Discours d’IBK à la conférence régionale RPM de Tombouctou : «Nous n’accepterons pas qu’un seul pouce du territoire national soit cédé»

2
2
Ibrahim B. KEITA, président du RPM

Hier matin à Tombouctou, à l’occasion de la conférence régionale de son parti le Rassemblement Pour le Mali (RPM) à Tombouctou, le Président Ibrahim Boubacar Kéïta allias Ibk a tenu un discours porté particulièrement sur les attaques au Nord du pays, l’école et la santé entre autres. Pour Ibk, c’est tous ensemble que nous pourrons relever les grands défis. Lisez !

Chers Compatriotes,

Chers Amis de Tombouctou,

Le Mali traverse une crise difficile. Depuis  plusieurs jours déjà, notre  pays est  frappé par une  série d’attaques rebelles. Des soldats sont morts au combat pour  défendre notre République et notre souveraineté  nationale ! Je veux dire aujourd’hui ma profonde gratitude aux disparus et ma compassion aux familles endeuillées. Vous pleurez vos morts. Le Mali reconnaissant se joint à vous.

Chers Compatriotes,

Je vous invite à observer une minute de silence en mémoire des militaires disparus.

[MINUTE DE SILENCE]

Chers Compatriotes,

Des groupes rebelles armés et entraînés ont entrepris de déstabiliser notre pays en attaquant plusieurs localités : Ménaka, Aguelhok et Tessalit depuis le 17 janvier,  puis Anderamboukane il y a quelques jours, et plus près d’ici, Léré depuis le 26 janvier. La situation est grave : un millier de civils auraient déjà quitté Léré, la peur au ventre, pour se réfugier en Mauritanie voisine.

Cette nouvelle rébellion, d’une violence inédite, s’appuie sur des combattants rentrés de Libye avec un arsenal militaire sans précédent. Les terroristes de la nébuleuse AQMI ont profité de cette situation confuse pour semer la terreur et répandre la mort dans nos villes. Ils ont commis des actes irréparables, qui prouvent autant leur lâcheté que leur absence totale d’humanité.

Une nouvelle fois, je condamne avec la dernière vigueur cette barbarie qui va à l’encontre des valeurs de paix, d’humanisme et de tolérance, qui sont les fondements de notre société.

Chers Compatriotes,

Les attaques rebelles sont pour nous TOUS une humiliation.

Oui, les Maliens se sentent humiliés pour des raisons qui s’appellent l’honneur, le bon sens, et l’intérêt supérieur de la Nation !

Oui, je dis l’honneur ! Car le Mali est un grand pays. Le peuple malien est un grand peuple, qui se sent trahi. Ces attaques sont une trahison. Celle d’une nation généreuse, ouverte et solidaire. Car ceux-là mêmes qui nous tuent aujourd’hui ont été accueillis en frères à leur retour de Libye ! Rien n’a manqué.

En retour, notre peuple est attaqué, humilié, bafoué. En cela réside la trahison. Trahison de notre peuple surpris dans son sommeil, trahison de nos valeurs humanistes.

Oui, je dis le bon sens ! Car qui peut croire, que c’est par les  armes, par la guerre, que l’on peut obtenir gain de cause, alors que nous sommes un peuple de dialogue, qui a l’habitude de gérer les difficultés dans la discussion et la concertation ?

Oui, je dis l’intérêt supérieur de la Nation ! Car c’est tous ensemble, unis, que nous pourrons gagner le seul combat qui devrait nous mobiliser sans relâche : celui de la lutte contre la pauvreté et pour le développement !

Aujourd’hui, l’honneur, le  bons sens, et l’intérêt supérieur de la Nation commandent à chaque Malienne, à chaque Malien, où qu’il se trouve, de rejoindre le front républicain pour le rétablissement de la paix !

Chers Compatriotes,

Au moment où nous venons de célébrer le 51ème anniversaire de notre armée nationale, j’ai mal.

J’ai mal car je connais les difficultés du combat dans les  régions attaquées, et les conditions de notre armée.

J’ai mal car je constate que nos troupes sont prises entre le feu des rebelles et celui des terroristes d’AQMI.

Ce n’est pourtant pas une fatalité.

Demain, à travers une nouvelle loi de programmation militaire, nous devrons doter nos forces armées et de sécurité des moyens techniques et humains leur permettant de mieux faire face aux nouvelles menaces : défense du territoire national et lutte contre le terrorisme.

Ce n’est sans doute pas de gaieté de cœur que nos soldats montent au front. Mais je ressens comme vous la fierté et l’honneur qui doivent être les leurs de  défendre la patrie, de se battre pour notre dignité, et de servir une noble cause : la défense de l’unité de notre Nation et de notre intégrité territoriale.

Oui, chers Compatriotes, c’est bien de cela qu’il s’agit : l’unité nationale et l’intégrité de notre territoire !

