Et de quatre !

1
et de quatre

Le président de la Rue publique s’apprêterait, pour la quatrième fois, en moins de trois ans, à changer l’attelage gouvernemental. Du moins, si l’on en croit de sources hautes perchées. Du coup, la course aux sacrifices est ouverte : œufs de lapin,  lait de lionne, testicule de serpent, peau de moustique, pancréas de scorpion…. Aucun sacrifice n’est de trop pour  rester à son poste. Ou pour décrocher un portefeuille ministériel.

Le Mali aurait amorcé, depuis l’investiture d’IBK, son virage vers l’émergence. Du moins, selon les prophéties du RPM (Rassemblement Pour le Mali), le parti au pouvoir. Pour accélérer la cadence, le président de la Rue publique entend, pour la quatrième fois, et en moins de trois ans, à changer de gouvernement. Objectif : faire du Mali un «  pays émergent » à l’horizon 2018.

Pour succéder à « Van Morrison », pardon Mr Modibo Keïta,  actuel chef du gouvernement, plusieurs noms circulent : Soumeylou Boubeye Maïga, ex-ministre de la Défense ; Dr Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des Finances et Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de la Défense. Quant aux autres postes ministériels, c’est motus et bouche cousue. Du moins, pour l’instant. Qui est « ministrable » ? Qui partira ? Qui restera ? Autant de questions qui « blanchissent » les nuits de nos célébrissimes « minustres ».

La course aux sacrifices  est, désormais, ouverte. Pour l’équipe gouvernementale actuelle ; mais aussi, pour ceux qui aspirent décrocher un portefeuille ministériel. Parce qu’ils sont militants de la première ou de la 23e heure de tel ou tel parti politique. Ou parce qu’ils sont le frère du cousin de la tante de la belle sœur du neveu de……..

En effet, depuis l’annonce du remaniement ministériel, par la presse privée de…. presse, les « minustres » ne dorment plus que d’un œil, voire d’un œil et demi. Une fois la nuit tombée, ils quittent la capitale. Destination : les charlatans de Bougouni, kolokani, San et Ségou…… réputés par leur omnipotence et leur omniscience.

Casquette de tennisman sur la tête, lunettes noires  sur le nez pour se rendre méconnaissables, ils parcourent les villages et les hameaux les plus reculés à bord de leur véhicule tout-terrain. Afin de dénicher l’oiseau rare : le féticheur capable de les faire entrer au gouvernement. Ou de les confirmer à leur poste.

Du coup, c’est la porte ouverte à toutes sortes de sacrifices, même les plus insensés : œufs de lapin, lait de lionne, testicule de serpent, peau de moustique, pancréas de scorpion….  réclament certains  féticheurs à nos « minustres ». D’autres vont plus loin, en réclamant de l’or, du diamant…

Obsédés par leur désir ardent de devenir « minustres » ou de rester dans le gouvernement, ils sont prêts à tout pour satisfaire les exigences du féticheur. Et bonjour les dégâts.

Mais selon une source proche de la Primature, si remaniement il y aura, ce sera plutôt en juin prochain. C’est ce gouvernement, dit-on, qui doit accueillir les leaders des groupes armés. En attendant, les « minustres » restent connectés aux  « cases sacrées ». Sans câble, ni wifi.

Oumar Babi

PARTAGER

1 commentaire

  1. On ne connaît même pas ceux qui sont ministres à plus forte raison ceux qui vont venir
    Pour bien vivre au Mali il faut éviter 3 choses:
    1- le nord
    2- le football
    3- le remaniement

Comments are closed.