Editorial: Des écarts de langage qui peuvent porter préjudice à celui qui les a tenus !

0
0

En réalité quelle était l’idée du Pr.  Dioncounda Traoré, quand, devant les hommes de médias, il a lâché cette phrase : « S’il n’y a pas d’élections aux dates indiquées, tout peut se passer, même un Coup d’Etat peut arriver ». Cette phrase avait-elle sa place dans les débats autour de la crise du nord qui se tenaient dans les locaux de la Maison de la presse ? Autant d’interrogations qui laissent de nos jours une grande majorité des Maliennes et des Maliens sur leur faim. Le fait de dire devant la presse que si les élections ne se tenaient pas aux dates échues tout peut se passer, même un coup d’Etat, le Pr. Dioncounda Traoré a-t-il pensé et mesuré les conséquences d’un coup d’Etat au Mali en ces temps-ci ?

Bref, que les uns et les autres réfléchissent tout en ayant un regard rétrospectif sur l’historique de la démocratie malienne. Acquise au prix de la vie  et vu toutes les avancées enregistrées par les Maliens en vingt ans de liberté démocratique ; la démocratie malienne n’a plus besoin de connaître aujourd’hui un recul aux calendes grecques. En matière de démocratie, nul ne doute qu’en deux décennies, les Maliens ont mûri. Donc il faut laisser le temps au temps. « ATT ira bien le 8 juin prochain. Que cela soit clair comme l’eau de roche. Il passera très bien le témoin au nouveau président démocratiquement élu par le peuple Malien ». Parlant de mandat, je crois savoir que le mandat des députés prend fin quelques semaines seulement après celui du Président de la république. Alors pourquoi tous ces tapages autour d’une quelconque vacance de pouvoir présidentiel. Parce que la constitution prévoit qu’en cas de vacance de pouvoir présidentiel, il revient de droit au président de l’Assemblée nationale de diriger une transition jusqu’à l’élection du nouveau président de la république.

N’allons pas trop vite en désordre « excusez en besogne ». D’autant plus qu’il en est ainsi, il est bon que nous comprenions de part et d’autre, qu’aucun malien n’a intérêt  à un quelconque report des élections dont le calendrier a été établi avec la participation de toute la classe politique et de toutes les couches sociales. A propos, et si nous mettions de l’eau dans nos vins ; je crois bien savoir que cela sera salutaire pour notre pays et pour notre démocratie. Le coq chante tôt le matin pour réveiller la conscience des humains !

Par Zhao Ahmed A. Bamba

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.