).

C’est le lieu de réitérer ici, ainsi que ma délégation l’a fait hier, le soutien indéfectible du Mali au Peuple palestinien frère et à son Gouvernement, dirigé par noter frère Mahmoud Abbas, dans le juste et noble combat qu’il mène sans relâche en vue du recouvrement de ses droits inaliénables à un Etat indépendant ayant Al Qods Al Sharif pour capitale.

Mon pays soutient également toutes initiatives et actions en faveur du Peuple palestinien visant à favoriser le recouvrement de ses droits imprescriptibles.

Monsieur le Président,
Dans un monde de plus en plus implacable, où se mêlent espoir et anxiété, notre responsabilité est plus que jamais engagée pour assurer à nos peuples une paix durable, une sécurité fiable, plus de liberté, plus de solidarité agissante, un développement harmonieux et équitable. Pour ce faire, il est impérieux de nous organiser davantage et de consolider notre unité sociale et d’actions à un moment où une voix ne porte que lorsque d’autres s’en font l’écho, où l’action n’est efficace que concertée et où les initiatives n’ont de chance d’aboutir que lorsqu’elles répondent aux aspirations profondes de nos peuples et qu’elles s’inscrivent dans un ensemble et dans la durée.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Wassalam alaikoum wa rahmatoullah wa barakaatouhou ».
Fin de citation.

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.