Échéances électorales de 2013 : La classe politique aux aguets

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

En ce moment, des combats foudroyants opposent les forces de défense nationale et leurs alliés, aux terroristes et narco trafiquants, dans le nord du Mali. Plus au sud, la classe politique s’active et se mobilise (timidement) pour relever les défis des échéances électorales annoncées pour juillet 2013. Malgré  tout, des interrogations  pertinentes persistent quant au  respect  de la date  fixée  et même de la tenue  normale de ce scrutin. Ces  préoccupations  sont liées  à la situation  sécuritaire du nord  mais aussi  au retour  de l’administration et des populations dans leurs zones  respectives. Toutes  ces situations  font que la classe politique est obligée de faire  le jeu  de la prudence.

La  question  de l’organisation de la présidentielle  de 2013, bien  qu’elle   engage  le gouvernement, nécessite la prise par les partis  politiques d’actions et de comportements suscitant  un désir et un engouement pour la réalisation  de cette ambition. Pour  l’heure, place à des  repositionnements au  sein des  Etats-majors  politiques. Qui sera  candidat ? Qui  peut  être le candidat   légitime pour le Mali ? Que  faire pour  ne pas commettre les mêmes  erreurs  du passé ? Autant  de  réflexions  qui préoccupent le paysage politique.

A qui  reviendra la victoire finale ? Lequel des candidats, pourrait  être à mesure de  combler  les attentes du peuple malien ?I s’agit surtout de redorer  l’image  du Mali ; de lui redonner un Etat  fort  dans lequel  tous les fils  se reconnaissent ;  mettre en place  des institutions solides capables  de  répondre aux  aspirations de la démocratie. C’est pour ces   raisons  que la classe politique  doit prendre toutes ses responsabilités. On sait qu’elle a une part de  responsabilité, même très  lourde, dans ce qui se passe actuellement. Mais, elle devra faire son mea culpa et rompre avec les pratiques malsaines qui n’honorent pas l’homme politique malien.

Ne peut-on  pas dire  que ces différentes  problématiques   qui  demeurent des exigences  pour le paysage  politique, lui  oblige  d’être  aux  aguets. Pourquoi pas ? De toutes  les  manières, l’arène  politique malienne  subit  aujourd’hui  la pression  de la masse  populaire   qui l’attend au tournant. Ce  serait du   gâchis, vu tout ce qui s’est passé, que la classe politique ne  tire aucun  enseignement  lui permettant de pleinement  jouer son rôle dans le futur Etat à naître. C’est-à-dire,  faire de la politique pour le  développement du  pays  et de la personne  humaine. Les  défis  sont, certes,  énormes, mais, ils ne sont pas au delà des capacités  des Maliens. C’est le devoir de citoyenneté et  la volonté de se sacrifier pour la  gloire  de son pays  qui feront la différence. D’ores déjà, ces  élections  qui se profilent  à l’horizon,  constituent,  sans  doute,  l’opportunité  pour le peuple malien de  décider  de son  propre sort. C’est-à-dire   vivre  ou disparaitre. C’est dire déjà que le pari est loin  d’être gagné. Pour y  parvenir, il  faut   avoir  confiance  en soi et en ses actes.

Jean GOÏTA

 
SOURCE:  du   11 mar 2013.