Election présidentielle : A Sikasso en chiens de faïence

1
0

L’intérêt que porte la jeunesse à la prochaine élection présidentielle n’est plus qu’un secret de Polichinelle tant les candidatures se multiplient ces temps-ci, à travers tout le pays. De jeunes candidats, tous deux aux avant-postes se côtoieront demain dans la capitale de la région la plus peuplée du Mali.

Le fait est assez singulier pour être noté. En effet ces deux hommes, premiers responsables de leurs partis politiques respectifs, avaient ambitionné, il y a juste quelques temps, de conjuguer leurs efforts et forces en vue de conquérir Koulouba, de couper la route aux « vieux » qui se sont accaparés de la scène politique depuis des années en ne cédant que la part congrue à une jeunesse qui pourtant en veut.

Housséni Amion Guindo, président de la Convergence pour le développement du Mali (CODEM), et Moussa Mara, leader de YELEMA, puisqu’il s’agit d’eux, ont créé à cet effet, avec d’autres formations politiques de la place, un vaste regroupement dénommé Partis unis pour la République (PUR). Choc des ego ou incompatibilité d’humeur, ces deux fortes et ambitieuses personnalités ne purent s’entendre sur la désignation d’un candidat unique et consensuel à booster sur la route de Koulouba. Pourtant, selon certaines indiscrétions, c’est sur Housséni Amion Guindo que le choix de la conférence des présidents du PUR s’est porté pour défendre leurs couleurs. Pour des motifs jugés objectifs et un mode de procédure propre à eux, ils ont estimé que le jeune président de la CODEM, un parti largement représenté sur toute l’étendue du territoire national et comptant le plus d’élus locaux et nationaux, ayant un groupe parlementaire dans l’hémicycle, est plus apte à driver le regroupement que YELEMA qui n’est véritablement implanté qu’en commune IV du district de Bamako. Mais le président de ce parti, visiblement n’était pas du même avis que les autres. Arguant, selon son entourage, d’un vice de procédure et de considérations subjectifs ayant guidé le choix de ses camarades, Moussa Mara a réfuté ce choix. Devant le refus du directoire des PUR de revenir sur la désignation, il a claqué la porte du regroupement et est parti se faire investir à Kayes par sa propre famille politique. Housséni Amion Guindo, lui, suivra la procédure des PUR jusqu’au bout.

Demain donc, ils seront tous deux à Sikasso et, peut-être, ne se croiseront même pas. Mara, dans le cadre de sa désormais traditionnelle et hebdomadaire conférence de presse au cours de laquelle, chaque semaine, il dévoile un pan de son projet de société. Guindo, pour la tenue du premier congrès ordinaire de son parti (2,3 et4 mars). Y sera-t-il investi officiellement par la CODEM et les PUR ou va-t-il encore attendre le quitus de certaines grandes personnalités et notabilités du Kénédougou dont il défend les couleurs à l’assemblée nationale ?
C.T

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Badrikeita<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 11</span>
Membre
Badrikeita 11
4 années 7 mois plus tôt

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi l’investiture de Modibo Sidibe n’a pas eu lieu le weekend passé comme prévue ?

wpDiscuz