Election Présidentielle de 2012 :Le PDES désavoué à Nioro au profit du Parena

0
0

A quelques mois de la tenue des élections générales de 2012, certains membres du bureau politique du Pdes de Nioro du Sahel ont préféré déménager, avec armes et bagages, au parti du bélier blanc, le Parena.

De source sûre, le désormais ancien point focal du Pdes de Nioro, Cheick Sidi Tahara Diallo, non moins 2e adjoint du maire de la commune urbaine de Nioro, est venu signer son adhésion au Parti pour
la Renaissance National (Parena) de ladite commune. Dans cette opération de transhumance politique, il est accompagné par plusieurs de ses camarades, des conseillers des 16 communes du cercle de Nioro. Faut-il  rappeler que c’est cet homme politique, Cheick Sidi Tahara Diallo, qui était à la base d’une forte mobilisation non seulement pour le Pdes lors du passage du président Hamed Diane Séméga dans la localité, mais aussi pour la victoire du parti des amis d’ATT lors des élections communales  partielles passées, notamment dans la commune rurale de Sandaré. Ce qui avait permis au parti présidentiel d’y renforcer son assise avec 3 sièges supplémentaires.
C’est de cet homme à qui le Pdes doit tout, qui vient de tourner le dos avec bon nombre de militants et militantes de la section de Nioro. Selon le même source, il est parti au Parena avec le maire de la commune rurale de Youri et quatre de ses conseillers, trois conseillers de Troungoumbé, deux de Nioro du sahel et deux de la commune de Sandaré.


Selon toujours nos sources, cette adhésion a été notifiée, le 9 janvier dernier, aux responsables locaux du Parena. Il s’est avéré que cette démission est motivée par la manière de piloter le parti par le premier responsable, à savoir Hamed Diane Séméga, d’après une source proche des démissionnaires. Alors une chose est sûre: les démissionnaires doivent venir rencontrer la direction du parti Parena avant d’être accueillis par la section de Nioro. C’est un coup dur pour le parti présidentiel et son président Hamed Diane Séméga, surtout quand on sait que nous sommes pratiquement à quelques mois des élections générales de 2012.
Seydou Oumar N’DIAYE            

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.