Entre ce qu’il disait en 2007 et ce qu’il fait aujourd’hui IBK rattrapé par ses paroles

84
IBK
Ibrahim Boubacar Keita

« Le Mali n’est pas un pays pauvre, mais un pays pauvrement géré ». Voilà une formule choc que l’on relève dans une grande interview accordée par IBK au journal «Construire l’Afrique», bimensuel de l’Afrique de l’ouest et du centre dans un numéro hors-série de 24 pages daté du 15 mars au 30 avril 2007. Dans cette édition spéciale, sous le double titre : « Présidentielle du 29 avril 2007 : Ibrahim Boubacar Kéïta, remettre de l’ordre, réhabiliter l’Etat, relancer le Mali » et « IBK : le bon choix pour le Mali? », le candidat Ibrahim Boubacar Kéïta critiquait vertement le régime du président Amadou Toumani Touré, vilipendé de toutes parts.

L’homme avait banalisé la fonction présidentielle, accusant ATT de tous les péchés d’Israël, lui imputant tous les maux de la nation et les malheurs des Maliens. Il se disait être le messie que les Maliens attendent, se fourvoyant d’un programme de société de mirage dans lequel il promet monts et merveilles à ses concitoyens.

A cette élection-là de 2007, IBK avait échoué, les Maliens ayant plébiscité ATT dès le 1er tour. Mais, aujourd’hui, la réalité rattrape Ibrahim Boubacar Kéïta. Il convient dès lors, chers lecteurs, de lire attentivement les extraits de l’interview que nous vous proposons afin de faire la part des choses entre ce que le candidat de mars 2007 disait et ce que le président de 2013 fait et dit depuis qu’il est à la magistrature suprême.

De la crise du nord à l’Accord d’Alger 2006, en passant par le cas de Kidal, la gouvernance, les nominations, les logements sociaux, les infrastructures sociales de base, les grandes réalisations, l’éducation, la santé, l’emploi, l’immigration clandestine, les tracteurs, l’opposition, la sécurité etc. IBK peint tout en noir en promettant de tout rendre rose, s’il est élu président de la République. La réalité est là !

 

Le Journal Construire l’Afrique : Le 29 Avril prochain, vous serez le principal adversaire (tout le monde en convient) du Président Amadou Toumani Touré que vous avez soutenu en 2002 ; de plus, un Ministre du RPM, le Rassemblement du Peuple Malien (votre parti) est membre de l’équipe gouvernementale, depuis l’arrivée d’ATT au pouvoir. De quels arguments disposez-vous donc, pour faire face à ATT, dont vous partagez, forcément, le bilan ?
Ibrahim Boubacar Keïta
: Je ne place pas ma candidature sous cet aspect. En effet, je ne suis pas candidat contre qui que ce soit…
De toute évidence, je ne pouvais pas être absent de cette compétition.
En 2002, lorsque j’ai été sollicité pour appuyer la candidature de mon frère Amadou Toumani Touré, à l’occasion du 2e tour de la présidentielle, je l’ai fait, sans hésiter, parce qu’il était, à cette date-là, le meilleur compromis pour conduire le Mali, dans une phase de transition que nous avons voulu apaisée, après dix années, au cours desquelles Alpha Oumar Konaré a eu à remettre le Mali sur les rails et, au cours desquelles les passions politiques s’étaient faites vives, avec une démocratie renaissante et vivante…
Je ne comprends toujours pas, qu’après que j’aie puissamment soutenu ATT, je sois, avec mon parti, le RPM, non seulement mis à l’écart, mais aussi combattu. Depuis 2002, je n’ai pratiquement pas été consulté sur les grands dossiers de l’Etat.
Le cas typique, est celui de l’Accord d’Alger. Si j’avais été approché, j’aurais, alors, pu partager, avec le Chef de l’Etat, l’expérience que j’ai vécue à l’époque et lui éviter de se fourvoyer dans l’impasse qui est devant nous
.
Pourquoi n’avez-vous donc pas quitté le Gouvernement, alors que vous n’avez pas été consulté sur l’Accord d’Alger, ou lorsque vous avez été acculé à l’opposition, à propos de la composition du bureau de l’Assemblée Nationale, d’où votre parti, le RPM a été éjecté?
J’aime laisser le temps au temps. Je ne voulais pas, de par mon fait, me placer à l’opposition, après avoir été le principal artisan de la victoire d’ATT en 2002.
A vrai dire, je n’ai pas voulu suivre ce jeu d’ATT, si c’est lui qui l’a organisé ; sinon, de ses partisans.
J’ai donc refusé de me placer dans leur logique. J’ai fait en sorte, que, tout au long de ma route avec ATT, le peuple comprenne, juge et apprécie ma démarche ; à savoir celle de rester, jusqu’au bout, fidèle à la parole donnée et à mon engagement de garder le soutien que j’avais décidé de lui apporter. Vous savez, nos aînés nous ont donné des leçons de droiture ; et, en politique, cela peut aussi exister ; c’est, du moins, ce que, moi, je crois. C’est pourquoi, le ou les postes ministériels que mon parti, le RPM, détient, ne sont pas du tout, une source de profit. Au contraire ; c’est un cadre que nous prétendons compétent, que nous avons mis à la disposition d’ATT, pour servir la République.
Si, maintenant, le Chef de l’Etat, décide de s’en séparer, libre à lui de le faire ; qu’il libère donc le seul ministre RPM du Gouvernement !
Revenons à l’Accord d’Alger ; Qu’auriez-vous fait à la place du Président de la République ?
J’ai été Chef du Gouvernement, au plus fort de la crise du Nord ; je me suis immédiatement rendu sur le terrain, dans le Nord, au moment où le sang était encore frais ; j’ai vécu et partagé, sur place, la douleur des familles qui ont perdu un des leurs.
J’ai rencontré les insurgés et leur ai dit que, seul l’Etat avait le droit d’user de la force et, cela, dans des cas bien spécifiques ; que tout soulèvement d’éléments des Forces armées et de l’ordre était, pour moi, illégal et illicite. J’ai marqué ma détermination à combattre toute revendication faite en usant de la force et j’ai enjoint aux rebelles de déposer les armes.

Dans le cas présent de la récente mutinerie de Kidal, il n’était point nécessaire d’aller chercher la médiation d’un pays ami, de l’impliquer dans ce dossier et d’en faire une partie prenante, au point que le Comité de gestion et de suivi mis en place comprenne, outre les Représentants de l’Etat malien, ceux des mutins et du Médiateur étranger. En tant que Malien, drapé dans sa dignité, je me sens mal dans ma peau.
Nous avons tous constaté que nos dirigeants ont fait preuve de faiblesse et de manque de courage dans cette affaire ; ils n’ont pas réalisé que c’était là, l’occasion pour eux, de se mettre à la hauteur de leur mission historique, de garantir l’intégrité territoriale du pays et de mettre la Région de Kidal au même niveau de préoccupations que toutes les autres Régions du Mali.

