Élections générales : Les partis politiques ont signé hier le code de bonne conduite

0

Pour des élections pacifiques au Mali, des partis politiques et des candidats à la présidentielle du 28 juillet ont signé hier un code de bonne conduite au Grand hôtel de Bamako, à l’initiative du National Democratic Institute (NDI) et la fondation CMDID.

 

 

Le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, en train de signer le code de bonne conduite.
Le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, en train de signer le code de bonne conduite.

Hier, une quarantaine de partis politiques et une dizaine de candidats à la présidentielle ont signé le code lequel va régir leurs comportements et leurs rapports selon les principes républicains et de l’Etat de droit.

 

 

Les partis qui ont signé sont : Yèlèma, Fare, URD, Umam, Cnid/Fyt, Care, Cnu/Faso jo ton, Sira, Parti humaniste Adamadeya ton, Parena, UFDP, UFD, MPR, Padem, PACP, UMP, UM-RDA, UDD, Barica, RUP, UFC, CD, Codem, Modec, PDA, PDES, Ramat, PSP, PIDS, Maliden, Fama, Fad, ADP-Maliba, UPD, PDP, ANC, Pari, FCD, RPDM et PDT.

 

Les  candidats signataires ont pour noms : Modibo Sidibé des Fare, Moussa Mara de Yèlèma, Soumaïla Cissé de l’URD, Me Mountaga Tall du Cnid/Fyt, Jeamille Bittar de l’Umam, Chaka Diarra de l’UFD, Cheick Boukadary Traoré de Care, représentante de Mme Haïdara Aïchata Cissé dite Chato.

 

 

Le code de conduite en question est un ensemble d’engagements entre les partis politiques et les candidat(e)s pour un bon comportement des responsables, des cadres et des militants à toutes les phases du processus électoral. L’initiative est partie depuis 2002, mais mise en œuvre en 2007.

Après les élections de 2007, le CMDID a réalisé une évaluation de la mise en œuvre dudit code en termes de respect de ses différentes dispositions durant les élections. En 2012, le même code a été actualisé conformément à la nouvelle législation électorale de 2011 en vue de faciliter non seulement les élections de 2012 et toutes les consultations électorales à venir au Mali.

 

Ainsi, conformément à la situation intervenue en mars 2012 et vu que les élections n’ont pu se tenir, les partis politiques et les candidats aux élections générales de 2013 et celles à venir, ont relu le code, en mai 2013, afin de contribuer à un processus électoral régulier, crédible et apaisé.

Abdoulaye Diakité

PARTAGER