Désigne président d’honneur du pdes: El hadj Sory Kémésso promet la victoire au PDES

0
0

 

Le succès à la convention nationale du Parti pour le développement économique et la solidarité n’a pas été celle de la grande mobilisation et l’unité prônée. Il a été aussi et surtout par le retour des têtes de proue du Mouvement citoyen à l’image de son ancien adjoint au secrétaire à la communication, Sory Kémésso. Fier d’être responsabilisé et honoré par le PDES, le benjamin des présidents d’honneur du nouveau bureau du PDES a profité de ses vœux du nouvel an pour inviter les militants de son parti à l’unité et à la cohésion, gages, dira-t-il de la victoire aux élections de 2012.

 Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des ans. Le choix d’El hadj Sory Kémésso dans le collège des présidents d’honneur du Parti pour le développement économique et la solidarité en est une illustration parfaite.

Si les motifs de satisfaction des militants du PDES sont nombreux au sortir de sa convention des 17 et 18 décembre 2011, la présence de certaines figures emblématiques du Mouvement citoyen dans des hautes instances du PDES n’est pas passée inaperçue.

Selon plusieurs observateurs, le PDES a comblé tout le vide et rattrapé le retard en élisant un bureau à la hauteur de ses ambitions à l’approche de l’année électorale de 2012. En tous cas, le retour de Sory Kémésso dans la famille PDES a presque été ovationné et semble soulager plus d’un aux différents niveaux du parti.

Réputé être celui qui a largement contribué à donner au MC une visibilité réelle, Sory Kémésso est toujours resté un soutien de taille pour le nouveau parti qui s’identifie au chef de l’Etat. La caution du chef de l’Etat à la création du PDES afin d’assurer ses arrières politiques va vite convaincre l’homme à accepter la main tendue des responsables du PDES.

A l’inauguration du débarcadère de Kona, ATT et son épouse, Mme Touré Lobbo Traoré, lui ont fait l’honneur d’une visite au vieux sage Kémésso en lui demandant des conseils et bénédictions. Cette visite du chef de l’Etat au patriarche de Kona, El hadj Doucouré Kémésso au mois de mai dernier aura elle aussi joué pour le retour de l’enfant de Kona dans la grande famille PDES.

Dans le parti des héritiers d’ATT, l’homme occupe le prestigieux poste de président d’honneur. Il assure cette fonction de gardien du temple en même temps que son père, El hadj Doucouré Kémésso, un sage qui porte haut à titre de reconnaissance le flambeau d’ATT dans la région de Mopti. Et le chef de l’Etat lui aussi ne manque pas d’occasion pour lui notifier sa reconnaissance.

 

 

ATT comme dénominateur commun

L’enfant prodige de Kona, lui, veut rester fidèle à celui qu’il a soutenu depuis au début de son mandat jusqu’au 8 juin 2012. Il invite l’ensemble du peuple PDES à travailler pour une large victoire aux élections de 2012 afin d’assurer les arrières du président ATT qui a incontestablement mis le Mali sur orbite en créant des infrastructures dans divers secteurs.

Il invite l’ensemble des militants à faire de l’unité du parti le maître mot. « Les uns et les autres doivent éviter  de se faire appeler premiers arrivés… et de taxer les autres de derniers arrivés », conseille-t-il. Pour lui, le PDES a le vent en poupe et doit profiter de son potentiel de ressources humaines pour arriver là où on l’attend le moins.

Il présenté le succès du parti lors de sa convention des 17 et 18 décembre derniers comme un signal fort. « A partir de la convention nationale, le PDES doit travailler pour honorer son mentor, Amadou Toumani Touré », dit-il.

Parlant des élections générales de 2012, El hadj Sory Kémésso estime que c’est un tournant important de la démocratie malienne. Mais cela ne saurait être un argument pour les acteurs politiques à transgresser nos valeurs sociales pour le pouvoir. Selon lui chaque candidat doit songer à préserver l’unité, la sérénité et la paix sociale. Tout en souhaitant bonne et heureuse année 2012 à tous, il souhaite bonne chance à tous les partis politiques à la présidentielle de 2012.

 

Markatié Daou

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.