Vous le savez, notre unité nationale a été forgée tout au long des siècles par le brassage et le mélange des cultures et des ethnies, grâce au génie des grands hommes qu’a connu notre pays. De Soni Ali à Samori Touré, sans oublier Soundjata, Babemba, Firhoun et tous ceux dont nous disons les noms avec grande fierté. Tous ont valu au Mali d’être cité comme Terre de grandeur, d’honneur et de courage, en même temps que de féconde fraternité entre tous ses fils. Chacun s’est toujours vécu d’abord et avant tout comme Malien, et fier de l’être !

Cette  illustre cité qu’est Tombouctou en est l’exemple parfait ! La ville aux 333 Saints accueille presque toutes les communautés du Mali. Elles cohabitent en paix, chacune apportant sa contribution à la vie de la cité. C’est l’une des raisons de son prestige. C’est pour cela que tous les Maliens sont si fiers de Tombouctou ! Et je mets en garde tous ceux qui céderaient à la tentation des amalgames.

Les  rebelles qui nous attaquent ne représentent qu’eux-mêmes, c’est-à-dire une infime minorité isolée et contestée. Car l’écrasante majorité des populations du Nord Mali aspire à vivre en paix dans l’ensemble national, pour participer au développement du Mali.

Chers compatriotes,

C’est parce que notre Nation sera unie qu’elle pourra se développer.

Oui, c’est tous ensemble que nous pourrons relever les grands défis :

–  refonder l’école malienne,

–  créer des emplois pour notre jeunesse qui souffre,

–  assurer la sécurité de tous, Maliens et étrangers sur l’ensemble du territoire,

–  relancer l’économie du tourisme, en particulier dans cette région qui possède tant d’atouts,

–  et faire en sorte que chaque Malienne, que chaque Malien vive mieux, où qu’il soit, et quelle que soit sa communauté.

Avons-nous le droit de laisser passer cette chance ? NON !

Je le redis aujourd’hui avec la plus haute fermeté : nous n’accepterons pas qu’un seul pouce du territoire national soit cédé. Je serai un combattant indéfectible pour la protection de notre intégrité territoriale et de notre stabilité. Soyez-en assurés : je ne laisserai pas des hors-la-loi prendre en otage notre unité et notre paix. Je ne laisserai pas AQMI semer la terreur au Nord Mali. Le Mali est un et indivisible, et il le restera ! Inch’Allah !

Chers Compatriotes,

Je peux comprendre que certaines régions du pays se sentent parfois délaissées, laissées pour compte, car l’Etat y est peu présent. Mais cela doit-il justifier la guerre?

Le gouvernement avait pourtant commencé à agir. A travers le Programme spécial pour la paix, la sécurité et le Développement du Nord Mali (PSPSDN), des mesures ont été prises pour réinstaller l’Etat et améliorer les conditions de vie des populations. C’était un bon départ. Alors pourquoi la guerre ?

La guerre ne fait que des victimes : nos soldats et nos populations civiles, mais aussi notre liberté et notre croissance !

Mes Chers compatriotes,

Des solutions existent pour sauver le Mali de la menace des rebelles et d’AQMI. Pour réussir, j’appelle à un vaste dialogue national. C’est une urgence absolue. Nous devons organiser des Assises nationales du Nord d’ici fin 2012. Cette  plateforme réunira toutes les composantes communautaires, forces politiques, chefferies traditionnelles, administration locale et centrale, experts et représentants de la société civile.

Autour de la table, nous pourrons discuter de façon sereine et constructive les grands défis du nord du pays : développement, terrorisme, narcotrafic, et irrédentisme. Tous ensemble, nous pourrons tracer les lignes d’une nouvelle gouvernance au Nord Mali, dans le souci de rapprocher l’Etat des citoyens, de rétablir la sécurité, de faire en sorte que personne ne se sente plus exclu et de donner la priorité à l’essor socio-économique de la région. Nous ferons alors du développement un rempart inébranlable contre l’insécurité et le terrorisme.

Le seul moyen d’installer une paix durable passe donc par le dialogue, le dialogue, le dialogue !

La première étape de ce dialogue national est le grand débat démocratique qui doit se tenir à l’occasion de l’élection présidentielle du 29 avril 2012. En période de crise, le Mali a plus que jamais besoin de se rassembler. C’est tout le sens de ma candidature à la Présidence du Mali : rassembler au service d’un Mali fort et juste !

Vive la Paix ,

vive la République

vive le Mali !

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Lionrouge<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 11</span>
Membre
Lionrouge 11
4 années 7 mois plus tôt

DOUDOUBA je pense que tu es realiste, je vote pour IBK car il peut avoir la solution.

DOUDOUBA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1758</span>
Membre
DOUDOUBA 1758
4 années 7 mois plus tôt

Walahi al hadji nous n’avons aucun doute pour ce qui est de votre capacite’ a diriger ce pays.Nous aimons notre pays,nous votons KANKELETIKI 2012.

wpDiscuz