Les Fare à Konibabougou : pour un échange à bâtons rompus avec les populations

0

En ce jour de 1er mai, Journée internationale du travail, Modibo Sidibé, président des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare-AN KA Wuli), accompagné d’une délégation, a répondu à l’appel de la population de Konibabougou, dans la commune rurale de Dogodouman. Sur la place publique du quartier, des femmes,  jeunes ainsi que le chef de village et l’iman ont accueilli et participé à ce rassemblement.

Comme à l’accoutumée, après l’introduction et les présentations, la séance a été ouverte sur les questions-réponses entre la population et la délégation du Fare, et surtout du président. Les questions essentielles portaient sur l’éducation, la santé, les infrastructures de développement, les Fare, le programme de Modibo Sidibé, et les questions d’actualité. À en juger aux applaudissements nourris des participants, le président Sidibé aura donné satisfaction à ses interlocuteurs.

Sur le parti Fare, Modibo Sidibé dira que l’option de faire de la politique autrement est une valeur chez les Fare, et gage d’une bonne citoyenneté. «Quand les populations optent pour l’argent en acceptant l’achat de leur voix, par conséquent, l’élu ne fera que profitera de son pouvoir, car ce dernier dira toujours qu’il a payé son électorat. Ainsi, mieux faut que l’élu soit prisonnier des populations que le sens inverse», a-t-il martelé.

À propos des doléances formulées sur les besoins du quartier, Modibo Sidibé dira catégoriquement que les Fare ne financeront aucunement les besoins dans le cadre politique. «Toutefois, si des cas possibles existent, ils ne peuvent qu’être réalisés que dans l’humanisme et le religieux, pas politique», a-t-il déclaré.

Au sujet du programme de Modibo Sidibé à la présidentielle passée, il est composé de 77 engagements. Ainsi, sa vision est de préparer la gouvernance pour les générations à venir d’ici à 2030, tout en résolvant les besoins essentiels et prioritaires du moment. Il demande surtout des sacrifices de la part des générations actuelles pour celles qui viendront après eux aux affaires.

L’éducation primaire, l’enseignement technique et professionnel, les conditions des enseignements et travailleurs, les valeurs des Fare et de nos sociétés, le travail, le patriotisme, ainsi que la prise en compte des femmes dans le programme Mali Horizon 2030, l’initiative riz, la cherté de la vie actuelle, les concertations nationales souhaitées par l’opposition, ont été autant de sujets débattus.

Les témoignages sur la stature d’homme d’Etat de Modibo Sidibé par certains participants dont un ancien collaborateur depuis 1992, celui de l’Iman du quartier chez Modibo de Dili et d’un autre enseignement ont donné un éclat particulier à la rencontre. La rencontre fut clôturée par les bénédictions de l’iman et une prière à la mosquée dudit quartier.

Moussa TRAORE

PARTAGER