En réalité, il y avait une crise de confiance entre les mutins du Nord et le pouvoir central ; les mutins n’ont pas cru à la volonté d’ATT de respecter sa parole ; à la veille de leur soulèvement, ils venaient, en effet, de quitter le Président de la République…
Le Mali a cette chance d’être une Nation depuis des temps très anciens ; c’est une Nation, historiquement fondée sur les bases d’une communauté de territoire, de langues, de vie économique et d’organisation sociale communes, qui se fondent dans une communauté de culture, de traditions et de partage.
Grand et vieux pays de l’Afrique Occidentale, carrefour de civilisations fondatrices d’entités prestigieuses, le Mali est constitué en Etat depuis le 11ème siècle, date de la création du premier Etat fondé et géré par des Africains. Ce fut l’empire du Ghana ; ce premier Etat africain et noir a émerveillé les historiens, par son haut degré d’organisation et sa place rapidement acquise dans le monde d’alors.
Ce sont, là, des atouts exceptionnels que nous devons savoir conserver, préserver et transmettre, de génération en génération.
C’est ce qui nous permet, chaque fois, de rebondir et de faire en sorte que tout problème soit pris en charge par les Maliens, en puisant dans nos valeurs communes.
Au Mali, nous devons donc arriver à résoudre nos problèmes et nos différends, dans le cadre d’un dialogue confiant ; ce qui a manqué entre les rebelles et ATT.

Dans cette affaire de Kidal, oui, je crois, que nos dirigeants ont fui leur responsabilité. Car, leur comportement remet en cause les fondements constitutionnels de la République, de même que les bases de l’équité et de l’équilibre entre les Régions.

 

ATT a-t-il échoué?
ATT n’est manifestement pas un démocrate ; il ne peut pas consolider la démocratie malienne; c’est une erreur de le croire.

Il ne s’est, malheureusement, pas montré à la hauteur de la mission que nous attendions de lui.
ATT s’est contenté de faire comme disent les Américains du “One man show”. Il est seul et partout ! Il n’est que de regarder notre télévision nationale, pour se demander sous quels cieux nous nous trouvons.
Quelque part, cela peut se comprendre, puisqu’il n’a pas de parti politique qui puisse lui servir de relais ; son combat politique ne s’inscrit dans aucun cadre. C’est aussi, une défiance et un manque de confiance envers ses camarades ; alors, il fait tout, lui-même ; il va partout, lui-même!

Vous pouvez donc aligner le nombre de kilomètres de routes que vous voulez ; encore que vous n’avez pas inventé le fil à couper le beurre, car le PST, le Programme Sectoriel du Transport a tout prévu, dans ce domaine. Je dois, humblement, rappeler que mon Gouvernement avait négocié le PST avec la Banque mondiale.
Toutes les infrastructures réalisées s’inscrivent dans le cadre d’un programme préétabli, qui suit son cours normal ; les financements de certains projets sont mis en place depuis des années. Parlons des logements sociaux ; il y en a eu sous l’ère Konaré, mais il n’y a jamais eu de “Konarébougou” !
Or, là aussi, quand on fait croire, de manière patrimonialiste, que c’est dû à la générosité du Chef de l’Etat, ce qui est faux… on trompe, simplement, le peuple, ou, pire, on se trompe soi-même !
Vous savez, quand je vois tout le matraquage médiatique fait autour de ce projet de logements, je m’inquiète ; car ces logements ne sont tout juste bons que pour un ménage qui débute. Après 2 ou 3 enfants et la famille qui s’agrandit avec les proches parents (car nous sommes au Mali), il va falloir déménager et trouver plus grand encore, alors qu’on n’a même pas fini de rembourser la maison acquise. A mon sens, un Chef d’Etat n’est pas un Chef de chantier, comme nous le voyons aujourd’hui au Mali. Faire donc croire que les infrastructures actuellement réalisées (routes, ponts, barrages) ont été initiées depuis 2002, est simplement abuser des Maliens ; qu’on ne s’y trompe pas ; ceux-ci savent bien, que tous ces projets avaient été conçus sous le précédent régime. Ceci étant, je ne ferai pas un procès d’intention contre le pouvoir actuel, qui a su poursuivre la réalisation des chantiers ; le bilan doit, cependant, être partagé avec les initiateurs.
ATT a quand même réussi la modernisation de l’agriculture …

Je l’ai dit ; on peut couvrir le pays de tracteurs, vous pouvez, en réalité, causer plus de dégâts que de bien ; car, quelque part, cela peut accélérer l’appauvrissement de la terre. C’est vrai ; la motorisation de l’agriculture a du bien, mais, il ne faut pas oublier qu’elle a ses règles; elle ne doit pas être lancée, tant que la phase de mécanisation n’est pas totalement maîtrisée par les paysans.
Quand vous remontez le cours de l’histoire récente du Mali et des pays voisins, vous vous rendrez compte que les défunts Présidents malien, Modibo Keïta et guinéen, Ahmed Sékou Touré, avaient, déjà, tenté cette expérience. L’utilisation des tracteurs a des avantages, mais aussi des coûts : la formation des paysans, l’achat du carburant, des pièces de rechange ; l’entretien de la machine ; et puis, il faut savoir conduire !
Le plus important pour moi, c’est de mesurer, aujourd’hui, à quel point le Mali est en train de devenir un désert ; la sécheresse sévit, partout.
Il suffit de survoler la zone de la boucle du Niger, pour s’en rendre compte. Le fleuve Niger est en train d’être envahi par le sable.
A l’époque, lorsque j’étais Premier ministre, j’avais tout fait pour freiner l’ensablement du fleuve Niger. Et, c’est la mort du fleuve qui est annoncée si rien n’est fait.

