Elections générales 2012 : Kafougouna Koné fait le point des préparatifs

0
1





Le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné a animé hier une conférence de presse dans la salle de conférence de son département pour expliquer l’état des préparatifs des scrutins prévus pour cette année.

Le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales était accompagné de son homologue de la Communication, porte-parole du gouvernement, Sidiki N’Fa Konaté et plusieurs membres de son cabinet. La conférence a permis au général Kafougouna Koné de faire les récapitulatifs des actions exécutées, des actions en cours et celles en perspectives.

En ce qui concerne les actions déjà réalisées, le ministre Kafougouna Koné a évoqué la mise en place des structures de pilotage au niveau de la primature (comité interministériel) de même qu’au niveau de son département (comité technique de préparation et d’opérationnalisation des décisions du comité interministériel). D’autres actions telles que le choix du fichier électoral, la relecture du code électoral et la révision des listes électorales, ont été réalisées. S’agissant des actions en cours d’exécution, le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités a cité  l’acquisition et la mise en place des documents et matériels électoraux. Sur ce point, Kafougouna Koné a expliqué que sur la base de l’inventaire du matériel, il a été procédé au lancement et au dépouillement des différents marchés d’acquisition de matériel et d’imprimés électoraux. Un marché qui continue de faire  du bruit entre le gouvernement et le monde des opérateurs économiques nationaux. Le ministre rappelle que ce marché a été attribué à une société étrangère pour éviter le scénario de 2007 où l’adjudicataire avait fini par se porter candidat aux législatives. De toutes les façons, Kafougouna Koné estime que la Cour Suprême, au niveau de laquelle se trouve présentement le dossier, saura dire le droit. D’autres actions en cours ont été citées notamment l’identification, la désignation et la formation des agents électoraux ; la confection des cartes d’électeurs et la création des bureaux de vote. Par rapport aux bureaux de vote, il est envisagé de créer 25 000 pour le référendum et la présidentielle et 23 400 pour les législatives.  Quant aux actions en perspectives, Kafougouna Koné a parlé de la gestion des candidatures. A ce niveau le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales a indiqué que chaque candidature définitivement retenue ouvre droit à la confection d’un bulletin de vote pour chaque électeur de la circonscription électorale concernée. Il a rappelé que depuis 2009, notre pays a fait le choix du bulletin unique. Il y a ensuite l’organisation de la campagne électorale. Le ministre indique que la campagne électorale est ouverte à des dates prévues par la loi, soit le 28e jour qui précède les scrutins pour le référendum, l’élection du président de la République et des députés et prend fin 24 heures avant le jour du vote. Autre action en perspective, la centralisation et la proclamation des résultats. « Cette question est traitée par les articles 154 pour la présidentielle et 162 pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale ».

Abdoulaye Diakité

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.