EDITO – Me Tall, le nouveau fantassin du président ATT ?

0

Le chef de parti politique aspirant à exercer la plus haute charge de l’Etat (un devin n’a-t-il pas prévu qu’un descendant de El Hadj Oumar, le combattant de la foi, deviendra président du Mali ?) voici Me Mountaga Tall réduit, à cause des péripéties politiciennes, à des rôles peu flatteurs pour son image et sa crédibilité.

Commençons par cette affaire de liste qu’il a confectionnée avec Choguel Maïga – son compère de longue date en politique – pour tenter d’empêcher le RPM d’IBK d’avoir des représentants au sein de la CENI. Tout le monde sait que de tous les partis se réclamant d’Espoir 2002, le RPM est le plus important, en termes de représentants à l’Assemblée nationale, dans les conseils communaux et d’influence réelle dans le pays. Pour rappel, ce parti dispose de 44 sièges à l’hémicycle contre 12 pour le CNID et 4 pour le MPR et encore ces deux formations n’ont acquis cette position que grâce à l’appui politique et financier du RPM et de IBK. Pour être franc, Me Mountaga Tall lui-même n’a pu se faire élire dans sa ville natale de Ségou que grâce au prestige et au porte-feuille de IBK.

Il s’y ajoute que sur l’échiquier politique national, le RPM est l’unique parti politique à avoir fait savoir solennellement à ce jour qu’il présentera son leader, IBK, à la prochaine présidentielle attendue en 2007. Une présidentielle qui n’aurait, il faut avoir l’honnêteté et le bon sens de le reconnaître, aucun intérêt sans le même IBK, le seul homme politique capable de tenir la dragée haute, à l’heure actuelle, face à ATT dans une compétition pour la magistrature suprême.

Relevons au final que l’allégeance de Tall et de son complice de toujours, Choguel Maïga, au maître de Koulouba, si elle devait se traduire par une présence physique au sein de l’organe chargé de veiller au bon déroulement des élections, accentuerait le déséquilibre au sein de celui-là en faveur de ATT. Compte tenu de ce que tous les partis qui y siègent ont, d’ores et déjà, déclaré qu’ils voteront pour l’actuel président de la République, avant même qu’il ait fait savoir s’il sera candidat ou non. C’est sans doute au regard de ces différents facteurs que les composantes de Espoir 2002, dans leur écrasante majorité, ont porté leur choix sur le RPM et le RDT pour les représenter au sein de la CENI. Il y allait de la crédibilité même de cette structure, donc de la fiabilité des scrutins pour lesquels elle a été créée, et, en définitive, de la paix post-électorale. Et l’on peut s’étonner que Me Tall, aveuglé par ses seuls intérêts du moment, se soit laissé entraîné à pareil errement.

Et puis, il y a cette histoire d’enquête sur le livre qui fait grand bruit actuellement à Bamako et à Paris (en un mois, il a été réédité et plus de 30 000 exemplaires ont été vendus !). Il s’agit, bien sûr, de "ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan". Aux dernières nouvelles, l’on apprend que c’est Me Tall qui a été recruté par ATT pour tenter d’identifier le ou les auteurs du bouquin qui coupe le sommeil sous les lambris dorés et fait perdre 15 kilos à qui vous savez, à en croire les mauvaises langues. Voici donc le futur président du Mali, annoncé par ceux qui savent interpréter les signes et décrypter les destins des hommes, transformé en barbouze pour le président actuel. De quoi rendre jalouse la Sécurité d’Etat.

Reste à savoir ce que Me Tall pourrait tirer de son nouveau statut de fantassin du Général ATT. Politiquement peu de chose. Pour le reste …

El Hadj Saouti Labass HAIDARA

PARTAGER