Que proposez-vous aux Maliens ?
La vérité ; regarder les choses en face, car il y a des problèmes et l’avenir du Mali est menacé.
L’Etat est désorganisé ; l’Administration est inefficace ; la plupart des Agents ne travaillent plus, car le mérite et la compétence ne sont pas reconnus ; il y a du désordre un peu partout. De ce fait, l’Etat est paralysé par des lourdeurs bureautiques.
Le secteur privé en prend, forcément, un coup et les résultats du pays, tout entier, sont en deçà de ce qu’ils auraient dû et pu être. C’est pourquoi, il faut réhabiliter le travail et faire de la compétence et du mérite, les principaux critères de nomination aux différents postes.
Nous voulons créer de nouvelles habitudes de travail et faire, du mérite et de la compétence, de nouveaux credo. Le népotisme qui a cours, actuellement, doit laisser la place à une nouvelle méthode d’accès à l’Administration et aux postes de responsabilités. Redresser l’Etat, lui rendre son crédit, son autorité et asseoir un véritable Etat de droit sont devenus indispensables.
Mais, j’ai, aujourd’hui, une préoccupation qui me tient à cœur : c’est l’Ecole. Car, vous ne pouvez pas parler aux cadres maliens, surtout de la génération actuelle, sans être effaré par leurs types d’expression ; l’écrit est encore pire ! Je vous assure que c’est grave.
Ce pays qui a fourni les meilleures élites à la sous-région, est à la traîne. Or, tout pays qui n’aura pas su soigner la qualité de ses ressources humaines ne sera pas convié au banquet de l’avenir.
Mes amis et moi, sommes conscients des grands enjeux et des grands défis à relever dans ce secteur.
Pour que l’enseignement soit meilleur, nous devons savoir apporter des réponses à la qualité du système éducatif ; à la pertinence des programmes ; à la revalorisation de la profession d’enseignant.
Au cours des cinq prochaines années, mon programme sera axé, si je suis élu, autour de la préoccupation majeure de l’éducation, car, c’est elle qui déterminera tout.
Le progrès et l’avenir du Mali reposent sur la réhabilitation de l’éducation; une bonne formation de nos enfants nous permettra de disposer de cadres compétents, qui auront l’avantage d’être formés sur place, dans notre environnement.
C’est ainsi que nous résoudrons donc le problème de la formation de nos enfants à l’étranger; ils n’auront plus de raison de s’y rendre. Une bonne éducation, prodiguée au Mali, permettra, également, de régler le problème de l’émigration ; car elle fera des Maliens, des créateurs de richesses, chez eux; ils seront plus aptes à entreprendre, ici, au Mali.
L’éducation nous permettra de résoudre, par ailleurs, les problèmes de la santé et de la jeunesse, notamment.
Elle sera donc la base de l’action du Gouvernement, pour refaire du Mali un centre d’excellence, en matière de savoir, comme il l’était avant l’indépendance. Bamako abritait, en effet, l’un des lycées les plus prestigieux de l’Afrique de l’Ouest, le lycée Terrasson de Fougères et la plus prestigieuse grande école, l’Ecole Fédérale des Travaux Publics de Bamako. En l’espace de cinq ans, le Mali, peut et doit devenir un centre de savoir de premier plan en Afrique de l’Ouest.
Nous ne voulons plus de ces situations, où les élèves ou les étudiants refusent d’aller à l’Université ; il faut qu’ils soient dans de meilleures conditions pour leurs études et leur travail. Nous ne voulons plus de cette situation, où les enseignants ne dispensent pas leurs cours, pour les mêmes raisons. Nous ne voulons plus de cette situation, où le sang coule à l’Université, et que justice ne soit pas rendue. Il ne s’agit pas de rendre l’école muette, de décréter la paix scolaire, pour se donner l’illusion d’avoir, désormais, une formation de qualité. Loin s’en faut !
Et c’est une véritable tragédie que notre pays vivra, si de véritables et profonds changements ne s’opèrent pas pour faire de l’école un véritable outil de préparation à la vie active et citoyenne ; l’école doit préparer les enfants à la rude et impitoyable compétition de la vie.
Pour cela, nous nous appuierons sur toutes les structures dont nous disposons et, aussi, sur les Medersas qui accueillent un nombre important d’élèves. Nous populariserons l’utilisation des nouvelles technologies et prendrons le raccourci grâce à l’ordinateur, à Internet et à la télé-Education.
Les mesures douanières et fiscales appropriées seront prises pour favoriser l’acquisition des ordinateurs et l’accès à Internet, par un plus grand nombre de Maliens : enfants, jeunes, comme adultes.
Si l’école malienne retrouve ses lettres de noblesses, nos enfants auront plaisir à étudier chez eux et à rester chez eux, au Mali.
Et la santé, l’emploi, ce sont, aussi, des priorités pour vous ?
Tout à fait et, à ce propos, je regrette que, par rapport aux pays de la sous-région, nous soyons bien en retard.
Il y a eu nombre de slogans comme “Santé pour tous”, gratuité de la césarienne, des ARV, entre autres. Avec l’aide internationale reçue, je crois qu’il était possible de faire plus et mieux.
Je me propose donc de lancer une grande bataille contre les grandes maladies. C’est un accompagnement indispensable à la promotion de l’éducation, c’est une priorité absolue.
Quand vous voyez que les jeunes qui n’ont commis aucun crime, sauf celui d’être dans un pays mal géré, parce que le Mali n’est pas un pays pauvre, mais pauvrement géré, ces jeunes de la rue s’adonnent à l’alcool pour oublier la faim et la misère.
Nous nous souvenons, encore, de la manière avec laquelle, Bamako a été saccagée, en une nuit, après un match de football, lorsque le Mali fut battu par le Togo. Quand vous voyez nos jeunes, nos neveux, nos fils, aller s’empaler aux grilles de Ceuta et Melilla au Maroc, tout homme digne de ce nom doit avoir mal à lui-même.
Vous le voyez ; quel que soit le domaine que vous prenez, vous trouverez matière à préoccupation. L’emploi n’est pas assuré et, malgré toutes les campagnes médiatiques, il ne se crée pratiquement pas d’emplois dignes de ce nom. Les jeunes en sont revenus.
La sécurité n’est plus convenablement assurée : les braquages en plein jour, la criminalité, le banditisme sont devenus des motifs réels de préoccupation. La sécurité au sens général fait l’objet d’une quête permanente. Sécurité des personnes et de leurs biens, sécurité alimentaire, sécurité routière. Des mesures spécifiques devront être prises pour endiguer le banditisme et l’incivisme florissants.
Ces mesures s’appuieront sur une bonne justice, gage de l’ancrage effectif de l’Etat de droit et de la démocratie dans notre pays.
Politiquement, le pays vit les travers d’un opportunisme et d’un affairisme jamais égalés; au point que toute liberté d’esprit, toute critique sérieuse, pour aider le régime à rectifier ces travers, soient devenues des crimes de lèse-majesté. L’indifférence des pouvoirs publics et le népotisme ambiant sont érigés en méthodes de gestion du pouvoir d’Etat.
(Source : Construire l’Afrique

N° hors-série du 15 mars au 30 avril 2007

Réalisée par Sékou Tamboura)

 

PARTAGER

84 COMMENTAIRES

  1. IBK avait critiqué et continu a critiqué les regimes passés, alorsqu'il a jouais un grand role à l'époque là, en tant que premier avec plein pouvoir et président de l'ensemblé!!!!!.

  2. L’accord vise à instaurer une paix durable dans le nord du Mali, qui a connu une série de rébellions touareg depuis les premières années d’indépendance du pays, en 1960.

  3. L’accord garantit la sécurité, la tranquillité, le renforcement de capacité. Merci IBK pour tout ce que vous avez fait pour le pays,

  4. La signature de ces accords permet le développement de toutes les activités que le Mali entreprendra. C’est une nouvelle démarche que la Mali va enfin vivre infiniment.

  5. Cet accord qui a été signé aujourd’hui renforce la capacité et garanti l’unité nationale. Le peuple Malien a n’est vraiment conscient, car on est au début de la fin de crise.

  6. Cet accord qui a été signé aujourd’hui renforce la capacité et garanti l’unité nationale. Le peuple Malien a n’est vraiment conscient, car on est au début de la fin de crise.

