Entretien d'une Tension Permanente dans le Pays : IBK aime-t-il le Mali ?

Telle est la question que l’on doit se poser tant l’homme n’hésite plus devant rien pour provoquer la psychose chez nos concitoyens et pour détourner ou faire fuir les investisseurs de notre pays. Ce qui est sûr et même certain, sa tentative de focaliser le débat sur l’incident militaire du 23 mai traduit bien une volonté délibérée d’entretenir la peur et de nuire à l’image de pays stable qu’a le Mali à l’extérieur.

Après une sortie manquée qui a fortement contribué à son discrédit, le président du Rassemblement pour le Mali s’est payé le service d’hommes de main pour continuer à souffler sur le feu. Dans des articles de presse ou lors des émissions radiophoniques sur les antennes de certaines radios de la place, ceux-ci cherchent par tous les moyens à présenter le Mali sous un mauvais jour , comme un pays au bord de la guerre civile. A les croire, toute la partie septentrionale serait sous le contrôle des assaillants qui pourront à tout moment et selon leur désir pousser le pays dans un profond précipice. Avec les oiseaux de mauvaise augure, le chaos est pour demain.

Entretenir une tension permanente dans le pays

IBK et les siens ont fait de l’attaque du 23 mai leur fonds de commerce et leur dessein est de maintenir une tension permanente dans le pays jusqu’aux élections générales. Ils ont poussé leur délicatesse jusqu’à accepter de faire le jeu des assaillants dont le sort dépend plus de l’intérêt des médias à leur agitation qu’à leur puissance militaire. Iyad, Fagaga et autres ne cesseront pas avec leur stratégie de chantage et de surenchère tant qu’ils sauront qu’à Bamako on continue à les présenter comme ceux qui décident de l’avenir immédiat de notre pays. Ils peuvent continuer à compter avec le soutien d’IBK et de ses camarades qui finiront un jour par afficher dans les rues de Bamako : " quittez le pays, demain Bamako sera pris. " Le président de l’Assemblée nationale, qui joue sans nul doute sa carrière politique lors de la prochaine présidentielle, se nourrit de la théorie politique selon laquelle l’angoisse et l’incertitude chez le peuple ont toujours profité aux challengers. Il fera certainement tout pour les provoquer et les entretenir jusqu’aux élections sans se préoccuper des conséquences immédiates pour le pays. Dieu seul sait que sa stratégie fera du mal à son Mali qu’il prétend tant aimer. A commencer par le ralentissement des investissements.

Comme l’argent a horreur du bruit, surtout celui des armes, aucun investisseur ne s’aventurera dans un pays tel que présenté par IBK et compagnie et même les projets programmés risquent de connaître des retards de réalisation, notamment dans les régions du nord désormais présentées comme une zone non contrôlée. Le président du RPM ne sera pas heureux si on venait à achever les nombreux chantiers ouverts ou sur le point de l’être dans les régions nord. Il s’agit de la très précieuse route Ansongo-Gao-Niger, de la construction du Barrage de Taoussa et des recherches pétrolières. Cela ajouté à ce qu’il a déjà été accompli par le président de la République fait que sa chance d’aller au second tour en 2007 est très mince pour ne pas dire inexistante. D’où l’ignoble stratégie d’entretenir la tension dans le pays quitte à nuire à l’épanouissement des populations. Pour IBk et Bakary Téréta, seule importe leur accession au pouvoir et pour cela tous les moyens sont bons.

MD

PARTAGER