Elections, fichier électoral biométrique : Le discours du gouvernement ne se teinte pas de rigueur

4

Le risque du « trop peu, trop tard » reste à nos portes ; l’efficacité des mesures d’urgence dépendant de leur vitesse d’exécution. Serait-ce trop demander au gouvernement de produire dès à présent quelque chose pour le maintien ou non du fichier RAVEC ? Sans doute oui puisque personne ne semble vouloir le faire.

Colonel Moussa Sinko Coulibaly, ministre de l’Administration territoriale

En période pré-électorale, seul le temps a l’audace de passer sans demander notre avis. Avant-hier, nous avons entendu le Premier ministre lors de sa visite à la Direction générale aux élections. On aurait aimé entendre un ordre précis et ferme. Un peu avant, le ministre Colonel Coulibaly de l’Administration territoriale rencontrait la classe politique et se félicitait de son  déplacement massif. Pourtant, il y a encore des choses à dire sur ce qui apparait comme la deuxième priorité du gouvernement, à savoir l’organisation d’élections propres.

Nous pensons le dire, il y a bien un virage que les autorités nationales préparent, et ce n’est pas le moment de chercher à naviguer avec un certain art en se posant en arbitre. Le ministre assure que nous avons les données biométriques, mais pas de fichier à ce jour. Ce qui est en jeu, c’est cette sorte de bienfaisance officielle sur le sujet des élections à venir. Et voilà qu’on vient nous dire maintenant qu’il n’y aurait pas d’élections en 2012.

Le scandale de notre temps électoral, c’est le fichier

L’ancien Président ATT a peut être réussi des choses en changeant notre paysage institutionnel et économique, mais il aura échoué dans son grand pari du temps sur les élections. On a encore à l’esprit les réserves entourant ce scrutin de 2007 où il fut élu dès le premier tour comme le Président le mieux élu de toute notre histoire institutionnelle. Et c’est cette même République (IIIè) qui continuera si l’on n’y prend pas garde. En 2003, la faiblesse du système d’état civil avait conduit à un programme de modernisation et de consolidation de l’état civil à travers l’exécution d’un Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC).

On devait aboutir à la constitution d’une base de données, à l’utilisation d’un numéro d’identification (Nina). Sur ce RAVEC, des difficultés vont poindre. Autres contraintes : aujourd’hui, avec l’occupation des zones du Nord, la situation des personnes déplacées. Alors question : pourquoi, au Burkina Faso tout proche, est-on arrivé à donner sur place à chaque personne, après enregistrement, un numéro et une fiche, et pas chez nous au Mali ? Sur le fichier électoral biométrique, il reste à enrôler 427 241 Maliens de l’intérieur et 680 088 Maliens de l’extérieur. Voyons plutôt le chiffre de cette dérangeante réalité du fichier : 17 milliards de FCFA, et l’on comprendra pourquoi nos élections, c’est la finance sans visages.  Le gouvernement actuel ne se dit pas « effaré » des conditions qui ont prévalu avant pour atteindre ces chiffres que seul semble regretter l’ancien Secrétaire général du MATCL, M. Traoré.

Un audit est nécessaire pour cerner les contours de compétitivité avec tout autre instrument qui entrerait en lice pour les futures élections. On peut bien demander des comptes sans être dans le secret des votes. Or pour le moment, la rigueur ne semble pas sortir de la bouche de nos gouvernants. Pour l’heure, le gouvernement actuel ne dramatise rien. Si on ne veut rien précipiter, vers quoi glissera-t-on doucement ? L’attente, c’est de savoir comment faire repartir le vote des citoyens avec des taux de participation à donner la migraine.

Il faut donc sous-peser les décisions politiques et sociales et mieux encore, voir  de près la solidité des cœurs et des reins  de nos politiciens. Si le gouvernement tarde sur les décisions à prendre, est-ce parce que les deux têtes de l’Exécutif vont décider du timing de l’annonce d’une mesure ? Par ces temps de grisaille où même la conjoncture politique « se casse la gueule », si on peut dire, avec les nouvelles qui nous parviennent du Nord du Mali, le gouvernement actuel devrait plutôt chercher une belle photo sur ses potentialités plutôt qu’une bonne nouvelle.

S. Koné

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. C’est là le vrai combat de ceux qui aiment le Mali, ceux qui veulent qu’on sorte du mensonge sans vergogne des politichiens de la tempe d’Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani touré. Des voleurs de voix du peuple. Le RAVEC ou RIEN!!! même si on doit attendre deux (2) ans. Moussa sinko Coulibaly doit faire attention et doit savoir que tout est balayable au Mali, Moussa traoré: balayé, ATT: balayé. Alors à bon entendeur…….

  2. S. Koné.Je croyais que le RAVEC avait été abandonné du seul fait que les maliens de la RCI n’avaient pas été enrôles, à cause de la crise ivoirienne!C’est vrai qu’on devrait faire un audit autour de la gestion
    de cet projet qu’est le RAVEC, mais IL NE FAUT PAS L’ABANDONNER SI NOUS
    VOULONS DES ÉLECTIONS APAISÉES!Tout le monde sait désormais que mathématiquement, le “takokelén” d’ATT( que nous avons dénoncé en son temps), n’était que de la poudre aux yeux des maliens…. 😉

Comments are closed.