  7. IBK est vraiment le Président que le Mali attendait depuis longtemps.Il est là et fait honneur à tous les bons MALIENS.Merci Président pour toutes ces réalisations qui feront le bonheur de ton peuple. 😀 😀 😀 😀

  8. La réaction d’IBK est vraiment celle d’un Président qui se soucie du développement et partant,du bien être de sa population.Alors il fait tout son possible pour relever ce défi chaque jour de son existence.On ne peut qu’être fier d’un tel Président. 😛 😛 😛

  9. Un bon président c’est celui qui tient ses promesses de campagne.
    Un bon Président c’est celui qui aime son peuple,
    Un bon Président c’est celui qui fait tout pour que son peuple vive dans de bonnes conditions,
    Un bon Président c’est celui qui fait mains et pieds pour trouver des investisseurs pour construire son pays,
    Un bon Président c’est IBK car il réunit en lui toutes les qualités sus citées.
    Merci Président pour tout ce que vous faite pour notre pays. 😛 😛 😀 😀

  10. Les pays,dans l’histoire de leur évolution cherchent toujours des hommes capables.Et très souvent ces hommes arrivent de manière providentielle.C’est le cas de notre IBK. En effet depuis son accession au pouvoir le pays est partout en chantier et le tout est couronné par un accord de paix longtemps attendu par les MALIENS.Merci Président…

  11. Le développement du Mali a été mis en mal à un certain moment de son histoire.Dieu merci,depuis deux ans nous avons un président qui travaille pour rattraper ce retard.Mais si certains opposants opportunistes n’ont pas encore compris cela et veulent nous foutre la merde,ils trouveront le peuple sur leur chemin. 👿 👿 👿

  12. Les attentes de la population sont plus importantes que de répondre aux sottises d’une opposition irresponsable qui est en manque de d’arguments convaincants.C’est pourquoi le Président passe à d’autres choses qui peuvent faire le bonheur du peuple malien.
    Courage Président,ton peuple te soutient. 🙁 🙁 🙁 🙁

  13. IBK fait vraiment honneur au peuple qui a placé sa confiance en lui le votant à plus de 77% de l’électorat.Le peuple doit être en ce moment très fier du boulot qu’il fait chaque jour pour le bonheur de ses concitoyens car il ne l’a pas du tu déçu.
    Vive IBK,vive le Mali. 😛 😛 😛 😛 😛

  14. IBK est pour la bonne gouvernance c’est pourquoi il veut tout mettre en oeuvre pour éradiquer la corruption de notre société. Cela représente un réel frein de développement et il a jugé bon de mandater les nouveaux magistrats de mettre un accent particulier sur la corruption

  15. IBK est un homme d’honneur. Il veut faire de notre armée, une force républicaine prête à toute éventualité. C’est pourquoi, il ne cesse de trouver les équipements de pointe tels que un avion militaire, les pic up sans oublier les formations au coté des forces étrangères et les experts.

  16. Les journalistes doivent comprendre qu’un président est jugé sur 5 ans et non 2 ans. Nous pouvons dire que le bilan est positif dans la mesure notre économie est assainie et les actions de développement se posent, nous ne pouvons qu’être fiers du président.
    Le problème d’emploi des jeunes est à un niveau appréciable avec plus de 81.486 sur 200.000 promis en 2012.

  17. Nous avons toujours eu confiance en IBK et nous continuerons d’avoir confiance en lui car les actes qu’il pose prouvent une qu’il est une personne digne de confiance.
    Il ne cesse de se battre pour améliorer les conditions de vie de ses compatriotes.
    Nous pensons qu’il est vraiment l’homme qu’il faut à la tête du Mali. 🙁 🙁

  18. Le président a fait des accords de paix sa priorité 2016. Car sans la paix tout projet de développement est voué à l’échec. Aujourd’hui, vous conviendrez avec Sékou qu’il y’a des avancées notables dans la mise en oeuvre desdits accords. Avec l’entrée de la plate forme à Kidal, les choses ont pris une autre tournure et cela est en train de précipiter les choses.

  19. Depuis qu’IBK est là l’économie se porte bien grâce à son équipe dynamique, très dévouée au travail. Il ont sure trouver la confiance des partenaires financiers et des financements des projets pour notre pays.

  20. IBK est à saluer et féliciter pour ses efforts pour la paix et la construction des infrastructures offertes aux différentes localités de la région Ségovienne. C’est un bâtisseur dont nous avons besoin ici au Mali

  21. Je sais pas quelles sont les raisons qui poussent à dire que le président IBK veut abandonner Kidal? Il faut donner la chance aux accords de paix signé donc les autorités travaillent dans ce sens. Le président mettra tout en oeuvre pour recouvrer l’intégrité de notre territoire

  22. Le président tiendra à ses promesses comme toujours. Il faut faire face aux priorités dans notre pays. C’est vrai qu’il y’a du retour mais cela ne doit pas faire croire qu’il a jeté l’éponge Monsieur Sékou

  23. Tamboura vient de quelle école. Je lui pose la question de savoir si les réalités de 2002 et 2013 sont les mêmes. Il ne faut être aussi borné que tu ne l’es. Aujourd’hui, le pays est confronté à plus réalités qui mettent un redémarrage parfait du programme du président IBK

  24. Malgré toutes les manigances de certains politiciens véreux, le président IBK ne manquera pas à ses engagements. Malgré son entrée très difficile à la présidence que certains feignent d’ignorer; il mène des actions en notre faveur. C’est juste le manque de communication et la manipulation de l’information que font certains journaleux et “politichiens “qui veulent nous faire croire le contraire. Notre pays ne se porte pas plus mal qu’en 2012. On ne peut pas dire que tout va comme sur des roulettes mais ayons l’humilité de reconnaitre ce qui est fait.

  25. IBK a certes promis des choses à un moment où le pays bénéficiait d’un peu de stabilité. Mais avec la crise multi sectorielle et multidimensionnelle qui a secoué notre pays et le désordre qui a régné après le départ d’ATT du pouvoir on ne peut pas s’attendre à des miracles. Mais malgré toutes ces conditions non favorables il y a des actions qui sont entreprises pour que nous puissions avoir un meilleur vivre.

  26. Je pense que cette comparaison n’a pas du tout lieu d’être car les conditions ne sont plus du tout les mêmes. On ne peut pas prendre des paroles de 2007 pour acculer quelqu’un aujourd’hui. La situation de notre pays en 2007 n’a rien à avoir avec la situation en 2013 où le président IBK a pris le pouvoir et les conditions ne sont pas les mêmes aujourd’hui. Soyons un peur réaliste!

  27. Le président IBK connait nos aspirations parce qu’il a été à nos cotés pendant assez de temps et doit pouvoir y répondre. Mais je crois que sa priorité c’est la paix qui peine à venir mais il y arrivera. Et s’il nous donne la paix; il nous aura tout donné car la paix est la base de toutes autres activités.

