Docteur Cheick Modibo Diarra et le MPR : La fin du trouble politique au MPR

0
0

Le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR), parti des héritiers du Général Moussa Traoré traverse à la veille des élections  générales de 2012, une période de crise sans précédent. Ce problème s’explique par une fissure au sein du parti.

 

 En effet, certains voulaient Choguel Kokalla Maïga comme le candidat naturel du MPR comme il est de coutume. Tandis que, d’autres optaient pour le soutien du Docteur Cheick Modibo Diarra (beau fils de Moussa Traoré).


Dans votre hebdoWaati du jeudi 19 janvier 2012, notre analyse politique portait sur la problématique qu’il y avait autour de la candidature du Docteur Choguel Kokalla Maïga. Ceci, en raison du soutien indéfectible que des intellectuels de haut vol au sein du Mouvement Patriotique pour le Renouveau, apportaient au Docteur Cheick Modibo Diarra .Et cela au détriment du Président et candidat traditionnel  du parti.
Un bref rappel s’impose : l’histoire remonte en 2010.La grande ambition du navigateur interplanétaire est connue. Cheick Modibo Diarra, comme son beau père voulait tenter et de réussir un destin présidentiel. Pas comme un dictateur, mais en vrai démocrate par le biais d’une candidature à
la Magistrature suprême.


 Son beau père et ancien dictateur, le Général Moussa Traoré avait, pour l’occasion, invité ses anciens collaborateurs, qui étaient aussi, des membres du Bureau Exécutif  du MPR. Mais, ce jour-là, on notait un grand absent : le Docteur Choguel Maiga, cadre courageux qui revendique depuis, l’héritage de l’ancien Président de
la République.Seulement le lion de l’UDPM est devenu le tigre du MPR.


Comment comprendre que Choguel Maïga, Président du parti, le premier tenancier politique soit la dernière personnalité qu’on ait informée sur cette question  de candidature ? Conséquence : une minorité des cadres du MPR commencèrent à faire confiance à la candidature du Docteur de
la NASA.
L
e dessein de ces cadres du parti était connu de tous. Ils ont voulu, en effet, détourner les militants. Mettre tout en œuvre pour que le MPR n’ait pas de candidat et soutenir celui de du navigateur. Ce qui ne marchera point. Malheur à toutes les manœuvres.


Plusieurs responsables ont compris ce jeu. Le Bureau Exécutif Central (BEC) du MPR devait donc assumer toutes ses responsabilités pour travailler dans l’optique de la désignation d’un candidat à la présidentielle de 2012.


D’après des sources dignes de foi, lors de la première réunion du nouveau (BEC) à l’hôtel DAFINA, le problème fut net tranché. Choguel Maïga sera le candidat du parti  à l’élection présidentielle de 2012.Une information, officieuse à prendre avec prudence. On revient à la raison et c’est peut être la fin d’un trouble politique qui aura longtemps duré.
Ibrahima Mamadou DEMBELE

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.