Divorce entre le Pdes et le réseau ANIA : La présidente, Mme Cissé Ardiatou Bah sort de sa réserve

0
1

A quelques encablures des élections générales de 2012, le parti pour le développement économique et la solidarité(PDES) continue de s’affaiblir inexorablement. Au vu de l’évolution des débats au sein du parti proche du président sortant, le risque de l’implosion semble de mise. Mais sans pour autant vite crier au scandale, certains leaders et non des moindres commencent à sortir de leur réserve. C’est le cas de Mme Cissé Ardiatou Bah qui a décidé de briser le silence, pour expliquer les péripéties de la fin d’une belle époque.

En effet, après la démission en fanfare du maire de Goundam, Mme Seck Oumou Sall, qui a rejoint les rangs de l’URD (le parti de la poignée de main) et bien d’autres cadres et militants du parti, c’est au tour des 157 associations et groupements du réseau ANIA de quitter le bateau du PDES. Avec ces nombreuses défections, nul ne doute que le navire PDES semble tanguer avant de chavirer. Pour la petite histoire les fidèles de Mme Cissé Ardiatou Bah ont décidé de quitter le PDES pour  accompagner leur idole, Mme Seck Oumou Sall. Reconnu pour sa grande capacité de mobilisation, le départ inattendu du réseau ANIA est ressenti « avec amertume et angoisse » au sein du PDES. Rapprochée par nos soins, la présidente du réseau ANIA, Mme Cissé Ardiatou Bah et non moins ancienne coordinatrice du PDES aux 1008 logements à ATTbougou a fait savoir, que le réseau ANIA  a pour leitmotiv : « soutenir le Président ATT et son épouse Touré Lobbo Traoré ».

Et, dira-t-elle : « c’est à cause du couple présidentiel que nous nous sommes retrouvés au PDES. Mais vu tout ce qui se passe au sein de ce parti de la mouvance présidentielle, nous étions obligé de saisir cette opportunité a déclaré Mme Cissé ». Mme Cissé Ardiatou Bah d’ajouter, aujourd’hui, le PDES est éclaté en trois clans à savoir : le clan du président d’honneur Ahmed Sow, le clan du président du bureau exécutif national, Ahmed Diane Séméga et enfin le clan du 1er vice président Jeamille Bittar. Par cet état de fait qui secoue actuellement le PDES, « on nous a abandonné dans le vide sans soutien  ni rien» a précisé la présidente.  Elle aussi s’est indignée du manque de considération à leur égard de la part de l’instance dirigeante du PDES avant de soutenir  que « nous étions marginalisés par les cadres du parti. Pire encore, les postes au sein du parti sont attribués selon les affinités et non selon les compétences. Pour ce cas précis, dira Mme Cissé, des postes stratégiques ont été attribués à des gens qui ne sont même pas en mesure de mobiliser dans leurs fiefs respectifs 10 personnes pour le parti avant d’ajouter que  les cadres du parti demeurent tout le temps inaccessibles ».

Isolés et parfois frustrés, la présidente du réseau ANIA et les 157 associations et groupements qui le composent ont décidé de suivre Mme Seck Oumou Sall à l’URD, parce que, selon elle, cette dernière serait proche du couple présidentiel. Mme Cissé de confier aussi: « nous étions démarchés par des candidats, mais nous avons préféré suivre Oumou Sall ». Il faut rappeler, que pour témoigner leur adhésion à l’URD à travers leur idole, Mme Seck Oumou Sall, le réseau ANIA a organisé un grand meeting, lequel a été qualifié par les uns et autres, comme une démonstration de force la semaine dernière au CICB.

Par Zakariyaou Fomba

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.