  28. Les seules difficultés auxquelles IBK est confronté c’est le fait d’avoir placé sa confiance en des personnes qui ne le méritaient pas. Mais puisque le voile est tombé je pense qu’il atteindra ses objectifs. Il l’a déjà fait sous d’autres régimes où ils était acteur secondaire. Raison pour laquelle je ne doute pas qu’il puisse pas encore le refaire là où lui même tient les reines du pouvoir. WAIT AND SEE!

  29. La gestion du pouvoir d’IBK a toujours été transparente ; Il a hérité d’un pays gangréné par des maux qui ne favorisent pas l’essor du pays et ces maux sont à tous les niveaux de la société.
    Ce n’est pas à coup de bâtons magiques qu’IBK changera le pays. Il faut avoir un esprit citoyen et républicain pour comprendre cela au lieu de toujours crier au scandale.
    Savons-nous combien de temps ont mis les pays que nous citons en exemple pour se construire?
    Avons-nous les mêmes potentialités économiques? Ouvrons un peu les yeux et laissons IBK travailler car il était, est et demeure l’homme de la situation pour sortir la tête du Mali hors de l’eau.

  30. Le président IBK était l’homme dont le pays avait besoin. Son élection est la traduction des populations de sortir de la crise et des maux qui minaient les pays. IBK a dit: “Je serai le président de la réconciliation nationale, une réconciliation nécessaire pour répondre aux exigences légitimes de la population : reconstruction de l’État de droit, redressement de l’armée et de l’école, lutte contre la corruption, développement économique et social (…) Je serai le président de la refondation nationale”, a-t-il ajouté.
    C’est pourquoi il place pleins d’espoir en l’accord d’Alger car elle est la prérogative aux actions de son programme de gouvernement.

  31. Le président IBK avait et a une très belle vision pour notre pays. Cependant, il ne bénéficie plus depuis un certain moment de l’apport de certains collaborateurs avec lesquels il avait l’ambition de réaliser son ambition pour ce pays pour de simple questions de leadership au niveau du gouvernement. Il est acculé de toute part par des détracteurs prétendant qu’il n’a pas de vision pour le pays. Situation qui je penses à susciter le dernier recadrage gouvernemental afin que les choses puissent bouger pour le bien de la population pour laquelle il a démontré qu’il ne veut que le bonheur. Chose à laquelle nous devons osez y croire, lui laisser du temps et de notre modeste contribution y participer.

  32. Moi je crois que nous devons accorder du temps au président IBK car s’il a pu aider à résoudre certaines rivalités à l’ère d’AOK je ne pense pas qu’il ne puisse le faire au moment où lui-même tient les reines du pouvoir. Le président IBK a pris le pouvoir dans les conditions que nous connaissons tous mais 2 ans c’est assez mais dans la résolution des problèmes ça peut paraître insuffisant mais attendons donc l’heure du bilan pour nous prononcer.

  33. Eh! T’as pas honte!! Ahah!! La folie!! C’est meme plus grave qu’on ne le pensaient toi!! Le saud! Ce vautour qui a une constipation intellectuelle, qui sait meme pas s’il est un homme ou une femme, nous casse les oreilles avec ses pseudo!!:
    Mohamed Diallo!!
    Aly Sylla!
    Yoro Traore !
    Salifou Konate !
    Baba Maiga !! :mrgreen:
    Nouhoun Diarra
    Sidare Dit Bamba Traore!! :mrgreen:
    Bouba Dbia !
    Boubacar Cisse !!!
    Kassoum Djire
    Abdoulaye Soumeylou Maiga
    Ibn Noura Zeus
    Yachim Maiga
    Amadou Diakite
    Mariam Keita !!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    fily diong
    Abdramane Diomandé
    Sissoko Moussa
    Djeneba Coulibaly
    Michou Mallé
    Lalaicha Touré
    Fadima Toure
    Mâlik Ibn Anas
    Boubacar Ly
    Mahamadou Kone
    Jacobin Dem
    Lassi Camara
    Boubacar Abida Maiga
    Mali En Marche
    Mamadou K. Diakite
    Sinaly Sissoko
    ……
    CojepamCouture Toure ahahaha!!!!! :mrgreen: :mrgreen:
    Joel
    Ami
    Djenebou Sylla
    ……..
    Veda Cisse
    Niamb Mn ahaha!!! :mrgreen: :mrgreen:
    Moussa Traore
    N’djo Sangare
    Amara Keita
    ….
    Yacouba Ouattara
    Makan Keita
    Ag Soueloum

    Pintade! tu n’as pas honte de dire qu’une autre personne est sans diginte et sans vergongne :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Heureusement que le ridicule ne tue pas. La pintade sans conscience fait parti de la Mafia du regime IBK!! Tais toi l’idiot de Mara. :mrgreen:

  34. LES BATTARDS ENVOYER PAR KOULOUBA SUR LE SITE, CRIER ET CHIER TOUTS VOS CONERIES MAIS MANDEN ZONBA EST LE PLUS GRAND HASIDI DE CE PAYS.

    MOUSO TCHELA BATO BALI DEN WOU.

  35. L’unique cause devant motiver les maliens, est bien celle de l’entré en vigueur de l’accord déjà signé par les parties. C’est après cela qu’on pourra passer à la réclamation de certaines promesses. IBK tiendra cette promesse. C’est un homme de parole. 👿 👿 👿 👿 😆 😆 😆

  36. Ibrahim Boubacar tiendra ses promesses. Mais il lui faut du temps. La situation actuelle au Mali est différente de celle d’un pays où règne la paix. Le chef de l’Etat est dans l’impossibilité de tenir ses promesses. Un jargon juridique dit que dans l’impossible nul n’est ténu.

  37. La paix dans un pays ne dépend pas seulement de la ferme volonté des autorités. La population est elle aussi concernée par cette résolution. Le processus de paix qui s’était ouvert avec le parachèvement du 20 juin devrait être les prémisses de la paix. SI seulement si la population et les groupes armés étaient tous de bonne volonté comme le gouvernement, il n’allait pas y avoir d’interruption jusqu’au point que l’accord soit remis en cause par certains journaliste de mauvaise foi et de mauvais caractères.

  38. Depuis son arrivée au pouvoir en Septembre 2013 Ibrahim Boubacar Keïta a déployé toute son énergie pour signer la paix pour son pays qui souffre de cette calamité depuis plus de deux ans. On a vu qu’il est parvenu à le faire.

  39. Si une promesse tenait aux maliens parmi toutes les promesses d’Ibrahim Boubacar Keïta, c’est bien la résolution de la crise qui secoue le Mali depuis l’année 2012. Je crois aussi que depuis son avènement au pouvoir, la seule chose qu’IBK a fait c’est de résoudre cette crise. Les 15 mai et 20 juin on a assisté à la signature d’un accord de paix et de réconciliation issu des pourparlers d’Alger.

  40. Vu la réalisation qu’a fait IBK dans la résolution de la rébellion, toutes choses montrent que son pouvoir à conscience d’être le dirigeant d’un pays en guerre. Tout le monde sait qu’il est venu au pouvoir en période exceptionnelle, contrairement à Alpha et le médiocre ATT. Donc il lui faut du temps.

