Espace d’interpellation démocratique : Une tribune d’expression populaire et citoyenne

0
1





Fidèle à la tradition, le gouvernement malien a organisé la 16ème édition de l’espace d’interpellation démocratique (EID) le samedi 10 décembre 2011 au CICB. L’objectif visé de cet espace est de souligner le disfonctionne-ment de l’appareil gouvernemental afin de mettre dans leur droit les citoyens victimes de la violation de la loi en vigueur.

                Cette 16ème édition était présidée Me Moustapha CISSE, président d’honneur de l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH), ancien président de la CENI, accompagné par les membres de la commission d’organisation. C’était en présence de Madame le Premier ministre, Chef du gouvernement Mme CISSE Mariam Kaïdama SIDIBE et certains membres du gouvernement. On notait aussi la présence d’organisations de la société civile, des associations entre autres.

                Après que le maître de cérémonie ait planté le décor, le président Cissé prend la parole pour l’ouverture de la séance en relatant la place et le rôle de l’EID dans la démocratie malienne. Puis, au ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Maharafa TRAORE, de rendre compte des suites réservées aux interpellations et recommandations de la 15ème édition conformément à son règlement intérieur.

                Il faut noter que l’EID a pour objet principal d’informer sur l’état des droits de l’homme au Mali et de contribuer de façon active et pédagogique à la réalisation d’une culture démocratique nationale et impulser de façon significative la politique de promotion et de protection des droits de liberté des citoyens.

                Cette édition, 16ème du genre, a concerné certains grands dossiers tels celui de la caisse d’épargne Jemeni mais surtout le problème foncier a volé la vedette aux autres dossiers brûlants de cet EID. Notons que les départements ministériels mis en cause sont l’Enseignement Supérieur, les Collectivités Locales, la Justice, la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, la Santé, le Délégué au Budget.

                Des réponses satisfaisantes et moins satisfaisantes ont été données aux interpellants. Quoi qu’il en soit, cet espace, même s’il laisse souvent le peuple insatisfait est déjà un pas encourageant pour l’ancrage de notre jeune démocratie.

Mamadou BALLO, stagiaire

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.