  41. Les maliens sont victimes de la mauvaise gouvernance depuis belle lurette. Ce n’est pas aujourd’hui que vous devriez attribuer la responsabilité à IBK. Le mandé Massa prend déjà son bâton, pauvre journaliste.

  42. IBK ne pouvait pas mettre en place des actions robustes dans l’insécurité. Un pays en crise est pris en otage par les circonstances exceptionnelles défavorables. Peu de projets de développement pourront être réalisés. Attendons un certain moment avant de dire que les discours d’IBK ne font que se répéter.

  43. Pour que l’enseignement soit meilleur, nous devons savoir apporter des réponses à la qualité du système éducatif ; à la pertinence des programmes ; à la revalorisation de la profession d’enseignant.Avait suggerer IBK.Et c’est ce qui est en train d’être fait.

  44. Mr le journaliste, les menaces d’Ibrahim Boubacar Keïta sont toutes normales. Il commencera leur mise en scène bientôt. Celles-ci consistent à mettre en garde tous les malfaiteurs.

  45. Ces propos de 2007 n’avait pas pris en considération le pusch de Sanogo qui allait tous gâter.C’est donc un pays déchiré et affaibli dont a hérité le président IBK.Et il a tous fait pour mettre le pays sur les rails.

  46. Ibrahim Boubacar Keïta est un patriote. Son gouvernement est à la fois issu de la crise et le premier régime post-crise. La corruption est un fléau qui existe depuis bien avant le pouvoir que nous connaissons actuellement. Il ne ménagera aucun effort pour instruire la baisse du budget des institutions afin de faire avancer ce pays.

  47. L’Etat est désorganisé ; l’Administration est inefficace ; la plupart des Agents ne travaillent plus, car le mérite et la compétence ne sont pas reconnus ; il y a du désordre un peu partout. De ce fait, l’Etat est paralysé par des lourdeurs bureautiques.Avait critiquer Ibk.Et sur ce problème le Mali a fait de considérables progrès avec IBK

  48. Le président IBK a été Chef du Gouvernement, au plus fort de la crise du Nord ; Il s’est immédiatement rendu sur le terrain, dans le Nord, au moment où le sang était encore frais ; il a vécu et partagé, sur place, la douleur des familles qui ont perdu un des leurs.Et c’est sur cette même voie que le président IBK continue en tant que président.

  49. En 2002, lorsque IBK a été sollicité pour appuyer la candidature de son frère Amadou Toumani Touré, à l’occasion du 2e tour de la présidentielle, il l’a fait, sans hésiter, parce qu’il était, à cette date-là, le meilleur compromis pour conduire le Mali.Ibk est donc un homme qui a le sens de l’Etat.

  50. Tous les problèmes persistent aujourd'hui sont provienne de la mauvaise gérance des régimes passés. Le régime d'ATT et celui d'AOK a plongé le pays dans une crise sans antécédent. IBK n'est pas le fautif comme tente de le faire croire plusieurs détracteurs, il est l'homme de la situation, le choix du peuple malien.

    • Eh! T’as pas honte!! Ahah!! La folie!! C’est meme plus grave qu’on ne le pensaient toi!! Le saud! Ce vautour qui a une constipation intellectuelle, qui sait meme pas s’il est un homme ou une femme, nous casse les oreilles avec ses pseudo!!:
      Aly Sylla!
      Yoro Traore !
      Salifou Konate !
      Baba Maiga !! :mrgreen:
      Nouhoun Diarra
      Sidare Dit Bamba Traore!! :mrgreen:
      Bouba Dbia !
      Boubacar Cisse !!!
      Kassoum Djire
      Abdoulaye Soumeylou Maiga
      Ibn Noura Zeus
      Yachim Maiga
      Amadou Diakite
      Mariam Keita !!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
      fily diong
      Abdramane Diomandé
      Sissoko Moussa
      Djeneba Coulibaly
      Michou Mallé
      Lalaicha Touré
      Fadima Toure
      Mâlik Ibn Anas
      Boubacar Ly
      Mahamadou Kone
      Jacobin Dem
      Lassi Camara
      Boubacar Abida Maiga
      Mali En Marche
      Mamadou K. Diakite
      Sinaly Sissoko
      ……
      CojepamCouture Toure ahahaha!!!!! :mrgreen: :mrgreen:
      Joel
      Ami
      Djenebou Sylla
      ……..
      Veda Cisse
      Niamb Mn ahaha!!! :mrgreen: :mrgreen:
      Moussa Traore
      N’djo Sangare
      Amara Keita
      ….
      Yacouba Ouattara
      Makan Keita
      Ag Soueloum

      Pintade! tu n’as pas honte de dire qu’une autre personne est sans diginte et sans vergongne :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Heureusement que le ridicule ne tue pas. La pintade sans conscience fait parti de la Mafia du regime IBK!! Tais toi l’idiot de Mara. :mrgreen:

  51. Depuis l’arrivée d’IBK, il est en train de redresser lentement mais surement toutes secteurs Etatiques. Le pays malgré, la crise multidimensionnelle, il a su repartie sur de nouvelle base. L’économie, l’agriculture, l’éducation, la mine, la sécurité et tant d’autre domaine commence à se rétablir durablement. ➡

  52. ATT détruit et IBK construit, n’oublions pas cela. La crise du nord Mali a pris de l’ampleur sous le régime d’ATT, l’armée malienne a perdue toute sa digité sous le régime, les caisses de l’État ont été vidé par ATT et ses proches tant d’autres chose à citer. Nous pouvons dire alors que le règne d’ATT (le traitre de la nation) a fait plus de mal que nous pouvons l’imaginer. ➡ ➡ ➡

  53. Tu as raison, « Il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir ». IBK et son staff son au four et au moulin pour sortie notre pays de cette crise qui persiste depuis des années. IBK n’est pas le fautif, non loin de là. IBK est le sauveur. Sa politique de gouvernance et de sortie de crise est et restera la meilleure si toute la population malienne s’engage pour soutenir tous les actions gouvernementales et être en complicité parfaite avec le régime en place.

  54. Je ne prends pas partie pour IBK, mais depuis son arriver le pays commence légèrement à se développer, délicatement mais assurément, il est en train de redresser le pays. Il est vraiment l’homme de la situation soyons honnête. Il peut gérer le Mali comme il se doit, il a la compétence nécessaire. Sa politique de gouvernance reste la meilleur mode gérance approprié pour sortir notre pays de cette crise.

  55. IBK est un homme de parole, il l’a démontré plusieurs fois par des œuvres réalisés. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir sinon le pays gouverner par IBK avance comme sur des roulettes. Les maliens sont ravis de la politique de gouvernance d’IBK.

  56. Ce sont les opposants et les journalistes malveillants qui désinforment le peuple et empoissonnent le système du régime au pouvoir avec des mensonges et des balivernes. Le pays n’a pas besoin de cela, si vous n’avez rien n’à dire aller vous faire à ailleurs. La presse et l’opposition malienne ont perdue toutes leurs crédibilités, considérations, dignités et honneurs vis-à-vis de la population malienne.

  57. Je ne me lasserai jamais de le dire et redire haut et fort, IBK a hérité d’un pays à bout de souffle que ce soit économiquement, politiquement et tant d’autre. Les prédécesseurs d’IBK ont mal géré le pays, leurs modes de gouvernance étaient à la pointe de la corruption, de l’impunité. Evidement le pays a fini par sombrer dans une crise sans antécédent. IBK n’est pas le fautif mais il est élu pour trouver une suite favorable aux maux de notre patrie. ➡ ➡

  58. Depuis bien avant même l’investiture d’IBK tous les maliens savaient que c’était lui qui pouvait sortie le Mali de cette crise multidimensionnelle. Depuis lors IBK reste de bonne foi dans la gouvernance du pays car malgré les prévus et les imprévus il arrive lentement mais surement à redresser le Mali. ➡

  59. IBK a toujours tenir sa promesse cela ne sera pas la première fois. Il a besoin simplement d’être soutenir par sa population dans tous ses actes. Les maliens doivent former une barre de fer d’acier derrière IBK et son régime, car l’avenir du Mali repose dans les creux de ses mains qui ouvre les portes d’un grand destin. ➡ ➡

  60. Ces mauvaises exemples de gestions que vous citez ne peuvent être que des résultats de la part de cette mauvaise entourage que nous ne serons de déclaré au président. Mais tout compte fait bientôt les choses connaîtrons des changements envers le bon sens, moi personnellement je demande aux maliens de toujours garder confiance au président I B K car ce nouveau gouvernement qui vient d'être mis au pied fera de la gestion du pays ce que nous attendons tous d'un Mali de tous les maliens.

  61. Ces mauvaises exemples de gestions que vous citez ne peuvent être que des résultats de la part de cette mauvaise entourage que nous ne serons de déclaré au président. Mais tout compte fait bientôt les choses connaîtrons des changements envers le bon sens, moi personnellement je demande aux maliens de toujours garder confiance au président I B K car ce nouveau gouvernement qui vient d'être mis au pied fera de la gestion du pays ce que nous attendons tous d'un Mali de tous les maliens.

  62. Moi je ne comprends pas pourquoi et comment des journalistes peuvent être au tend à côté de la plaque, ses personnes ne savent que dire du mal sur la personne d'IBK de sa gestion et tous ce qui peut être de lui.
    Et pourtant lorsqu'on fait des analyses nous pouvons constater un minimum des choses.
    Le président est loin d'être une déception des maliens, nous l'avions choisie et nous continuons de le soutenir et si tu n'es pas d'accord dépose ta candidature aux élections présidentiel prochaine et tu verras comment les choses vont se passé. En 2013 ça été 77 % pour te rappeler, le pourcentage peut toujours monter car ce n'est pas arrivé au 100 %

  63. Moi je ne comprends pas pourquoi et comment des journalistes peuvent être au tend à côté de la plaque, ses personnes ne savent que dire du mal sur la personne d'IBK de sa gestion et tous ce qui peut être de lui.
    Et pourtant lorsqu'on fait des analyses nous pouvons constater un minimum des choses.
    Le président est loin d'être une déception des maliens, nous l'avions choisie et nous continuons de le soutenir et si tu n'es pas d'accord dépose ta candidature aux élections présidentiel prochaine et tu verras comment les choses vont se passé. En 2013 ça été 77 % pour te rappeler, le pourcentage peut toujours monter car ce n'est pas arrivé au 100 %

  64. Le Président Ibrahim Boubacar a été élu à un score jamais réalisé au Mali avec plus de 77%. Avant lui, personne n’avait obtenu une marée humaine électorale. Peut-être, après lui, quelqu’un d’autre obtiendra difficilement un tel score de la part des maliens. Seulement, en guise de bilan à mi-parcours, c’est-à-dire, ce qu’il a réussi ou non au cours des deux ans passés à la tête de notre pays, la sagesse commande à la fois l’humilité et la retenue. Quoiqu’élu à un score jamais égalé ou plébiscité pour des amoureux de superlatifs, le Président Ibrahim Boubacar Keita, a hérité d’un pays anormal, un pays exsangue, un pays économiquement, socialement et financièrement à terre, des faits de l’invasion jihado-terroriste, de la gestion calamiteuse d’une junte ayant fait irruption sur la scène politique à la faveur de la gestion chaotique des affaires publiques d’un règne corrompu et mercantiliste. Pour ne rien perdre de vue, un pays réduit à sa plus petite expression où absolument tout est prioritaire.
    Alors soyons des maliens patient et réalistes, de la même sorte que nous lui avons apporté confiance c’est de cette même façon qu’il ne décevra pas les maliens à la fin de son mandat.
    Soyons des maliens surtout capable de venir en aide à ce Maliba sans que personne ne nous demandons ce faveur, des maliens qui sauront apporter de l’essentielle au Mali et non des maliens qui critiqueront ce pays…
    A bon entendeurs….

  65. ” Régime d’IBK : Un pouvoir de déception” Du n’importe quoi comme titre, il faut plutôt dire que les maliens ont besoin d’assister à des journalistes qui sauront parler des choses sérieuse de cette nation.
    Sinon au Mali nous sommes fatigués des journalistes qui ne passent que tous leurs temps à parler mal de l’autorité. 😀 😀 😀 😀 😀
    Comment une seule tête con peux se permettre de parler à la place de 77% des maliens ?
    Mr. le journaliste respecte toi et regarde les maliens comme des êtres fiers de leurs président. 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

  66. mes amies lce que nous disons avant de monter au pouvoir …….et quant nous sommes élus c'est le contraire qui se pose par ce que tu vas trouver des dossiers plus lourd que le sien et tu sera obliger de les resoudre avant d'entammer pour toi vous voyez un peu

    • Eh! T’as pas honte!! Ahah!! La folie!! C’est meme plus grave qu’on ne le pensaient toi!! Le saud! Ce vautour qui a une constipation intellectuelle, qui sait meme pas s’il est un homme ou une femme, nous casse les oreilles avec ses pseudo!!:
      Mohamed Diallo!!
      Aly Sylla!
      Yoro Traore !
      Salifou Konate !
      Baba Maiga !! :mrgreen:
      Nouhoun Diarra
      Sidare Dit Bamba Traore!! :mrgreen:
      Bouba Dbia !
      Boubacar Cisse !!!
      Kassoum Djire
      Abdoulaye Soumeylou Maiga
      Ibn Noura Zeus
      Yachim Maiga
      Amadou Diakite
      Mariam Keita !!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
      fily diong
      Abdramane Diomandé
      Sissoko Moussa
      Djeneba Coulibaly
      Michou Mallé
      Lalaicha Touré
      Fadima Toure
      Mâlik Ibn Anas
      Boubacar Ly
      Mahamadou Kone
      Jacobin Dem
      Lassi Camara
      Boubacar Abida Maiga
      Mali En Marche
      Mamadou K. Diakite
      Sinaly Sissoko
      ……
      CojepamCouture Toure ahahaha!!!!! :mrgreen: :mrgreen:
      Joel
      Ami
      Djenebou Sylla
      ……..
      Veda Cisse
      Niamb Mn ahaha!!! :mrgreen: :mrgreen:
      Moussa Traore
      N’djo Sangare
      Amara Keita
      ….
      Yacouba Ouattara
      Makan Keita
      Ag Soueloum

      Pintade! tu n’as pas honte de dire qu’une autre personne est sans diginte et sans vergongne :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Heureusement que le ridicule ne tue pas. La pintade sans conscience fait parti de la Mafia du regime IBK!! Tais toi l’idiot de Mara. :mrgreen:

  67. IBK fait ce qu’il fait pour le bonheur des maliens, nous savons tous que cet homme est un travailleur. Il est là pour nous, c’est seulement l’opposition qui se met à raconter des n’importe quoi pour lui faire monter des mauvaises coups…
    Vive le président IBK que nous aimons tous…

  68. Pour la cause du Mali IBK dois se mettre en cause ?
    Pourquoi IBK seul devrait il se mettre en cause ? ➡ ➡
    Je ne comprends pas ce journaliste qui selon lui le bonheur des maliens sont partager quand le malheur n’appartiendra qu’au président IBK lui seul. Le Mali est un ensemble de nous tous, il faut que d’autres se mettent en tête que nous avons partagé toutes les situations de ce pays, les bonnes et les mauvaises. C’est nous qui avons choisie IBK et ce choix nous l’avons fait ensemble, il faut que nous assumons ce choix en continuent à défendre les réalisations de ce président et lui faire des propositions et des propositions pour le bon déroulement du pays.
    IBK fait le Mali en personne et nous lui devons cela.
    Vive un Mali unis…

  69. 😈 😈 😈 😈 Je ne vois pas où se trouve ton problème Mr. Le journaliste. IBK sais ce qu’il fait et pourquoi,
    Si tu as des soucis pour le pays, t’inquiète pas, le pays roule dans des bonnes conditions.
    😛 👿 👿 👿 👿

    • Eh! T’as pas honte!! Ahah!! La folie!! C’est meme plus grave qu’on ne le pensaient toi!! Le saud! Ce vautour qui a une constipation intellectuelle, qui sait meme pas s’il est un homme ou une femme, nous casse les oreilles avec ses pseudo!!:
      Mohamed Diallo!!
      Aly Sylla!
      Yoro Traore !
      Salifou Konate !
      Baba Maiga !! :mrgreen:
      Nouhoun Diarra
      Sidare Dit Bamba Traore!! :mrgreen:
      Bouba Dbia !
      Boubacar Cisse !!!
      Kassoum Djire
      Abdoulaye Soumeylou Maiga
      Ibn Noura Zeus
      Yachim Maiga
      Amadou Diakite
      Mariam Keita !!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
      fily diong
      Abdramane Diomandé
      Sissoko Moussa
      Djeneba Coulibaly
      Michou Mallé
      Lalaicha Touré
      Fadima Toure
      Mâlik Ibn Anas
      Boubacar Ly
      Mahamadou Kone
      Jacobin Dem
      Lassi Camara
      Boubacar Abida Maiga
      Mali En Marche
      Mamadou K. Diakite
      Sinaly Sissoko
      ……
      CojepamCouture Toure ahahaha!!!!! :mrgreen: :mrgreen:
      Joel
      Ami
      Djenebou Sylla
      ……..
      Veda Cisse
      Niamb Mn ahaha!!! :mrgreen: :mrgreen:
      Moussa Traore
      N’djo Sangare
      Amara Keita
      ….
      Yacouba Ouattara
      Makan Keita
      Ag Soueloum

      Pintade! tu n’as pas honte de dire qu’une autre personne est sans diginte et sans vergongne :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Heureusement que le ridicule ne tue pas. La pintade sans conscience fait parti de la Mafia du regime IBK!! Tais toi l’idiot de Mara. :mrgreen:

  70. Pour l’amour de Dieu comprenez que ce n’est pas IBK qui est la cause du malheur du Mali. Reconnaissez que ce pays vit dans la crise depuis vingt ans. Au contraire, vous devez remercier IBK pour son engagement dans le processus de l’accord de paix.

  71. C’est dommage que les maliens n’ont pas compris jusqu’à présent la gouvernance d’IBK. Les maliens doivent se réjouir du régime IBK. On n’est sans savoir que c’est les occidentaux qui entravent la mise en œuvre de l’accord de paix. Pour être précis, les occidentaux n’ont jamais eu de difficulté de détruire un pays et profité de ses ressources.

  72. Comme le dit un adage qui dit que la patience est un chemin d’or. Les maliens peuvent encore attendre la fin du quinquennat d’IBK. Il n’est qu’à deux ans de son mandat, attendons d’abord la fin de son mandat enfin de le juger.

  73. Si on se donne les mains et ensemble lutter contre les ennemis du Mali. Ayons confiance à ce gouvernement, cette crise du septentrion malien a beau être difficile, ils finiront par le résoudre. Par contre comprenons ce n’est pas du jour au lendemain, que les choses pourront voir le jour. 😆 😆 😆 😆

  74. Ce mi-mandat restant du président IBK doit être consacré à la bonne gestion du pouvoir. Alors, c’est le moment de se donner au travail, car bientôt ce mandat prendra fin. Mais quoi qu’il en soit les ex rebelles seront bientôt dans un nouveau gouvernement.

  75. C’est vrai que la bonne nuit se sent depuis le crépuscule, mais la patience aussi est un chemin d’or. Même après deux ans de gestion peu raffiné, à mon humble avis rien ne nous empêche d’attendre et d’espérer encore.

  76. Après avoir été élu à 77 % des voix électorales, le président de la République doit confirmer son autorité sur toute l’étendue du territoire malien. Quoi qu’il en soit nous devons le soutenir jusqu’à la fin de son quinquennat. 😆 😆 😆 😆

    • ATT détruit et IBK construit, n’oublions pas cela. La crise du nord Mali a pris de l’ampleur sous le régime d’ATT, l’armée malienne a perdue toute sa digité sous le régime, les caisses de l’État ont été vidé par ATT et ses proches tant d’autres chose à citer. Nous pouvons dire alors que le règne d’ATT (le traitre de la nation) a fait plus de mal que nous pouvons l’imaginer.

  77. En tant que malien, on doit s’unir tous pour marcher vers un Malikura. Ce pays nous appartienne tous, personne d’autre ne viendra faire ce pays à notre place. Donc, il est mieux qu’on unisse nos forces et nos faiblesses pour sortir ce pays dans la crise.

  78. rattrape par sa grande gueule… ce monsieur ibk n’a aucune ambition reelle pour le mali…. et pour sur il en est incapable intellectuellement et moralement….

Comments are closed.